Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le patron des Flam, Thiam Samba, pris en flagrant délit…


A.O.S.A
Mardi 10 Avril 2012 - 13:09


Le patron des Flam, Thiam Samba, pris en flagrant délit…
...de mauvaise foi ! Le voilà qui parle comme un maure esclavagiste... C’est bien ce qui ressort de cette interview accordée au site flère.fr. Le patron des Flam y débite un chapelet de mauvaise foi digne de tous les extrêmes dans ce pays, noirs et blancs. Thiam Samba n’a jamais estimé que le pouvoir doive être partagé autrement qu’entre négro-mauritaniens et maures ; jamais pour lui, les h’ratines n’ont composé une communauté à part entière sinon peut-être à raccorder à l’arrière casté des forces noires. On se souvient encore de son interview à jeune afrique en 2007 où il parlait « du partage des pouvoirs entre Négro-Mauritaniens et Arabo-Berbères »

http://www.cridem.org/imprimable.php?article=12415

Cette fois, à la question de flère.fr : « L'esclavage en Mauritanie est une forme de discrimination la plus inhumaine. Les Flam acceptent-elles de prendre en charge cette question? Pourquoi vos détracteurs vous accusent de manque de volonté sur ce terrain ? »
Thiam samba termine sa réponse par : « Si nous n’avions pas été là, cette question n’aurait peut-être pas eu l’ampleur qu’elle a aujourd’hui; Elle serait, à l’heure actuelle, étouffée, reléguée aux oubliettes… »

Qui l’eût crû ? Certains vieux militants h’ratines apprécieront…

Tout le reste est à l’avenant jusqu’à débiter des bêtises en prenant en otage C. Anta Diop pour lui faire cautionner l’organisation sociale négro-mauritanienne. C’est là que Thiam parle comme un maure quand flère.fr pose cette question « On parle beaucoup de l’esclavage des maures, selon certains maures, l’esclavage existe aussi au sein de la communauté négro-africaine, pourquoi les Flam ne sont pas montées au créneau pour dénoncer ce système discriminatoire incompatible avec les valeurs que vous prônez : Unité, Liberté, Egalité ? »

Thiam Samba parle alors comme un maure qui voudrait estimer que l’esclavage est résiduel dans sa communauté et qu’il suffit de laisser faire le temps… Les mêmes mots !
Thiam samba :
« Seulement, il faut quand même préciser que la réalité des formes d’esclavage en milieu négro-africain et arabo-berbère est totalement différente.

Résiduel en milieu négro-africain, l’esclavage s’y pose plutôt en termes de statut social. Nulle part, ici, les descendants d’esclaves ne se voient empêchés d’hériter de leurs ascendants; il est impossible de forcer quelqu’un à travailler pour un Maître. L’ancien esclave et son descendant jouissent pleinement de leurs biens et propriétés; il est simplement impensable, dans ce milieu, qu’un homme puisse en vendre un autre, comme une vulgaire marchandise.

Voilà pourquoi nous (flam) mettons davantage l’accent sur le second, beaucoup plus inhumain, que sur le premier -plutôt résiduel- qui se résorbera doucement, par l’urbanisation, la scolarisation, et le développement économique… »

Tous les euphémismes y passent : ainsi, pour parler de société féodale négro-mauritanienne, l’illustre  Flamiste préfère parler de « stratifications, ces statuts en paliers » qui, à quelque chose, comme le malheur, auraient du bon ! et pour prouver cela, il en appelle à C. Anta Diop !

Thiam Samba :
« la question des castes ne comporte pas que des inconvénients, à en croire C Anta Diop; « la création du système des castes assure plus de permanence et d’équilibre que celui du système  des classes en Occident  »»

Voilà Thiam Samba, digne esclavagiste devenu light car les temps ont changé, il reste un homme casté comme sont castés tous les gens qui pensent comme lui, progéniture d’hommes nés libres réduits à l’esclavage ou progéniture d’esclavagistes. Les diplômes, la religion n’ont rien à voir à l’affaire, c’est culturel au sens de ce qui reste quand on a tout oublié !

Et ça se donne des airs et ça se veut leader ! Leader de la mauvaise foi ! Si les gourous pensent ainsi que penser de leurs disciples ?

Thiam Samba pense en casté. Mais au moins lui ose répondre à ces questions qui fâchent pendant qu’un Birame Ould Dah Ould Abeid, politicard de la même veine, n’ose pas traiter de l’esclavage et du racisme en milieu négro-mauritanien ! Comment voulez-vous qu’avec autant de mauvaise foi, on ne parle pas de « fonds de commerce » ?


http://www.flere.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1445:samba-thia&catid=34:a-la-une


Vlane.aosa
 
 
 


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires