Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le devoir de mémoire de la France envers les «Poilus» africains


International
Mardi 15 Juillet 2014 - 11:02

La gratitude des Français vis-à-vis de l'Afrique ne doit pas se limiter à la faire défiler le 14 juillet.


Le devoir de mémoire de la France envers les «Poilus» africains
Une vingtaine de pays africains viennent de prendre part au défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, à Paris. Cette année, le traditionnel défilé a été marqué par la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale. Ces invitations témoignent d’une certaine gratitude de la France à l’endroit des nombreux Africains qui se sont battus aux côtés des soldats français pendant cette guerre qui aura beaucoup coûté à l’humanité. Une sorte de reconnaissance des immenses sacrifices de ces «tirailleurs» qui ont payé le prix de leur vie pour sauver la France. Pour les Africains, cette marque de gratitude est sans nul doute méritée. Elle vient du reste réparer l’oubli dont la France avait fait montre vis-à-vis de l’Afrique lors de la célébration de l’anniversaire du débarquement en Normandie. En effet, la France avait ignoré les Africains dans les invitations lors de cette commémoration. Elle s’est donc quelque peu rattrapée en conviant les pays africains à cette fête du 14-Juillet.

L'apport des Africains en 14-18

Cette participation s’inscrit dans le cadre du devoir de mémoire. Les derniers poilus africains sont certes partis depuis un certain temps, mais il importe que leur mémoire ne soit pas oubliée. Il faudra notamment que leurs descendants puissent être mis au parfum des hauts faits d’armes de leurs aïeux. Pour ce faire, des films documentaires sur la participation des Africains à la Grande Guerre, devraient être rendus disponibles et accessibles au maximum, aux nouvelles générations africaines et pourquoi pas françaises. Et cela n’est pas de la seule responsabilité de la France, mais aussi des pays africains concernés eux-mêmes par ce devoir de mémoire. Les jeunes générations françaises devraient également être sensibilisées sur le rôle combien énorme qui a été celui de ces combattants africains aux côtés de la France. Ainsi y a-t-il lieu de prendre toutes dispositions utiles pour enseigner aux Français la contribution des Africains pour sauver la République française du joug allemand lors de la guerre de 14-18. Car, il faut bien le dire, le racisme et la xénophobie se nourrissent très souvent de l’ignorance.

Regarder vers l'avenir

Bien des jeunes Français, qui voient les Africains sur le territoire français, ne comprennent pas trop comment certains y sont arrivés et les traitent par conséquent d’envahisseurs. Or, une bonne connaissance de l’histoire de la France, aurait permis à ces Français de savoir que les ancêtres de nombreux Français d’origine africaine, ne sont pas arrivés dans l’Hexagone de gaieté de cœur. Ils n’ont jamais voulu quitter leurs terres africaines et ont très souvent été arrachés à leurs familles pour venir au secours d’une France en danger de mort. Cette vérité de l’histoire mérite d’être enseignée aux nouvelles générations françaises. Cela pourrait contribuer à changer le regard de beaucoup de Français sur ces «étrangers». Fait marquant de cette participation africaine aux cérémonies du 14-Juillet, la participation de l’Algérie. Il est notoire, en effet, que les relations entre l’Algérie et la France ont été particulièrement douloureuses.

Certes, les combattants algériens mobilisés pour la Grande Guerre, étaient mieux traités que leurs collègues nègres, à commencer par leurs primes d’enrôlement qui étaient plus élevées que celles des autres Africains. Mais les relations entre la France et l’Algérie ont par la suite été des plus tumultueuses. La lutte pour la libération de l’Algérie du joug colonial français, a été des plus sanglantes, la France n’ayant pas voulu de cette indépendance. Face à cette réalité historique, l’on n’est pas étonné de la polémique actuelle autour de la participation algérienne à ces festivités. Les tenants du nationalisme algérien pur et dur voient en cette participation, un sacrilège, une insulte à la conscience collective algérienne. Pour eux, la présence de l’Algérie à ces festivités est une façon de souiller la mémoire de tous ces Algériens qui ont payé de leur vie, leur volonté de liberté et d’indépendance.

Ce ressenti est certes compréhensible au regard des souffrances que les Algériens ont endurées pour arracher leur indépendance à la France. Mais il faudra éviter de trop ressasser le passé, de puiser de ce passé de la matière pour nourrir d’éternelles rancœurs contreproductives. Tout en s’inspirant de ce passé et en assumant chacun sa part de responsabilité historique, Français, Algériens et autres Africains gagneraient plus à regarder vers l’avenir.


Source:SlateAfrique
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire