Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le cynisme à L’Etat pur : le forgeron remis sur le feu pour animer la campagne…


A.O.S.A
Mardi 20 Mai 2014 - 15:41


Le cynisme à L’Etat pur : le forgeron remis sur le feu pour animer la campagne…
A la veille d’une campagne morne et fantomatique, voilà que la presse annonce que le jeune forgeron a comparu lundi devant le juge. Pourquoi ce timing alors que cette affaire fit un mort en faisant bondir la république des mollahs avec en tête des commandeurs, l’enturbanné chef de l’Etat qui s’en est sacrément mordu les doigts plus tard quand il a pu lire l’exacte teneur des propos et qu’il a su que rien ne sert de jouer au commandeur des croyants quand en face, on a affaire à l’islamisme politique radical qui veut votre peau à tout prix en avançant à pas de tortue si nécessaire, comme l’occasion fait le larron, mais sans jamais reculer ?
 
Après l’affaire du forgeron, vint l’affaire du Coran profané qui a failli emporter la présidence assaillie en pleine nuit par une foule qui avait tout l’air d’être spontanément préméditée comme on dit «  a été suicidé ». Affaire louche parmi les louches affaires où l’imam de la mosquée concernée par cette affaire a été arrêté dix jours puis libéré sans jamais que l’on sache s’il fut blanchi ou gracié. Pourtant ce fut l’occasion pour le pouvoir d'en tirer les meilleurs fruits en indexant dans cette affaire les islamistes par de graves accusations indirectes assénées par ses ministres, ce qui ne fit pas bondir en retour les islamistes malgré qu’un de leur Mollah, pas celui des oulémas du makhzen, ait vu sa boutique fermée.
 
Toujours est-il que par une complicité inattendue, les islamistes et le pouvoir ont compris que cette affaire du Coran profané était mauvaise pour tous les deux ; de là certainement que chacun ait mis de l’eau dans son vinaigre. Ainsi du jour au lendemain l’affaire la plus grave qui soit, fut enterrée avec un silence complice des deux partis : pouvoir et islamistes. Même l’opposition en général n’a pas voulu mettre de l’huile sur le feu dans cette affaire de Coran profané qui se termine maraboutiquement alors qu’elle est plus grave que celle du forgeron qu’on accuse d’apostasie alors qu’il a écrit avant qu’on l’arrête que nul n’aime le prophète PSL plus que lui mais qu’il s’attaque seulement aux zouayas de chez nous qu’il accuse de manipuler la religion à des fins personnelles, de classe pour tenir le reste de croyants sous leur domination. De là que son texte commence par « chers frères forgerons, il n’y a pas de castes en religion »
 
Son affaire fut si manipulée et ses propos si déformés par le téléphone arabe en transe que la foule fanatisée s’en est prise à son avocat et sa famille comme si l’avocat faisait siens les propos de son client ! Ce fut le règne du terrorisme intellectuel face à une intelligentsia mauritanienne démissionnaire à quelques rares exceptions près notamment les organisations des droits de l’homme qui ont demandé, en vain, la démission de la présidente de la commission nationale des droits de l’homme et son interdiction de tribune dans le monde libre après sa sortie criminelle contre le jeune forgeron.
 
Ainsi, dès que le pouvoir tapa du poing sur la table en fermant la boutique d’un célèbre mollah molesté impunément au sortir de la mosquée par un de ses complices en confrérie dans une affaire de coucherie présumée dont le fruit n’est pas respecté selon le poing efficace du justicier, dès que l’affaire du Coran profané éclata et fut enterrée par tous les partis en envoyant à la tête du parti au pouvoir l’ennemi juré des islamistes à la place d’un sage frérot qui tenait la boutique, tout se calma aussitôt car ce coup de poing sur la table n’est pas arrivé avec un formidable courage mais après le coup de massue asséné par l’Arabie Saoudite aux frères musulmans qu’elle mit sur sa liste de terroristes.
 
Depuis silence Radio de la confrérie, encore plus chez nous qu’ailleurs vu l’impact financier d’un tel tsunami parti des gardiens des lieux saints décidés, en plus sinon surtout, à interdire de pèlerinage quiconque dirait un mot de soutien aux frères musulmans.
 
Ainsi pendant que la scène politique est devenue plus morne que jamais à la veille de l’élection présidentielle, comment expliquer que le pouvoir renvoie le jeune forgeron devant le juge à 15 jours du début de la campagne sinon pour exciter un peu ce monde assommé par l’Arabie Saoudite et décidé à laisser le pouvoir faire campagne contre des fantômes ?

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires