Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le casse-tête chinois


Actualité
Samedi 5 Janvier 2013 - 19:10


Le casse-tête chinois
A Nouadhibou, on reparle encore du fameux projet de pêche des Chinois, celui qui a fait couler beaucoup de salive et d’encre en 2010-2011. Lancé lors des festivités marquant le cinquantième anniversaire, ce projet était voulu par les Mauritaniens comme un exemple de partenariat bénéfique pour les deux parties et pouvant être une alternative aux autres accords qui s’arrêtent à l’exploitation de la ressource sans grande contrepartie pour le pays.


Le casse-tête chinois
Au terme de la Convention signée par les deux parties et adoptée par le Parlement mauritanien, la partie chinoise s’engage à construire à terre un investissement équivalent à 100 millions dollars. Une usine de transformation, une de glace, des frigos, un chantier naval pour construire des embarcations pour la pêche artisanale… Pour attirer l’investisseur, la Mauritanie acceptait de lui offrir de nombreux avantages dénoncés à l’époque sous prétexte qu’ils prenaient l’allure d’un bradage.

La Convention, sur laquelle nous reviendrons dans le cadre d’un dossier qui lui sera consacré par le journal La Tribune, cette Convention devait être mise en œuvre à travers un protocole discuté et signé tous les cinq ans. Et c’est parce qu’il arrive à mi-parcours, que le présent protocole qui a aujourd’hui trois ans de mise en application, est l’objet d’une évaluation des deux parties.
Pour la partie mauritanienne, il s’agit de remettre de l’ordre dans la mise en œuvre de la Convention et de réhabiliter son esprit. En fait, la Mauritanie attend de la Convention trois gros avantages :

1. Près de trois mille emplois effectifs et permanents ;
2. Le transfert des compétences par la formation de techniciens ;
3. Le développement d’une plus-value par la transformation du produit sur place.



un des quais de débarquement de la pêche artisanale à Nouadhibou
un des quais de débarquement de la pêche artisanale à Nouadhibou
En plus de ces attentes «majeures», la partie mauritanienne espérait développer une flotte pélagique battant pavillon mauritanien et susciter l’envie d’en faire de même chez d’autres investisseurs. Après trois ans d’activité, les emplois se comptent en quelques trois cents (moins selon certaines sources), aucune formation n’a été faite et toujours pas d’usine de transformation. Les Chinois se contentant d’exploiter la pêche de fonds en s’engouffrant par la brèche ouverte par les termes vagues de la Convention qui dit que le projet de pêche se développera «essentiellement» autour du pélagique, sans en déterminer la proportion. Jusqu’à présent l’effort de pêche des Chinois s’est porté sur les céphalopodes qui rapportent beaucoup plus et demandent moins d’efforts.

Autre point de discorde, quand la Convention était signée, le poisson pélagique avait été vendu aux Chinois à raison de 53 dollars la tonne, il coûte aujourd’hui 123 euros la tonne au bas mot ! Comment résorber le manque à gagner pour les Mauritaniens et surtout comment justifier la vente à prix élevés aux autres opérateurs dans le secteur (Européens, Russes etc.) ?


Le casse-tête chinois
Plusieurs rounds d’âpres discussions n’auront pas permis jusqu’à présent de faire converger les deux partenaires qui sont au bord de la rupture si elles n’arrivent pas à se résoudre à accepter de renégocier sérieusement les termes du protocole, en attendant de revoir la Convention dans son ensemble.

La partie mauritanienne ne peut pas payer le prix politique, social et économique de continuer à fermer les yeux sur un projet qui la désavantage même s’il venait à respecter ses engagements en matière d’emplois, de transfert de savoir et de technologie. A plus forte raison…

Il faut dire que la campagne politique et médiatique ayant accompagné le lancement du projet et le passage de la Convention devant le Parlement a déjà coûté très cher au pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz qui a été ouvertement accusé par ses opposants d’être le principal bénéficiaire du projet. Aujourd’hui que le Président prend lui-même la décision de revoir les conditions du protocole en confiant le dossier à des techniciens plutôt qu’à des politiques, il dément de fait toutes les allégations émises par ses détracteurs.

Aux dernières nouvelles, l’activité céphalopodière du projet a été arrêtée sur injonction du ministre des pêches. La partie chinoise accusant le ministre des pêches de faire blocage pour raisons «personnelles» a exigé l’ouverture d’un nouveau round de négociations avec cette fois-ci la présence du ministre des affaires économiques et du développement (MAED) ou de son représentant… le ministre qui avait signé la convention alors qu’elle était encore libellée en Chinois… Souvenez-vous que quand La Tribune révélait l’affaire dans son édition du 25/10/2010, on titrait : «Les chinoiseries du MAED, ou quand bradage rime avec Fessad»… La réunion devrait se tenir dans les jours qui viennent pour démêler ce casse-tête chinois. Que va-t-il en sortir ?

Mohamed Fall Ould Oumere
Pour la Tribune


Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires