Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le «T’heydine» en question


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 12 Mars 2013 - 00:58


Mohamed Fall Ould Oumere, Directeur de publication "La Tribune"
Mohamed Fall Ould Oumere, Directeur de publication "La Tribune"
L’émission de Cheikh Sidi Abdalla sur TVM, celle de l’espace culturel (el vadaa ethaqaafi) est finalement la plus suivie et la plus commentée de toutes ces émissions qui peuplent l’univers du petit écran. C’est qu’elle est l’occasion pour ce chercheur universitaire et grand intellectuel d’inviter des gens qui ont quelque chose à dire, quelque chose à nous dire. Soit en témoignant à travers leurs propres cursus et en parlant d’une Mauritanie aujourd’hui insoupçonnable. Soit en présentant leurs propres productions littéraires et artistiques.

La dernière fois que je vous ai parlé de cette émission, c’est qu’elle recevait quelqu’un d’aussi impressionnant (tout en étant l’humilité incarnée) que Mohamed Mahmoud Ould Wedadi… Je respecte la volonté de l’homme qui ne veut pas qu’on lui colle un quelconque titre, sinon tous les grands titres lui siéraient. D’autant plus que je crois qu’il y a des gens que les épithètes sont incapables de définir. Ould Wedadi en fait partie.

L’émission de cette semaine recevait Mohamed Ould Ahmed Ould Meidah (Demba pour les intimes). Un homme de culture. Naturellement. Un poète. Naturellement. Un narrateur. Naturellement. Un chercheur. Naturellement. Un enseignant. Naturellement… Tout ce que Mohamed entreprendra lui réussira. Tout ce qu’il fait lui va et il ne fait que ce qu’il lui va. Naturellement.

Une première partie de l’émission a été consacrée à l’œuvre d’Ehl Manou, au T’heydine en fait. Il s’agit d’une forme d’expression poétique qui est le récit épique des sociétés auxquelles les griots appartiennent. Comme la culture Bidhâne est un parfait mélange des héritages nord-ouest-africains, on peut affirmer que ce genre est un emprunt à l’aire culturelle Mandingue qui a excellé dans toutes ses formes. Peut-être que les griots Bidhâne ont évité de verser dans les aspects magiques et extraordinaires des grandes légendes épiques de leur versant sud. A part la légende de Nwefel qui n’est pas une t’heydina, mais juste une légende jouée au rythme du karr de Legneydiya, le griot Bidhâne n’a pas cultivé cette dimension extraordinaire de l’épopée.

En fait, l’épopée est restée un poème dédié aux faits et actes qui font la grandeur du cavalier, du guerrier et de sa tribu. Et comme l’a si bien dit Mohamed, le T’heydine a permis l’adoption d’une sorte de «précis» du bon comportement pour le guerrier qui avait besoin de tempérer sa force guerrière et de modérer son monopole de la violence. C’est grâce à T’heydine que l’échelle des valeurs a été fixée et qu’elle a été respectée. C’est donc grâce à cela que le plus fort devait rester humble, courageux, digne, attentif aux plaintes du plus faible, peu porté sur les biens d’ici-bas, ne craignant que la colère du Tout-Puissant… tout ce qui nous est décrit dans le T’heydine.

La particularité de ce genre, c’est qu’il est «dit» pour valoriser certains comportements guerriers dont certes le courage, la témérité, l’adresse, mais aussi la droiture, la bonne connaissance des textes fondateurs de la Loi et de la Morale islamiques, l’équité, la prévenance, l’humilité… Il oblige donc au respect de ces normes comportementales.

La langue utilisée est «vieille». C’est-à-dire qu’elle relève du Hassaniya originel qui est très proche de l’Arabe ancien. On peut déclamer une T’heydina que personne aujourd’hui ne comprend entièrement. Cette langue très recherchée indique une grande maitrise chez les auteurs, mais aussi les auditeurs qui savent apprécier. C’est ce qui renforce le côté savant de cette culture populaire qu’est la poésie dialectale Hassaniya et la musique qui l’accompagne.

Dernière remarque fondamentale, c’est l’universalité de la langue utilisée et des valeurs promues. Que nous soyons au Hodh, au Tagant, dans l’Adrar, le Gorgol, le Brakna ou le Trarza, chez les Idaw’ish ou chez les Awlad M’Bareck, chez les Awlad ‘Ammoni ou chez les Awlad Ahmed Ben Demane, chez les Awlad Abdalla ou les Awlad Nacer… partout, ce sont les mêmes valeurs qui sont célébrées, la même terminologie, les mêmes figures rhétoriques qui sont utilisées par de prodigieux griots ont porté notre culture au firmament.

Seddoum Wul N’diartou, Wul Manu, Ghardhou… des noms qui ont été les plus grands et qui ont laissé les plus belles œuvres. De vrais créateurs, de vrais génies de leurs temps.
Le T’heydine est désormais classé «patrimoine de l’Humanité». Ou comme le dit Mohamed Ould Ahmed Ould Meidah : «le jeune homme du Mozambique est aussi propriétaire que moi de ce patrimoine…». Heureusement pour nous qu’il y a encore des gens qui vont préserver pour nous ce pan de nous-mêmes que nous avons délaissé.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com


Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter