Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le Président serait-il dépassé ?


Actu Mauritanie
Mercredi 12 Mars 2014 - 10:24

Les nominations se suivent et se ressemblent. Pas une où on n'entrevoit pas la tête d’une forte personnalité civile ou militaire, d’un groupe d’intérêts, d’une tribu ou d’une communauté. Les considérations de compétence, de probité morale ou de professionnalisme peuvent encore attendre.


Le Président serait-il dépassé ?
 Des personnes plusieurs fois débarquées reviennent encore aux promotions. Sans que cela n’émeuve personne. Des milliers de cadres sont rangés au placard pour une raison ou une autre. Souvent pour des considérations futiles et insensées. Au tout début du coup d’état du 6 août 2008, des hommes et des femmes ont été purement et simplement limogés accusés parfois publiquement d’être des malfaiteurs économiques. Beaucoup de ceux là sont aujourd’hui revenus aux affaires et occupent ou ont occupé même des portefeuilles ministériels. Qu’est ce qui a bien pu changer en eux? La vision du pouvoir vis-à-vis d’eux ?

Peut-être que l’approche de la campagne électorale pour les présidentielles exige du pouvoir de replacer ses pions en vue d’une réélection de Mohamed Ould Abdel Aziz. Au cours de son dernier conseil, l’Union Pour la République a sans surprise demandé à Aziz de se représenter. Curieux que ce qui se passe en Mauritanie. Ici, en terre d’Islam, le vol, la prévarication et la gabegie ne font pas honte. C’est pourquoi, les voleurs, les prévaricateurs et les « gabegistes » sont continuellement réhabilités. Alors que chez les « mécréants », la limite de l’indécence exige de l’un d’eux de quitter définitivement la vie publique. Des nominations suspicieuses sont constatées dans l’administration nationale.

Des directeurs administratifs et financiers, des directeurs de comptabilité et bien d’autres hauts fonctionnaires d’institutions publiques sont nommés de la rue à travers un népotisme, un clientélisme et un régionalisme qui deviennent de plus en plus voyants. Le premier ministre serait très impliqué dans ces affaires rocambolesques. La nomination par exemple d’un petit directeur de l’école fondamentale de Mauritanie au Mali ou d’un directeur à la Sonimex est à ce titre éloquente. Le président serait dépassé. Plusieurs de ces promotions auraient été « organisées » à son insu. Des analyses peaufinées par des cercles qui lui sont proches se chargeant de lui faire comprendre la pertinence de ces choix.

Source: Lecalame

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires