Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le Premier ministre face aux députés : Controverses autour du Programme EMEL 2012


Actu Mauritanie
Jeudi 14 Juin 2012 - 13:44

Le passage, dimanche 10 juin dernier, du Premier Ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf devant les députés a créé une véritable tornade au sein de l’Assemblée Nationale. Aux invectives des députés de l’opposition qui remettaient en cause la capacité, voire la légitimité du gouvernement à diriger les affaires, se sont ajoutées les échanges verbeux, parfois violents, avec leurs camarades de la majorité.


Le Premier ministre face aux députés : Controverses autour du Programme EMEL 2012
Le Premier ministre répondait à une question orale posée par un député de la majorité sur le Programme EMEL 2012, un plan d’urgence mis en place par l’Etat pour juguler la hausse des prix des denrées de première nécessité et les effets de la sécheresse.

Contrairement aux appréhensions, le Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a finalement répondu, pour la première fois depuis sa nomination à ce poste en 2008, à une question orale des députés de l’Assemblée Nationale. Alors qu’il avait toujours refusé de répondre aux questions orales de l’opposition, il a accepté dimanche 10 juin dernier, de donner suite à celle déposée par El Houceine Ould Ahmed Hadi, député d’Aleg pour le compte de la majorité. L’occasion pour l’opposition de lui faire le reproche.

La question du député

Interpellant le Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, entouré de plusieurs membres de son gouvernement, plus ses conseillers et ceux du Président de la République, le député d’Aleg , El Houceine Ould Ahmed Hadi a d’emblée déclaré que le Programme EMEL 2012, mis en place par l’Etat pour juguler les effets de la sècheresse a connu plusieurs graves violations. Ainsi, le député a souligné que malgré son importance, l’exécution de ce programme a été en deçà des attentes, eu égard aux insuffisances constatées dans ses différents volets.

D’où, dira-t-il en substance, les nombreuses interrogations que se posent les citoyens mauritaniens, 6 mois après, par rapport à l’avenir de ce programme, ses capacités à atténuer ses souffrances et à sauver la ressource animale du pays. Le député déclare avoir également constaté une grande faiblesse dans les opérations de distribution gratuite, mais aussi les dépassements relevés dans la gestion des boutiques Emel au niveau des zones rurales. Il a reconnu cependant les aspects positifs du Programme EMEL 2012 et son rôle significatif à juguler en partie les effets de la sécheresse.

Le député a enfin reconnu que la présence du Premier ministre pour répondre à une question orale d’un député de l’Assemblée Nationale prouve la bonne santé des institutions démocratiques dans le pays ainsi que le degré d’ouverture et de transparence qui règne. Le fait également selon lui, qu’une telle question critique par rapport à l’action du gouvernement vienne d’un député de la majorité, prouve également l’intérêt que cette majorité et le gouvernement attache à la vie du citoyen de tous les jours, loin de toute surenchère politicienne.

Approfondissant sa question, El Houceine Ould Ahmed Hadi a axé ses remarques autour des cinq axes du Programme. Concernant le premier axe relatif à la mise à disposition des produits alimentaires et pour lequel une enveloppe de 7 Milliards d’UM a été mobilisée, le député constate que depuis un mois, ces produits ne sont pas fournis en quantité suffisante. Par rapport au deuxième axe relatif aux aliments de bétail, le député a relevé plusieurs dépassements graves, citant le népotisme et les relations personnelles comme critères de distribution. Pire, soulignera-t-il, le Commissaire à la sécurité alimentaire, chargé de veiller à l’application du programme, s’est immiscé d’une façon flagrante dans l’opération en mettant en avant ses relations personnelles, favorisant les personnalités connues, dans la mesure où certains individus se sont retrouvés avec des dizaines de tonnes d’aliments de bétail au moment où des dizaines de localités n’ont eu droit qu’à dix sacs d’aliments.

Quant au troisième axe relatif aux distributions gratuites, le député souligne qu’un nombre limité de localités en on bénéficié au détriment de la grande majorité qui en a été privée, notamment dans la zone de Bourrat. Le député a aussi vivement critiqué le volet relatif au transport des produits, notamment l’enveloppe de 400 Millions d’UM que le Commissariat à la sécurité alimentaire devait destiner à l’achat de camions. S’ajoute aux quatre axes déjà cités, celui relatif aux boutiques "Solidarité 2012 " pour la vente à prix exonéré de produits alimentaires de base pour les populations. Le député El Houceine Ould Ahmed Hadi de souligner que des dépassements graves et des violations ont marqué les cinq axes du Programme et a demandé au gouvernement de remédier à la situation.

Réponse du Premier ministre

Dans sa réponse, le Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a mise en exergue l’intérêt porté par son gouvernement pour le Programme EMEL 2012, soulignant qu’une évaluation sur son déroulement est faite toutes les semaines. Il a ajouté qu’un recensement exhaustif des pauvres a été menée dans les zones les plus vulnérables, précisant que quelques 120.000 citoyens mauritaniens ont bénéficié d’une aide de 100.000 tonnes d’aliments gratuits, notamment dans la zone d’Avala, dans le Triangle de la Pauvreté et d’autres zones à forte pauvreté dominante. Le PM a également souligné que l’intervention de l’Etat dans le cadre de ce programme a permis l’ouverture de quelques 600 boutiques de ventes de produits essentiels de base à prix réduits, et que des dizaines de milliers de personnes en ont bénéficié. Il est revenu sur les composantes du programme qui comprend selon lui un volet vente à prix réduits de produits alimentaires, mise en disposition d’aliments de bétail, distribution gratuites de produits alimentaires, approvisionnement en eau potable des zones pastorales qui en sont dépourvues.

A Nouakchott, le Programme EMEL 2012 a permis, selon le PM, l’ouverture de 400 boutiques qui ont déjà à leur actif la vente de plus de 17.000 tonnes de divers produits alimentaires à prix réduits. Cette action a profité selon lui à 80.000 personnes. A l’intérieur, dira-t-il en substance, 800 boutiques ont été ouvertes au niveau des départements et des communes rurales. En ce qui concerne la vente d’aliments de bétail, le PM a indiqué que le gouvernement a déjà distribué dans les régions de l’intérieur du pays, quelques 150.000 tonnes, dont 100.0000 tonnes destinés aux animaux et le reste sous forme de distributions gratuites pour les pauvres. Le gouvernement a également, selon lui, procédé à des approvisionnements en eau potable dans les régions du Gorgol, du Guidimagha, du Brakna et du Trarza. L’objectif selon lui est de fournir les quantités disponibles pour la consommation animale et humaine.

Le PM a ajouté que le Programme est minutieusement suivi par le gouvernement dans la mesure où un rapport de ces activités est établi chaque semaine et présenté au conseil des ministres. Selon lui, des circulaires ont été adressés à toutes les autorités administratives du pays pour les inciter à mener la mise en route du programme loin de toute considération politicienne, car il est adressé en premier lieu au citoyen mauritanien quel que soit son bord politique. Le PM a enfin avoué que le gouvernement reçoit régulièrement des réclamations et des plaintes et qu’à chaque fois, des enquêtes ont été menées et les injustices constatées rétablies.

L’avis de l’opposition

L’opposition a noirci le tableau presque idyllique présenté par le PM à propos du Programme EMEL 2012. Le député Abderrahmane Ould Mini du RFD, s’est plu à un jeu de comparaison, soulignant que le programme établi en 2003 par l’ancien président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya, n’ avait nécessité que 3 Milliards d’UM et est parvenu malgré tout à offrir le blé sur l’ensemble du territoire au prix de 2.500 UM le sac, au moment où le programme 2012 est alimenté à hauteur de 45 Milliards d’UM avec au finish, un grand fiasco sur toute la ligne. Ould Mini a déploré, au cours de son intervention, l’insuffisance de l’aide apportée au citoyen et au bétail, sans compter le favoritisme qui a caractérisé la gestion du programme 2012, son caractère personnel et son cachet politique. Bref, pour le député du RFD, le Programme "Espoir 2012 " s’est transformé en un grand désespoir. En définitive, il considère que le pouvoir en place est cliniquement mort, dénonçant sa guerre par procuration contre Al Qaïda au Maghreb Islamique et son implication directe dans la crise qui sévit dans le Nord Mali.

Pour Mohamed Moustapha Ould Beddredine, député de l’UFP, le Programme EMEL 2012 souffre de trois maux ; premièrement, il a été déclenché tardivement et trop tard ; deuxièmement, les quantités d’aliments de bétail prévus sont insuffisants et enfin, troisièmement, le programme a été vite politisé et personnalisé. Selon lui, les opposants au régime sont d’office privé du programme et les partisans du pouvoir largement pourvus.

Roulette russe

L’intervention du PM devant le prétoire de l’Assemblée nationale a été émaillée de polémiques, d’échanges verbeux, d’interpellations frisant la violence, le tout dans une pagaille indescriptible qui faisait penser plus à une assemblée de mégères dans n’importe quel marché africain qu’à un débat civilisé entre cadres d’un certain niveau. Il faut dire que c’est le PM qui a donné lui-même le top aux envolées de salives, lui qui s’est mis à énumérer ce qu’il considère être les réalisations du pouvoir, citant les mètres cubes d’eau distribués, les kilomètres de réseau électrique installés, les routes goudronnées réalisées, les recrutement d’Imams opérés, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs non permanents, le retour des réfugiés…Et le clou qui fit exploser le volcan des ressentiments : "les régimes passés n’ont pas accompli le dixième de ce qui a été réalisé depuis notre arrivée au pouvoir ! " C’en était assez pour libérer les flots de colère sur le côté gauche de l’assemblée, le coin du ring occupé par les opposants. La scène était d’un comique qui aurait inspiré plus d’un caricaturiste en panne d’inspiration.

Pendant que Kadiata Malick Diallo se laissait emporter dans un flot ininterrompu de paroles pour contredire les propos du PM, d’autres échauffourées opposaient députés de la majorité contre députés de l’opposition. C’était Ould Mansour contre Sid’Ahmed, El Khalil Ould Teyib contre Ould Beddredine, Yacoub Ould Moine contre Ould Babana, Lalla Mint Cheikhna contre Mah Mint Semette, Slama Ould Abdallahi contre Saleck Ould Sidi Mohamed…En sourdine, Kadiata et le PM poursuivaient leur match, alors que le président de la séance Ould Jideïne, tout en sueur, tentait de faire revenir le calme. C’est dans cette atmosphère délétère que la séance fut levée, avant que le PM en bon sportif ne vienne serrer la main de ses contradicteur de l’opposition.

Cheikh Aïdara
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires