Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le Nord-Cameroun et la menace islamiste nigériane


International
Mercredi 20 Février 2013 - 11:35

L'enlèvement de sept Français à la frontière camerouno-nigériane fait resurgir la peur de voir le Nord-Cameroun se transformer en base arrière de la secte islamiste Boko Haram.


Une plaque indiquant l'entrée du parc de Waza (Nord-Cameroun), novembre 2008. © MARC PREEL / AFP
Une plaque indiquant l'entrée du parc de Waza (Nord-Cameroun), novembre 2008. © MARC PREEL / AFP
Sept touristes français ont été enlevés  dans l’extrême-nord du Cameroun, à moins de 10 kilomètres de la frontière avec le Nigeria.
Parmi les personnes enlevées, on dénombre quatre enfants. Ces Français ont été kidnappés par des hommes armés non indentifiés et circulant à moto. Ils auraient ensuite été conduits en territoire nigérian.
En marge d'une visite à Athènes, le président français, François Hollande a déclaré que ces sept Français étaient d'une «même famille», et qu'ils avaient été enlevés «par un groupe terroriste que nous connaissons et qui est au Nigeria».
Avant cela, des sources sécuritaire camerounaise et proches de l’ambassade de France à Yaoundé avaient apporté quelques precisions.
Le porte-parole adjoint de l’ambassade de France, Vincent Floréani , a ainsi indiqué:
«Sept touristes français ont été capturés aujourd'hui (19 février 2013) par des hommes, manifestement à moto, dans la localité camerounaise de Dadanga à la frontière du Nigeria. Visiblement les touristes rentraient du parc naturel de Waza
Le parc de Waza est l’un des parcs nationaux les plus visités du Cameroun. Il se situe dans l’extrême-nord du pays, à quelques encablures du nord-est du Nigeria.
Selon une source au parc de Waza qui a demandé l'anonymat, «les touristes étaient allés visiter le parc hier (18 février). Ils ont dormi au campement touristique du parc d'où ils sont partis ce matin».
«Il s'agit de trois adultes et de quatre enfants, deux filles et deux garcons, a affirmé par téléphone à l'AFP une source sécuritaire camerounaise sur place, affirmant que nous sommes présentement à la recherche des ravisseurs (...) le long de la frontière avec le Nigeria.»
Cet enlèvement intervient alors que des violences ne cessent de faire rage dans le nord du Nigeria et que des étrangers sont de plus en plus la cible des membres des groupes terroristes tels que Boko Haram ou encore Ansaru.
Les islamistes d’Ansaru, proches de la secte nigériane Boko Haram et d'AQMI, ont par exemple revendiqué le 18 février, dans un communiqué, l'enlèvement de sept employés d'une société libanaise dans le nord du pays. Le groupe a déjà enlevé un Français en décembre.
Le nom complet du groupe Ansaru, Jama'atu Ansarul Muslimina fi Biladis Soudan, est «grossièrement traduit par “avant-garde de l'aide aux musulmans en Afrique noire”».
Dans un pays où le groupe Boko Haram sème déjà la terreur, la présence d’un deuxième groupe djihadiste armé inquiète fortement
C'est la première fois que des touristes occidentaux sont enlevés au Cameroun, bien que des prises d'otages au large des cotes camerounaises surviennent régulièrement, la dernière en date remontant au 8 février.
SlateAfrique avec AFP

 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire