Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le Maroc devient la 1ère puissance solaire d'Afrique


Economie
Lundi 9 Novembre 2015 - 09:30

D’ici la fin de l’année 2015, le Maroc lancera la première phase de son Plan solaire national avec la mise en route de la station solaire Noor Ouarzazate, appelée à devenir la plus grande du monde. Le Maroc cherche à se positionner comme un acteur majeur de l’économie verte, tout en lorgnant sur l’énergie nucléaire.


Le Maroc devient la 1ère puissance solaire d'Afrique
Le Maroc devient la 1ère puissance solaire d'Afrique
Depuis la cité du désert marocain, la journaliste Nadia Sweeny a voulu en savoir plus. Zaman France publie son enquête.En s’éloignant d’une quarantaine de kilomètres de la ville marocaine d'Ouarzazate, aux portes du Sahara, un demi-million de miroirs installés sur 450 hectares reflètent la lumière de l’astre solaire et génèreront bientôt l’énergie indispensable au futur énergétique du Maroc.

La station Noor Ouarzazate 1, pour le moment au stade de tests, entrera en fonction d’ici la fin de l’année 2015. Elle devrait produire, dans un premier temps, 160 Mégawatts et sera déjà la plus grosse centrale thermo-solaire jamais construite en Afrique. Selon les informations recueillies auprès de l’Agence Marocaine pour l’Energie Solaire (MASEN) créée en 2010, elle aurait nécessité un investissement de 800 millions de dollars.
 
 L’agence ne veut cependant pas s’étendre sur la facture finale exacte gardant une certaine opacité autour de certains détails de ce projet. Les travaux pour construire les stations Ouarzazate Noor 2, 3 et 4 sont cependant en cours. «La réussite du projet Noor repose sur trois domaines, explique M. Obaïd AMRANE, membre du directoire de MASEN.

La sphère économique, technologique et énergétique mais aussi sur l’émergence d’une économie locale, un axe de développement territorial», évoquant notamment que les 2 000 personnes employées sur ce projet, 75% sont issues de la région. C’est sans dire qu’à terme, il ne suffira que de 70 employés pour faire fonctionner la centrale, la plupart des ingénieurs étant étrangers, notamment espagnols.
 
D’ici 2017, l’ensemble Noor Ouarzazate s’étalera sur 3 000 hectares : avec une superficie comparable à la ville de Rabat, capitale du pays, Ouarzazate produira alors 500 MW d’électricité, dépassant les 377 produits par la centrale américaine d’Ivanpah, qui tenait le titre mondial jusqu’alors. La centrale Noor Ouarzazate est donc appelée à devenir la première centrale solaire du monde.

Elle est aussi la première phase d’un Plan Solaire Marocain beaucoup plus vaste : Noor (lumière en arabe), qui doit permettre au royaume de couvrir, grâce au solaire, 14% de ses besoins énergétiques d’ici 2020, soit la production de 2 000 Méga Watts. L’équivalent de deux centrales nucléaires moyennes en France.
 
 Obaid Amrane, membre du directoire de MASEN, présente le projet Noor Ourzazate à André Azoulay, à l'occasion du Morocco Solar Festival à Ouarzazate, le 17 octobre 2015. © Nadia Sweeny.
 
L'offensive environnementale du Makhzen
 
Le pays a un potentiel énorme avec un taux d’ensoleillement de 300 jours par an. D’autres centrales pharaoniques d’exploitation de l’énergie solaire doivent voir le jour sur cinq sites : Ouarzazate certes, mais aussi Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah.

Elles utiliseront plusieurs technologies solaires notamment l’énergie thermique à concentration (CSP). 9 milliards de dollars ont été investis principalement par la Banque Mondiale, l’Agence française de développement (AFD) et la Banque allemande de développement (KFW).

Les objectifs principaux de cet engagement est de développer l’économie marocaine, en faisant affluer les financements internationaux, mais aussi de réduire la dépendance énergétique du royaume qui importe encore 95% de l’énergie qu’il consomme, pour environ 6 milliard d’euros, l’équivalent de 8,3% du PIB nationale.
 
 Le roi du Maroc en visite au Mali. Le royaume chérifien a des ambitions économiques de premier ordre concernant la commercialisation de son énergie solaire.
 
Dès 2009, le Maroc s’est donc lancé dans la course au développement durable avec une charte sur l’environnement, la création de cursus universitaires spécialisés et de diverses agences et de structures facilitateurs de financements.

Le Maroc table sur sa capacité progressive à intégrer les savoir-faire technologiques et à en devenir précurseur. Aujourd’hui, la technologie utilisée par la station Noor pour exploiter l’énergie solaire marocaine est celle d’Acciona, entreprise espagnole, en consortium avec ACWA Power, entreprise saoudienne exploitante.
 
Le royaume rachète l’énergie au consortium et le revend, moins cher, aux consommateurs, grâce à une subvention étatique. Car pour le moment, l’énergie solaire est encore chère à exploiter mais MASEN estime que son prix va se réduire d’années en années, grâce au développement technologique : «elle coutera déjà 13% de moins sur Ouarzazate 2» assure-t-on à MASEN. Un pari sur l’avenir. Le Maroc prévoit d’ici 2020, de produire 42% de ses besoins lui-même à partir des énergies renouvelables réparties entre le solaire, l’hydraulique et l’éolien.
 
 La station Noor Ouarzazate 1 est en phase de test et sera lancée d'ici la fin de l'année 2015. © Nadia Sweeny.
 
En effet, avec ses 3.500 Km de côtes, le pays bénéficie d’un potentiel exploitable de 25 000 MW. Il avait déjà, en 2012, le parc éolien le plus développé dans la région après l’Egypte.
 
L'ambition marocaine de l'exportation solaire
 
Le royaume aimerait aussi exporter son énergie vers l’Europe, via la liaison sous-marine qui existe déjà avec l’Espagne, mais aussi et surtout vers l’Afrique. «Nous avons déjà signé deux mémorandums d’entente avec le Nigéria et la Côte d’ivoire», apprend-on à Masen.

D’autres sources définissent cependant ces accords comme des coquilles vides pour le moment. Le Sénégal a cependant entrepris de construire une agence de l’énergie sur le modèle marocain.

«Dans cinq ans, le Maroc sera un des rares pays en Afrique à être à la pointe des énergies renouvelables, prédit tout de même André Azoulay, conseiller du Roi Mohammad VI. Il produira 6 à 8 000 MW répartis entre l’énergie solaire, l’éolien et l’hydraulique : cela change la destinée de notre pays !».
 
Le président de la France François Hollande a fait le déplacement jusqu'au palais royal de Mohamed VI.
 
La révolution verte semble en cours dans le royaume, mais cela n’empêche pas le pays de miser sur l’énergie nucléaire de manière insistante. L’Agence Internationale de l'Energie Atomique est, en ce moment, en train de faire une série d’analyses pour évaluer la capacité du pays à mettre en place un programme nucléaire qui lui permettrait notamment de développer un plan de désalinisation de l’eau de mer.

Une éventuelle solution pour le royaume qui devrait connaitre un niveau de stress hydrique extrêmement élevé d'ici 2040. L’ONU parle d’une diminution annuelle de 20 à 50% des eaux souterraines pour le Maroc, qui semble jouer sur plusieurs tableaux énergétiques, poussé par ses impératifs

zamanfrance
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires