Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies exhorte les autorités mauritaniennes à protéger une activiste menacée


Actualité
Mardi 17 Juin 2014 - 00:00


Aminetou Mint El Moktar
Aminetou Mint El Moktar
Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies a exhorté la Mauritanie à protéger l'activiste des droits humains, Aminetou Mint El-Moctar, qui est devenue le centre d'une campagne des médias sociaux qui déclarent que quiconque «la tue ou lui arrache les yeux sera récompensé par Dieu».

Un communiqué publié par le Bureau des droits de l'homme transmis, samedi, à la PANA New York, a cité son porte parole, Rupert Colville, déclarant : «Nous sommes préoccupés par le fait qu'il n'est pas fourni à Mme Mint El-Moctar la protection adéquate des autorités, malgré qu'elle l'ait requise».

M. Coleville a déclaré que l'activiste a été une cible après que le leader du Mouvement connu sous le nom de «Amis du Prophète» a publié une fatwa contre elle, car elle a publiquement demandé des procédures de jugement justes, en conformité avec les obligations de la Mauritanie sur les droits humains internationaux, pour Mohamed Ould M'Kaitir.

M. M'Kaitir est un jeune mauritanien qui attend un jugement sur des accusations d'apostasie depuis janvier, mais à cause de la nature des charges, aucun avocat ne veut le défendre, rendant ainsi impossible un procès équitable.

«Les menaces d'horreur contre Mme Mint El-Moctar, seulement en soulignant cela, met en évidence l'importance de son appel public pour qu'un jugement juste soit assuré et illustre combien cela sera difficile», a-t-il déclaré.

Le Bureau des droits de l'homme a également appelé les autorités mauritaniennes à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger Mme Mint El-Moctar «au vu des menaces publiques très claires de la tuer ou la mutiler et d'ouvrir une enquête, ainsi que de poursuivre ceux qui incitent à la violence».

«Nous rappelons au gouvernement mauritanien ses obligations de protéger ses citoyens des menaces sur leurs vies et leur sécurité», a indiqué le communiqué.

A la veille des élections présidentielles prévues pour le 21 juin, le Bureau des droits de l'homme a également réitéré que la religion ne devrait pas être utilisée comme un instrument dans le débat politique.

Source: Pana
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires