Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le 12/12/12, une date à commémorer


Vu de Mauritanie par MFO
Jeudi 13 Décembre 2012 - 11:00

Plus on s’éloigne de l’avant 3 août 2005, plus la conscience du «paradis perdu» se précise chez les plus sceptiques. Cela se traduit par la résurgence de la nostalgie, exprimée ou non, de cette période qui fut la plus longue pour le pays, probablement la plus marquante pour une Nation qui reste en construction.


Autres articles
Le 12/12/12, une date à commémorer
21 ans d’un régime désormais différemment apprécié, après avoir été unanimement condamné. Ce qui a d’ailleurs expliqué et justifié, très largement, le coup d’Etat d’août 2005 et l’absence de toute réaction des soutiens et des dignitaires du régime de l’époque.

7 ans plus tard, des appels sont lancés pour célébrer l’homme, son exercice et son époque. Parfois timidement, de plus en plus ouvertement. L’homme a lui-même écrit un livre sur le «printemps arabe» après toutes ces années de silence, une tentative de se remettre en scelle à un moment où l’on présageait ici une contamination imminente. Le calcul a raté et l’ancien chef d’Etat a voulu faire croire que le livre en question était une «fabrication» et non un authentique produit de son intelligence…

C’est bien parce que son régime n’a pas fait l’objet d’un procès public, ses successeurs préférant «’ava Allhu ‘an maa salaf» (Dieu pardonne le passé), que les hommes de ce régime peuvent aujourd’hui occuper les devants, que ses nostalgiques tentent de le réhabiliter…

Nous choisissons quant à nous de célébrer l’homme et son régime à travers la commémoration du 12 décembre 1984, date de sa prise du pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat intervenu alors que le Chef de l’Etat de l’époque, le colonel Mohamed Khouna Ould Haidalla dont il était le principal suppôt, participait, sous l’insistance de la France, au sommet de la francophonie à Bujumbura.
Nous ne pouvons passer sous silence cette date pour ce qu’elle symbolise désormais : le pouvoir de Ould Taya. Rien que parce que ce 12/12 arrive un mercredi comme le premier, qui plus est l’année 2012. Ce qui fait 12/12/12, une configuration que l’on ne vit pas deux fois dans un pays où l’espérance de vie atteint à peine 60 ans.

Le «12/12» sera une négation de ce qui a précédé, sans pour autant occasionner l’éclosion d’un «esprit» propre. Ni esprit, ni air, ni idéologie dominante. Ould Taya a préféré gouverner selon les besoins du moment, s’alliant avec tel groupuscule contre tel autre, avec telle force contre telle autre. Ce pourquoi tous les mouvements politiques ont été à un moment ou un autre persécutés et leurs leaders emprisonnés, torturés, parfois exilés. On passait allègrement du statut de dignitaire du régime à celui de prisonnier persécuté.

En 21 ans d’exercice, la Mauritanie aura eu droit un ante-Atatürk qui n’a pas eu les moyens de ses ambitions souvent mal exprimées et toujours mal mises en œuvre. Cela a donné ce qu’on pouvait en espérer : un modernisme débridé, une révolution sociale avortée, un libéralisme corrompu par les jeux d’écriture, un nationalisme qui s’apparentait au chauvinisme, un traditionalisme qui fut une négation de l’authenticité, une ouverture qui avait fini par être une autre manière de se replier sur soi, de s’enfermer dans ses limites les plus exigües et de refuser les mutations les plus nécessaires.

Sape des fondements de l’Etat, corruption des rapports à la politique, inversement de l’échelle des valeurs sociales, exacerbation des différences et leur instrumentalisation, culture des fractures ethniques, régionales et tribales, pillage systématique des ressources, isolement diplomatique et géographique du pays… C’est cette Mauritanie émiettée et perdue pour elle-même que le système Ould Taya laisse derrière lui en août 2005.

Regardez autour de vous aujourd’hui, qui voyez-vous aux premières lignes ? Les plus proches collaborateurs de Ould Taya, à la tête des trois grandes coalitions des partis mauritaniens, des hommes qui ont trempé dans la gestion catastrophique du pays, qui ont participé au sac du pays, qui ont béni parfois provoqué l’expulsion et les exactions commises à l’encontre de certains de leurs frères, qui se sont tus sur les injustices, sur l’arbitraire…

Ecoutez-lez jurer vouloir tout le bien pour la Mauritanie, chercher à redresser les torts commis par le régime, espérer la fin de la parenthèse qui s’est ouverte un certain 3 août 2005…

L’un des plus grands torts commis par ce régime, c’est celui d’avoir perdu des dizaines de compétences, de jeunes (à l’époque) bien formés, très aptes à réussir à contribuer au développement du pays, et qui se sont retrouvés pris dans le piège de la prédation, de la corruption et de la délation. Ceux-là sont à regretter. Pour eux-mêmes et pour la Mauritanie. Evoquez les noms et vous aurez une idée de l’ampleur du drame.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter