Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Laurent Fabius en Mauritanie


Actualité
Mercredi 17 Avril 2013 - 01:41

Une visite attendue depuis longtemps. Depuis le rendez-vous raté du Ramadan passé. Quand Laurent Fabius avait fait le tour des capitales ouest-africaines pour préparer la reconquête du Nord du Mali. Après avoir passé un peu plus de 24 heures à Dakar, partageant les goûts festifs des jeunes contestataires de «Y en a marre», le ministre français avait programmé un passage furtif à Nouakchott, au moment de la rupture du jeûne. Ce que les autorités mauritaniennes avaient mal pris. Le passage n’eut pas lieu…


Laurent Fabius en Mauritanie
La Mauritanie étant un pays incontournable dans la construction de la paix au Mali, il fallait donc faire l’effort de venir et de rester le temps nécessaire pour embarquer le pays aux côtés de la France. Le prétexte de la réunion des ministres des 5+5 était l’occasion de réparer ce qui peut l’être.
 
A son arrivée à Nouakchott, le ministre français a donné le la en déclarant que les relations franco-mauritaniennes sont exemplaires et couvrent plusieurs domaines d’intérêt commun. Quand il a été reçu par le Président de la République, il a poursuivi : «j’ai eu l’honneur d’être reçu par le Président de la République en compagnie de mon ami et collègue le ministre des affaires étrangères et de la coopération. Nous avons abordé les relations bilatérales entre la Mauritanie et la France. La Mauritanie est un ami solide de la France et la solidité de cette amitié s’est traduite dans des actions concrètes».
 
Annonçant que «dans quelques instants, je signerai ce qu’on appelle un document de partenariat qui permet d’organiser un certain nombre d’appuis concrets de la France à des projets en Mauritanie qu’il s’agisse de la formation professionnelle, de l’éclairage, des services publics... Il y a une amitié solide entre la Mauritanie et la France».
Et de poursuivre : «nous avons évidemment parlé de la situation régionale et de la situation internationale notamment au Mali puisque la Mauritanie suit ce qui se passe au Mali avec énormément d’intérêt et nous avons une analyse extrêmement convergente. Le Mali a besoin de sécurité comme toute la région. L’intervention qui a eu lieu a permis de rétablir la sécurité mais il faut conforter cet élément là. Vous savez sans doute que d’ici quelques jours l’ONU va adopter ce qu’on appelle une opération de maintien de la paix qui permettra d’avoir une force de sécurité très importante au Mali qui va continuer à sécuriser le Mali et nos amis mauritaniens envisagent y prendre part et ils définiront eux-mêmes la manière de le faire».
 
Reprenant quelques-unes des conditions de la Mauritanie : «Mais il y a aussi l’aspect politique, parce qu’il faut que le Mali s’engage dans le dialogue et la concertation pour aller vers les élections. Nous avons également parlé de cela avec le Président mauritanien qui a une analyse très fine des choses et nous partageons - ce qui m’a frappé dans nos conversations - l’approche qu’il faut qu’il y ait un véritable dialogue entre le sud et les populations du Nord pour que chacun se sente à l’aise et qu’un certain nombre de difficultés, qui ont existé dans le passé, puissent être résorbées. Puis, il y aura des élections qui sont prévues au mois de juillet. Donc, il y a l’aspect de la sécurité, il y a l’aspect des élections et du dialogue et il y a l’aspect économique puisque le Mali comme l’ensemble de la région a besoin d’un soutien économique. Souvent, l’origine des questions est dans une difficulté économique.
 
Bref, des conversations très chaleureuses, avec le Président de la Mauritanie qui est un ami de la France et vous savez que maintenant je vais avec le collègue ministre des affaires étrangères et de la coopération ensuite, nous aurons à dîner ensemble avec le Premier ministre. Demain, nous passerons, si je puis dire, à un autre exercice celui du dialogue 5+5 : les 5 pays du nord de la méditerranée et les 5 pays du sud. Là aussi nous travaillons la main dans la main avec nos amis mauritaniens. Donc une rencontre excellente avec des amis très solides».
 
Au même moment, la France proposait au Conseil de sécurité des Nations-Unies d’autoriser le déploiement d’une force de maintien de la paix au Mali à partir du 1er juillet prochain. Ce qui devra occasionner le changement de la MISMA (mission panafricaine au Mali) en MINUSMA (mission intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali).
Il s’agira de déployer un maximum de 11.200 soldats et 1440 policiers. Cette force sera appuyée par une force guerrière française qui interviendra en cas de besoin.
 
L’absence de la Mauritanie à l’effort de maintien de la paix la privera de suivre de près la situation d’une région qui constitue un espace vital pour elle. Moralement injustifiable, cette absence est un lâchage d’un pays frères, le Mali, et de ses populations.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires