Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La voix du cœur l’emporte


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 12 Octobre 2013 - 15:15

C’est finalement la voix du cœur qui l’a emporté dans le dénouement de la crise qui a secoué l’Union des forces du progrès (UFP). La voix du cœur, c’est celle qui a privilégié le maintien de la ligne de la direction historique du mouvement devenu parti, celle que défendaient le Président Mohamed Ould Maouloud et ses proches compagnons. Dans le rapport que nous avons eu des discussions qui auront duré trois jours, pas de trace de Mohamed Ould Khlil, le vice-président, l’ancien Wali notamment de Nouakchott. Lui qui soutenait fermement le boycott ne semble pas avoir pris la parole pendant cette dernière réunion où ce sont les dirigeants qui ont développé leurs arguments. Deux thèses.


La voix du cœur l’emporte
La première, la «participationniste», a été défendue par Moustapha Bedredine, secrétaire général du parti et actuel député du parti. L’option de la participation découle de la ligne originelle du parti. Elle se justifie amplement par la nécessité pour le parti de rester dans le jeu, de pouvoir offrir à ses cadres la possibilité de s’exprimer publiquement et de se donner quelques moyens pour mener à bien son action. La démocratie étant un combat perpétuel, elle ne peut souffrir l’absence du terrain de la contestation. Et de rappeler toutes les fois où le parti a eu à choisir de s’impliquer ou de se rapprocher de pouvoirs avec lesquels il n’avait rien à partager, rien que pour pousser vers plus d’ouverture, plus de progrès. Pour ce qui est de la question de la «trahison des compagnons de la COD», il ne faut pas s’en faire parce que tous ont trahi l’UFP et ses leaders à un moment donné : ces partis n’ont pas de leçon à donner en la matière d’autant plus qu’ils ne sont pas d’accord sur la décision de boycott.
 
La deuxième ligne était défendue par le Professeur Lô Gourmo Abdoul et le Président Mohamed Ould Maouloud. Elle s’articule autour de l’opportunité de la décision prise par le Comité permanent alors que le Président était mandaté pour diriger la délégation de la COD pour le dialogue et qu’il devait s’en tenir à la décision collégiale de cette même COD. Pour ce qui est de la situation qui a toujours prévalu, elle était dictée par les menaces qui pesaient sur les pouvoirs : le parti aurait rallié Ould Cheikh Abdallahi parce qu’il craignait un coup d’Etat ; il se serait rapproché de Ould Taya pour éviter les déchirements qui menaçaient le pays. Alors que le pouvoir actuel ne risque rien. Allant même jusqu’à reconnaitre que «quelque chose» a été fait dans les domaines de la liberté et des infrastructures. Ce qui donne au pouvoir de Ould Abdel Aziz un répit qui peut durer le temps nécessaire pour arriver aux présidentielles sans accrocs. L’objectif stratégique du parti ne doit pas être de renforcer le camp de ce pouvoir, mais de maintenir la pression sur lui pour lui arracher le maximum de concessions d’ici là. La meilleure façon de faire est de maintenir le climat de crise politique en boycottant les futures élections.
 
Un second développement va viser les «élus» du parti qui semblaient être les plus engagés pour la participation. Rappel de leur «indiscipline» qui les a poussés à continuer à venir au Parlement et à toucher leurs salaires de députés alors que le parti avait jugé «illégale» l’Assemblée présente. Rappel aussi de la nécessité de maintenir le cap de l’engagement qui fait que les plus anciens cadres du parti n’ont jamais été portés sur les avantages que pouvaient procurer telle ou telle situation.
 
Un troisième volet du développement concernera les rapports avec les autres composantes de la COD. Reconnaissant les trahisons dont l’UFP et ses leaders ont été victimes par le passé, le discours a opposé que rien moralement ne peut justifier de se comporter de la même façon. L’UFP n’a pas le droit de faire volte-face.
Un dernier volet a traité de la nécessité de maintenir l’unité du parti et son leadership. La direction ne doit pas éclater et le leader Mohamed Ould Maouloud ne doit pas être désavoué. Pour ce faire une commission est désignée pour faire une proposition qui sera soumise au vote. Composée de cinq membres dont son président Mohamedou Nagi, supposé neutre, elle rendra son verdict vers cinq heures du matin. Elle propose le boycott et le soumet au vote :

«Par 31 voix, 6 contre et 3 abstentions, le BE du Parti réuni depuis le 8 octobre a réaffirmé dans la nuit du jeudi 10 au vendredi 11 octobre, sa décision de ne participer qu’à des élections démocratiques, transparentes et consensuelles, ce qui n’est pas le cas pour celles dont l’agenda a été imposé unilatéralement par le régime. En conséquence, les listes déposées actuellement au nom du parti devront être retirées. L’UFP réitère la position commune de la COD et demande la réactivation du dialogue suspendu en vue de trouver une formule de compromis sur une gouvernance électorale transparente et juste.» (déclaration du Professeur Lô Gourmo Abdoul largement reprise sur le net).
 
C’est ainsi que les voix du cœur l’auront emporté sur celles de la Raison. Reste à savoir comment la décision de boycott va être appliquée, surtout si les mandataires des listes vont se plier ou non à l’exigence du parti et/ou s’ils vont aller se présenter ailleurs.
 
Jusque-là la discipline du parti a toujours été respectée par ses cadres et militants, mais on a vu comment ce différent a été étalé avec violence sur la voie publique. De quoi affirmer que quelque chose est en train de rompre dans la «superstructure» des camarades.

Mohamed Fall Ould Oumeir
Oumeir.blogspot.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter