Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La preuve : le pouvoir a perdu la guerre médiatique extérieure face à l’IRA…


A.O.S.A
Samedi 19 Octobre 2013 - 14:16


La preuve : le pouvoir a perdu la guerre médiatique extérieure face à l’IRA…
Quoi qu’on dise, Birame a gagné la guerre médiatique extérieure contre le pouvoir. Le coup de grâce est cette sortie de la fondation australienne classant la Mauritanie en tête des états esclavagistes si on lit ladite publication à la vitesse du citoyen lambda qui a d’autres chats à fouetter qu’aller creuser la chose. L’état mauritanien aura beau convoquer les maîtres Kelman et même convaincre les CRAN et autres personnalités convoquées ou de passage que la Mauritanie n’est pas ce que prétendent les Birame et consorts car le pouvoir mauritanien est pluriel de fait : des généraux négro-mauritaniens puissants, désormais même des généraux hratines blanc et noir. On ne compte plus le nombre de hratines ministres sans parler des postes importants dans l’administration. Nulle part on peut comparer ce qui passe en Mauritanie avec ce qu’on trouverait dans un pays raciste malgré le manifeste du hartani enfumé qui a vu le jour récemment rappelant un certain nombre de vérités qui prouvent que les séquelles de la féodalité sont encore actives sans pourtant aller dans le sens des militants radicaux.
 
 
Côté intérieur, Birame n’a pas fait recette et le pouvoir a gagné finalement la seule guerre urgente qui compte celle de l’intérieur car le danger qui guette à savoir l’explosion sociale est intérieur. Reste que la guerre de la communication extérieure a aussi un sens or en la matière le pouvoir est complètement dépassé ; dépassé pas seulement parce que tout ce que dit Birame n’est pas faux mais surtout parce que le pouvoir n’a pas l’habitude de se battre contre quiconque sinon par la menace ou la corruption or cette mauvaise foi du système, sa propagande stérile peut avoir des effets à l’intérieur mais pas à l’extérieur face à un mouvement devenu incontournable dans cette guerre pour l’image de la Mauritanie.
 
Birame marque beaucoup de points car le Birame de nos jours n’est pas le Birame d’hier : toutes ses sorties, tous ses discours prouvent qu’il a pris une tout autre dimension que le pouvoir ne mesure pas encore. Birame n’est pas seul et une telle mutation dans la forme du discours n’est pas le fait du Birame d’hier seul ; il s’agit là d’une organisation avec derrière de véritables stratèges rompus aux techniques les plus vicieuses de la guérilla médiatique.
 
Comment imaginer innocent que 3 jours à peine avant d’aller faire un discours à Dublin puis un autre face à une sous-commission de l’EU, comment penser que l’IRA n’ait pas prémédité une provocation qui fit que les militants à Boutilimit soient allés creuser des trous pour s’enterrer jusqu’au cou à deux pas de la gendarmerie sachant que les forces de l’ordre n’allaient pas faire de quartier. N’eût été un mot du Calame, on n’aurait jamais su pourquoi les militants gravement blessés, la bave aux lèvres, inconscients, avaient une tête pleine de sable…
 
 
Si Birame est devenu un guerrier sans concession dans cette forme de lutte, c’est qu’il est aussi le fruit d’un système qui use de toutes les fourberies, toutes les manipulations, toutes les menaces pour briser ses adversaires. Face à un tel régime, il ne faut pas s’étonner que naisse un Birame ni qu’il soit soutenu par des mains de l’ombre qui ne sont pas des petits esprits. 
 
Dieu Merci, cette lutte sans concession où tous les coups sont permis pour abattre le système, renverser la table, n’est encore que de l’ordre du discours car on s’étonne que face à un régime militaire même civilisé, il n’y ait jamais eu en Mauritanie d’organisation clandestine pour une lutte armée, non pas à propos des l’esclavage ou ses séquelles mais juste pour que ceux qui usent des armes pour tenir un pouvoir, intimider les civils, braquer l’état, n’aient pas en plus une vie tranquille à se pavaner eux et les leurs dans le pays que leur système a pillé surtout face à un peuple qu’ils ont saigné à blanc car si tous les morts de nos mouroirs pouvaient mordre, si tous les destins brisés pouvaient se dresser, si toutes les jeunesses brisées à la fleur de l’âge pouvaient se venger, si tous les hommes humiliés pouvaient se relever, si tous les bras résignés se lever et tous les rêves détruits se refaire une santé alors tous ces mafieux du banquier au militaire responsables prendraient la fuite sans demander leur reste. 
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires