Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La presse en question


Vu de Mauritanie par MFO
Dimanche 14 Octobre 2012 - 16:05


Autres articles
La presse en question
Au moment où l’on passe à la mise en application de la loi relative à l’aide publique à la presse, il est utile pour tous de marquer un moment d’arrêt pour savoir ce qui ne va pas.
 
Le foisonnement des sites et des journaux n’a finalement pas été un signe de bonne santé. Sauf peut-être qu’il est le meilleur indicateur de la facilité avec laquelle on peut créer un organe depuis que les contraintes ne sont plus là. Ce foisonnement a favorisé l’entrée sur la scène médiatique d’acteurs qui n’ont rien à voir avec le secteur. D’où les excès enregistrés ces derniers temps et qui sont le premier grand mal de la presse. Insultes, diffamation, stigmatisation, racisme, apologie de la violence… tout y est pour tendre encore plus les rapports sociaux et politiques entre les différents segments de la société. Ça se passe comme si tout le monde était de mèche pour promouvoir la rumeur, les à-peu-près, les médisances, les mensonges…
 
C’est que la paresse intellectuelle, mais aussi l’incompétence notoire, a fait que la plupart de nos confrères se contentent de reprendre les papiers de certains sites. Du «copier» et «coller». D’où l’uniformisation de l’information. La ligne éditoriale n’existant pas, les organes – sites, journaux et maintenant radios et télé – ont fini par répéter les mêmes informations, les mêmes analyses. Nous savions, depuis l’explosion du phénomène des pharmacies et des stations d’essence, que la duplication est le fort des Mauritaniens. Il suffit que l’un d’eux se lance dans une aventure qui lui réussit plus ou moins pour voir tous ceux qui le peuvent lui emboiter le pas, utiliser les mêmes matériaux que lui, s’adresser à la même clientèle, pêcher dans les mêmes eaux… Sans innovation, sans apport supplémentaire. C’est l’une des causes de l’échec de l’industrialisation du pays.
 
Aujourd’hui elle est la première raison du manque de crédit de la presse. Quand vous avez lu, avant de dormir, quelques quatre sites mauritaniens, vous pouvez vous abstenir de chercher du nouveau dans les journaux du lendemain. Ils ne font en général que reprendre, avec les fautes souvent, les textes qui paraissent dans ces sites. Même qu’ils ne changent rien à l’alignement des sujets.
Il est temps pour nos organes de presse de mûrir et de se professionnaliser. L’information qu’on donne doit être vérifiée, sinon, et pour être le plus complet possible, donner toutes les versions des faits sans prendre partie. Bien sûr qu’on a le droit d’exprimer son opinion, sa position, mais sans prétendre cependant à l’objectivité. Parce que le souci doit être celui de la transparence avec le citoyen que nous devons nous abstenir de tromper.
 
Entre l’expression d’une opinion ou d’une position et l’information donnée de façon tendancieuse, il y a un pas… énorme. Que l’on franchit allègrement à chaque bout de phrase ici. Tout développement de la presse commence par la prise de conscience de ses insuffisances. Qui sont criantes aujourd’hui.

Mohamed Vall Oumere
 
oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter