Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La presse arabe revient sur l'après-Kadhafi et les dernières images du "Guide"


International
Vendredi 21 Octobre 2011 - 22:05

Revue de presse: La fin d'un tyran, la mort d'un despote... Pour la presse arabe, la mort de Kadhafi est une victoire. Mais une victoire qui ne doit pas occulter les inquiétudes sur l'avenir de la Libye.


La presse arabe revient sur l'après-Kadhafi et les dernières images du "Guide"
"L’exécution d'un tyran", titre le quotidien libanais pro-Hezbollah, al-Akhbar avec une immense photo de Mouammar Kadhafi en costume de "roi des rois". Dans une analyse intitulée "Kadhafi... la fin dans la ville natale", le journaliste Bachir el-Bakr rappelle que Mouammar Kadhafi est, après Ben Ali et Moubarak, le troisième dirigeant arabe déchu par les soulèvements populaires qui secouent la région depuis fin décembre. Mais, estime-t-il, la fin de Kadhafi ne ressemble pas à celle des deux autres dictateurs pour trois raisons : c'est une fin sanguinaire marquée par un assassinat; c'est une fin qui intervient après une offensive militaire occidentale soutenue par une partie des communautés internationale, arabe et locale; c'est une fin qui s'accompagne d'un grand nombre de victimes et qui a causé de grandes pertes matérielles. "Pour ces raisons, la suite des événements en Libye va être observée de près par le monde arabe, notamment par la Syrie et le Yémen où les révoltes sont matées dans le sang, à un moment où la communauté internationale montre une envie croissante d'intervenir et où se multiplient les appels locaux à une protection internationale", conclut Bachir el-Bakr.

"Loin des spéculations et des souhaits, la fin de Kadhafi pose la question de l'avenir de la Libye et de son peuple face aux défis et difficultés qui attendent les rebelles", relève, de son côté, Walid Choucair, dans le quotidien panarabe Hayat. Choucair qui note également que Mouammar Kadhafi a emporté dans la mort quelques secrets qui auraient pu s'avérer embarrassants aussi bien pour ses semblables que pour certains de ses adversaires.

Pour Talal Salman, du quotidien libanais as-Safir, il est encore "tôt pour spéculer sur l’après-Kadhafi". Aujourd'hui, les Libyens sont tout à leur joie de voir un cauchemar qui a duré plus de quatre décennies prendre fin, et laissent au nouveau pouvoir le soin d’écarter le spectre de la guerre civile qui plane sur une Libye détruite, souligne-t-il.
M. Salman qui souligne également la laideur de la dernière image de Mouammar Kadhafi et l'irrespect de la mort par des rebelles se débarrant du tyran.

Que des centaines de milliers de Libyens célèbrent la fin du dictateur Mouammar Kadhafi est légitime puisque ce peuple a trop longtemps été victime de sa tyrannie et de son injustice, souligne Adel Bari Atwan, dans un éditorial publié sur le Yemen Portal. Mais ce qui nous déçoit, poursuit-il, est la façon inhumaine avec laquelle le dirigeant libyen, et quelques uns de ses fils et proches, ont été traités. "Nous soutenons les célébrations de la fin des tyrans et le passage total du pouvoir aux mains du peuple. Mais nous ne pouvons jamais approuver l'assassinat des prisonniers ni la façon dont Kadhafi a été traité comme nous l'avons vu en images, son corps traîné dans les rues. Des images transmises sur les télévisions arabes avant d'être diffusées par les chaînes occidentales", s'indigne M. Atwan. Et de poursuivre : "Notre religion islamique nous dicte le contraire de ces actions et nous aurions souhaité que les rebelles s'illustrent par un traitement plus humain de leurs adversaires. Nous avons été déçus".

Le journaliste Tarek el-Hamid, de Acharq el-Awsat, aborde, dans son éditorial intitulé "Kadhafi...quelle fin", l'affaire sous un autre angle : "La question reste donc celle déjà posée après la mort de Saddam Hussein : Ces tyrans n'apprennent-ils donc jamais ?".


olj.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire