Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La présidente apporte la preuve que le verdict contre Ould Mkheytir est hors la loi !


A.O.S.A
Vendredi 26 Décembre 2014 - 16:24


La présidente apporte la preuve que le verdict contre Ould Mkheytir est hors la loi !

Ironie du sort, c’est le texte de la présidente de la Commission Nationale des Droits de l’homme, Irahiba Mint Abdel Wedoud, qui apporte cette preuve juridique. On se souvient que sa sortie, qui va à l’encontre de son devoir de présidente de ladite commission, lui a valu d’être indexée par plusieurs organisations des droits de l’homme qui ont demandé sa tête en vain au chef de l’état et son bannissement des tribunes dans le monde libre :


« Nous nous indignons des propos précités de la Présidente de la CNDH et demandons sa destitution, sans délai et son interdiction de présence aux forums internationaux, en particulier dans le Monde libre. 


 Associations des femmes chefs de famille (Afcf)

Association Mauritanienne des Droits de l'Homme (Amdh)

Conscience et résistance (Cr)

SOS Esclaves »


https://www.change.org/p/signez-nombreux-et-faites-signer-pour-sauver-la-vie-d-un-d%C3%A9tenu-d-opinion


Qu’a donc dit la présidente de la commission nationale des droits de l’homme de si choquant ? 
D’abord elle a menti en déclarant : « La Commission Nationale des Droits de l'Homme de Mauritanie a pris connaissance  avec consternation des écrits  d'une violence inénarrable tenus à l'encontre du Prophète Mohamed ( PSL), Prophète de l'Islam, religion de l'Etat et du peuple mauritaniens. Blasphématoires, vexatoires et provocateurs, ces écrits hérétiques ont été  confirmés par leur auteur qui a persisté dans sa diatribe contre l'islam et son Prophète.  ».


http://www.cndh.mr/content/view/210/1/


Elle a menti car désormais, malgré la campagne de propagande qui consista dans le monde arabisant à retirer toutes traces des propos du jeune militant forgeron, le monde francophone a pu sauver une trace de la vérité face à laquelle aucune accusation d’apostasie ne peut plus tenir car désormais chacun sait que le jeune forgeron avant d’être arrêté a écrit une mise au point que personne n’ose lire ni à la radio ni à la télévision mauritanienne sans parler des journaux de la presse étrangère comme Jeune Afrique, Le Monde, Le Figaro, L’AFP etc. jusqu’à RFI qui passent leur temps à ânonner des généralités sans donner cette preuve ultime de l’innocence de Ould Mkheytir en matière d’apostasie surtout que, comme le rappelle l’IRA dans leur dernier communiqué, « l’une des plus  grandes sommités de l’Umma, dépositaire incontestable des savoirs les plus étendus en matière de la Charia et de l’exégèse du Saint Coran  et de la Sunna, le penseur musulman Mohamed El Moktar Echeinguity, s’était clairement prononcée sur le cas de Ould M’Kheitir en affirmant la nullité de tous les arguments à la base de son arrestation et donc, à plus forte raison, ceux justifiant sa condamnation à la peine capitale. »


En plus d’avoir menti, la présidente de la commission nationale des droits de l’homme donne l’argument juridique incontestable qui, face au propos du jeune militant avant d’être arrêté, rend inique le verdict de Nouadhibou. On se demande ce que valent ses avocats...

 

Citons la présidente qui rappelle le droit : « Ce faisant, il entre dans le champ d’application  de l’article 306 de l’Ordonnance n°83-162 du 09 juillet 1983 portant institution d’un Code Pénal qui dispose que : « Tout musulman coupable du crime d'apostasie, soit par parole, soit par action de façon apparente ou évidente, sera invité à se repentir dans un délai de trois jours. S'il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu'apostat, et ses biens seront confisqués au profit du Trésor. S'il se repent avant l'exécution de cette sentence, le parquet saisira la Cour suprême, à l'effet de sa réhabilitation dans tous ses droits, sans préjudice d'une peine correctionnelle prévue au 1er paragraphe du présent article. Toute personne coupable du crime d'apostasie (Zendagha) sera, à moins qu'elle ne se repente au préalable, punie de la peine de mort».


Très bien ! S’il se repent dans les trois jours... Eh bien, il l’a fait en un jour ! Puisque avant d’être arrêté le lendemain de son premier écrit, il a fait cette incontournable  mise au point :


 

«  Eclairage sur l’article : La religion, la religiosité et les forgerons (Lemaalmin)


J’ai suivi ces derniers jours les différentes réactions suscitées par mon article « La religion, la religiosité et les forgerons (Lemaalmin ». Lesquelles réactions qui me sont parvenues à travers des appels téléphoniques chargés de haines et de menaces,  étaient essentiellement excommunicatoires et racistes.


A l’origine de ces réactions se trouvent plusieurs facteurs dont :


• L’analyse conspirationniste innée chez les Zwaya et qui s’illustre par la judaïsation, l’excommunication et la marginalisation de tout ce qui est forgeron (Maalem) mais aussi par une exégèse superficielle orientée principalement vers les intérêts de leurs âmes malades. Ce qui dans le passé avait bien servi leurs desseins notamment par leurs affabulations attribuant au prophète (paix et salut d’Allah sur lui) des Hadiths dont il est totalement innocent comme celui qui dit « Aucun bien ne peut venir du forgeron fut-il un érudit »


A tous mes frères,


Ceux qui osent inventer de faux hadiths et les attribuent au prophète (paix et salut d’Allah sur lui), aucune morale ni religion ne peut l’empêcher d’interpréter  à leur guise un article écrit par un simple jeune, novice de surcroît. Ils ne ménageront aucun effort afin de mobiliser la passion du musulman commun au service de leurs intérêts. C’est ainsi qu’ils ont prétendu que les forgerons ont Blasphémé à l’encontre du prophète (paix et salut d’Allah sur lui)  à travers un article écrit par un des leurs, tout comme ils avaient prétendu que celui qui avait fait tomber les dents du prophète lors de la bataille du mont Ouhoud était un forgeron.


C’est dans ce cadre que je voudrais confirmer ici ce qui suit :


1. Je n’ai pas, consciemment ou inconsciemment, blasphémé à l’encontre du prophète (Paix et Salut d’Allah sur lui) et je ne le ferai jamais. Je ne crois d’ailleurs pas qu’il y ait dans ce monde plus respectueux envers lui (paix et salut d’Allah sur lui) que moi.


2. Tous les faits et récits que j’ai cité dans mon précédent article revêtent un caractère historique et véridique. Ces récits ont naturellement leurs interprétations littérales et superficielles et leurs sens visés et profonds. 


3. C’est là le point crucial, qui a suscité une incompréhension de mon propos chez beaucoup de personnes. Je voudrais que l’on y accorde une attention totale. Au contraire de ce que certains ont voulu répandre m’attribuant l’intention de blasphémer à l’encontre du prophète (paix et salut d’Allah sur lui), Je voudrais clarifier ici mon propos : Les Zawaya ont abusé de la dualité du sens obvie et du sens visé des récits et histoires rapportés de l’époque de la religion afin d’en faire le socle d’un système servant leurs intérêts à l’époque de la loi du plus fort (Seyba). Ils ont fini par ériger le sens obvie en loi de la religiosité transmise à nos jours tout en taisant les sens visés par le prophète (paix et salut d’Allah sur lui)


Je dis donc à tous mes frères,


A tous ceux qui ont sciemment mal compris mon propos, vous savez bien que je n’ai pas blasphémé à l’encontre du prophète (paix et salut d’Allah sur lui)


Aux bonnes personnes qui n’ont reçu que l’information déformée, je dis : Sachez que je n’ai pas blasphémé à l’encontre du prophète (paix et salut d’Allah sur lui) et que je ne le ferai jamais. Je comprends certes l’ampleur de votre propension à défendre le prophète car elle est identique à ma propre propension à le défendre et à l’amour que je lui porte. Je vous assure que nous sommes tous égaux quant à la défense de tout ce qui nous est sacré.


Mes frères forgerons


Il est nécessaire que nous sachions tous que nous faisons face à un vieux duel sans cesse renouvelé avec ceux que l’on  appelle les Zawaya. Sachez que ceux-là ne ménagerons aucun effort afin de nous faire reculer autant que possible. Ils utiliseront pour cela tous les moyens légaux et illégaux. Nous devons donc rester prudents et vigilants. Nous devons savoir que l’un des moyens qu’ils utilisent le plus souvent pour nous dominer est celui qu’ils ont hérité de leurs anciens alliés et amis, les colons. Il s’agit de la politique du « diviser pour régner ». Ceci doit donc nous conduire à bien comprendre leurs intentions et à rester unis dans notre combat.


A tous mes frères opprimés,


Nous devons être totalement conscients du fait que le destin nous a conduits à être les citoyens de cette terre. Nous devons par conséquent défendre notre droit à une citoyenneté pleine et à une vie descente. Ces droits ne nous seront jamais donnés, ils ne seront obtenus que par nos combats dont l’unification et le moyen le plus rapide pour accéder à nos droits.

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires