Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La guerre perdue contre Ebola


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 13 Octobre 2014 - 10:44

Pendant des semaines, l’épidémie de la fièvre Ebola a ravagé l’Afrique de l’Ouest, mais aussi le Congo dont on parle moins. Mais ses ravages ont été éclipsés par la mobilisation internationale contre les bandes de l’Etat islamique sévissant en Irak et en Syrie. La décapitation de ressortissants occidentaux a occupé la une des médias. L’horreur produite par les hommes a occulté les misères d’une nature peu clémente.


La guerre perdue contre Ebola
Puis le virus a gagné l’Europe et l’Amérique. En France, une victime contaminée a pu être soignée. Un autre cas vient d’être déclaré sans détail. En Espagne la troisième victime, contaminée sur place elle, est morte. Aux Etats-Unis, le premier malade «importé» d’Afrique est mort. Deux autres cas viennent d’être déclarés sans détails non plus. En Angleterre, en Allemagne, en Australie, partout l’alerte est au maximum. Le dernier bilan dressé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vendredi faisait état de 4033 morts sur les 8399 malades déclarés.

L’essentiel, sinon la quasi-totalité des atteints et des morts sont en Afrique. Mais l’on sait désormais qu’aucun pays n’est à l’abri, que le risque zéro n’existe pas comme disent les responsables occidentaux. La Banque Mondiale a évalué le coût de l’épidémie à 32,6 milliards dollars pour la seule Afrique de l’Ouest à l’horizon 2015. En vue de faire face, chaque pays a créé son comité de crise. Les ministres européens se réunissent en fin de semaine prochaine pour élaborer une stratégie commune. La Russie annonce pouvoir mettre en vente trois vaccins dans les six mois qui viennent. En Afrique les gouvernements pensent que l’effort fourni est en-deçà des espérances.

Le Président de la Sierra Leone a déclaré que «la réponse internationale a été, pour le moment, plus lente que le rythme de transmission de la maladie». De son côté le Secrétaire général de l’ONU estime qu’il va falloir multiplier «par 20» les efforts actuels. D’ailleurs l’appel de fonds lancé par l’OMS pour un milliard de dollars n’a été financé qu’à 25%. A elle seule, l’Afrique ne pourra éviter l’hécatombe annoncée. Alors que la prévention chez les plus nantis commence par la solidarité avec les peuples aujourd’hui ravagés par la maladie.

Source:Vue de Mauritanie
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter