Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La guerre du Mali n’aura pas lieu


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 24 Septembre 2012 - 14:12


Autres articles
La guerre du Mali n’aura pas lieu
…Du moins pas tout de suite. C’est du moins ce qui ressort des tractations qui se déroulent présentement autour du Sahel.
La CEDEAO, principal promoteur d’une intervention militaire, n’arrive pas à s’accorder sur les modalités ni sur la nationalité des troupes à envoyer. On commence ici et là à se méfier du jeu pernicieux (et intéressé) du Burkina Faso, médiateur principal dans le conflit. Lequel Burkina a déjà fait deux guerres avec le Mali indépendant. Des guerres qui n’ont pas été oubliées parce que toute intervention de ce côté-là est sentie comme une occupation étrangère. Le Nigeria et la Côte d’Ivoire ne sont plus très engagés derrière le Burkina qui semble avoir son propre agenda pour la zone.
 
L’Armée malienne refuse tout déploiement de forces étrangères sur son sol, tandis que le gouvernement civil accepte mais à condition que ces forces soient destinées au Nord, sans possibilité pour elles d’être présentes dans le Sud. Pendant son séjour parisien, le président burkinabé en a discuté avec le Premier ministre malien de passage lui aussi à Paris. C’est là-bas où tout se passe apparemment.
 
Pendant ce temps, l’OTAN prépare une base aérienne dans les Îles Canaries pour en faire un point d’appui à une éventuelle intervention militaire dans le Sahel. Ce serait à partir de là que les avions de l’Alliance vont frapper les bases des Jihadistes dans le Nord malien. Comment faire la différence entre ces Jihadistes et les populations locales parmi lesquelles ils se sont fondus ? C’est le cadet des soucis de l’Alliance : nous avons vu comment elle opère en Afghanistan, comment elle a opéré en Libye… Les bombes intelligentes ne font pas la différence entre combattants en armes et civils en prière. Tant pis.
De son côté, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies s’est déclaré prêt «à examiner une proposition réaliste et faisable de la part de la CEDEAO» et qui répond à la demande du gouvernement malien. Sous-entendu : les propositions faites jusqu’à présent ne sont ni réalistes ni faisables. Le Conseil a constaté que jusqu’à présent les deux parties (CEDEAO et gouvernement malien) ne sont pas d’accord.
 
La guerre qu’on annonçait pour très prochaine n’est donc pas à l’ordre du jour. Nous nous acheminons vers un statu quo qui ne profite à personne. Sauf peut-être au négociateur principal, le Burkinabé Blaise Compaoré. Celui-là même qui a déjà ses accointances avec Ançar Eddine et le MUJAO, ses passerelles avec AQMI et ses pions au sein du gouvernement d’union nationale du Mali.
 
Une situation idéale pour celui qui a toujours voulu parrainer – au sens mafieux – les changements en Afrique de l’Ouest. Et qui a, à cet effet, des «disciples» (sbires) sur tous les théâtres de la région. A moindres frais, il compromet une démocratie qui mettait en évidence ses trois décennies de règne sans partage, faisait payer au Mali ses velléités d’antan, créait un chao où il pouvait se présenter en Rédempteur. Qui dit mieux ?

Mohamed Fall Oumere

oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter