Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La femme enceinte suspendue à une fenêtre a retrouvé son sauveur


Lu sur le web
Mercredi 18 Novembre 2015 - 10:00

Le sort de cette femme a ému le monde entier vendredi dernier. Dans une vidéo "attention, qui peut choquer ", prise par un journaliste du Monde qui habite derrière le Bataclan, on peut voir une foule effrayée s’enfuir de la salle de spectacle par une issue de secours.


Des cris, des pleurs, des corps sans vie sur le sol… Et une femme enceinte, suspendue à la rambarde d’une fenêtre du Bataclan. Après avoir essayé d’échapper aux terroristes, elle est restée bloquée à plusieurs mètres au-dessus du sol. Elle appelle à l’aide d’une voix faible : « S’il vous plaît je suis enceinte… Je vais lâcher… »
 
Heureusement, un homme qui tentait également de fuir le carnage a pris quelques minutes pour aider la future mère à remonter. Les proches de la femme enceinte ont lancé un appel sur Twitter afin de retrouver son sauveur, « juste pour lui dire merci ». Le héros anonyme s’est manifesté et a pu échanger avec celle qu’il a courageusement aidée.
 
 « Vous entendez les cris, la souffrance ? »
 
Il a témoigné à La Provence : « En face de moi, il y avait deux fenêtres. À l’une d’elles, était suspendue une femme enceinte qui suppliait les gens en bas de la réceptionner si elle sautait. En bas aussi c’était le chaos. Je suis passé par l’autre fenêtre et je me suis accroché à une bouche d’aération.

À 15 mètres du sol. J’ai tenu cinq minutes puis la femme enceinte, qui n’en pouvait plus, m’a demandé de l’aider à revenir à l’intérieur. C’est ce que j’ai fait. Je ne sais pas où elle est allée ensuite ».
 
« Je suis retourné à ma cachette qui n’était pas la bonne : cinq minutes plus tard, j’ai senti le canon d’une kalachnikov contre ma jambe. Un des terroristes m’a dit : "Descends de là ! Viens et pose-toi par terre !" C’est là qu’a débuté la prise d’otages. On était une quinzaine.

Du haut du balcon, les terroristes tiraient sur les gens en bas. On entendait des cris, comme des gens qui se faisaient torturer. Ils nous ont dit : "On est là pour vous faire subir ce que les innocents subissent en Syrie.

Vous entendez les cris, la souffrance ? C’est pour vous faire ressentir la peur que les gens subissent chaque jour en Syrie. C’est la guerre ! Et ce n’est que le début. On massacrera les innocents. On veut que vous répétiez ça autour de vous."
 
« On s’est dit que peut-être on s’en sortirait vivants. Ils nous ont demandé d’appeler BFM, iTELE. Ils voulaient parler à des journalistes. Mais on a eu personne. À un moment donné, ils ont demandé du feu et ils voulaient savoir si l’argent avait de l’importance pour moi. Ils ont sorti une liasse de billets de 50€ et j’ai dû la brûler. Ils parlaient français entre eux ». Très choqué par ce drame, l’homme aspire maintenant à se remettre de ses émotions.

ladepeche.fr
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires