Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La Mauritanie souhaite importer les techniques de lutte antiterroriste utilisées en Irak


Lu sur le web
Mercredi 7 Novembre 2012 - 19:11

Face à la recrudescence des menaces terroristes provenant de l'étranger et de l'intérieur, la Mauritanie est décidée à mettre à profit l'expérience des forces tribales en Irak.


[AFP/Azhar Shallal] Le responsable des forces irakiennes de la Sahwa Ahmed Abou Risha explique que ses combattants sont prêts à aider la Mauritanie à combattre le terrorisme.
[AFP/Azhar Shallal] Le responsable des forces irakiennes de la Sahwa Ahmed Abou Risha explique que ses combattants sont prêts à aider la Mauritanie à combattre le terrorisme.
La Mauritanie cherche à bénéficier de l'expérience des milices anti-al-Qaida irakiennes pour lutter efficacement contre les groupes terroristes présents sur son territoire.

Le Conseil des forces de la Sahwa "est prêt à apporter une aide à la Mauritanie et à tout autre pays ayant besoin d'un soutien dans la traque des groupes terroristes et la mise à jour de leurs projets criminels", a déclaré Sheikh Ahmed Abou Risha à Aswat al-Iraq, lundi 29 octobre.

Le gouvernement mauritanien a fait part de sa volonté de transférer l'expertise des forces de la Sahwa pour "combattre les groupes terroristes, apporter un soutien aux forces de sécurité et protéger les citoyens contre les dangers de ces groupes", a ajouté le président de ce Conseil.

Le nombre de combattants de la Sahwa est estimé entre cent et deux cents mille. Ils "luttent contre le terrorisme et ont consenti de grands sacrifices pour abattre ses forces après les combats intenses qui ont duré plusieurs mois, et qui ont débouché sur des grandes victoires dans les domaines militaires et de la sécurité", selon Abou Risha.

En septembre dernier, le ministre mauritanien de la Défense Ahmed Ould Idey Ould Mohamed Radhi s'était rendu en Irak pour y rencontrer le Premier ministre Nuri al-Maliki à Bagdad. Le chef du gouvernement irakien avait souligné que les pays arabes et musulmans devaient coopérer pour éradiquer l'extrémisme.

Le ministre mauritanien avait fait part de ses préoccupations concernant "la propagation de l'extrémisme et des groupes terroristes au Maghreb", après la prise de contrôle de l'Azaouad, dans le nord du Mali, par des groupes terroristes.

"A ce stade, il est très important d'initier une coopération dans la lutte contre le terrorisme", a expliqué à Magharebia l'analyste Hamadi Ould Dah. "La Mauritanie peut bénéficier de l'expérience de la Sahwa tout en prenant en considération les différences entre les deux communautés irakienne et mauritanienne."



Il a ajouté : "Dans ce contexte, il est possible de tirer parti de l'Unité chamelière mauritanienne, une unité militaire spéciale qui constituait le noyau de l'armée mauritanienne dans les années soixante et qui est fortement liée à la composition culturelle de la communauté. Sur le plan militaire, elle joue le même rôle que l'armée."

"Cette unité connaît très bien le désert et les conditions climatiques locales", a expliqué Ould Dah. "Même leurs uniformes sont associés à l'identité culturelle locale. Ils se déplacent à dos de chameaux dans les régions reculées et entretiennent des liens très étroits avec les Bédouins. Cette force peut bénéficier de l'expérience de la Sahwa dans la lutte contre le terrorisme. Elle peut être utilisée pour renforcer la sécurité à la frontière avec les régions utilisées par les terroristes comme des camps, en particulier dans le nord du Mali."

Mais pour certains spécialistes de la sécurité, l'expérience irakienne ne peut être reproduite en Mauritanie, du fait d'une structure tribale différente.

"Certains pays occidentaux continuent de considérer les tribus en Mauritanie comme une soupape de sécurité contre les déviances, qui peut être utilisée dans la lutte contre le terrorisme", a expliqué Abdallah Ould al-Nahah, spécialiste en matière de défense et de sécurité. "Mais je ne pense pas que quiconque cherche à développer le pays puisse revenir en arrière et utiliser les cadres traditionnels qui attiseront de nouveau la violence et les litiges territoriaux. En Mauritanie, les tribus sont encore plus fortes que l'Etat, et je ne vois pas la nécessité de leur permettre de se renforcer encore."



Par Raby Ould Idoumou pour Magharebia

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires