Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La Mauritanie organise une conference sur l'éducation


Actualité
Mercredi 20 Février 2013 - 09:00


[AFP/Ahmed Elhadj] Le Premier ministre mauritanien Moulaye Ould Mohamed Laghdaf oeuvre à améliorer le système d'enseignement dans le pays.
[AFP/Ahmed Elhadj] Le Premier ministre mauritanien Moulaye Ould Mohamed Laghdaf oeuvre à améliorer le système d'enseignement dans le pays.
Le gouvernement mauritanien, qui reconnaît des problèmes profonds dans le système éducatif du pays, veut agir en faveur de l'amélioration de l'enseignement délivré aux jeunes de la nation, avec pour objectif de les préparer au marché de l'emploi.

"De nombreuses stratégies ont été élaborées dans le but de développer ce secteur et d’élever son niveau", a déclaré le Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, le 3 février à Nouakchott, lors du discours inaugural d'une conférence de quatre jours consacrée à l'éducation.

"Malgré toutes les tentatives, notre enseignement demeure dépourvu de crédibilité, enregistrant un recul des niveaux et une inadéquation avec les besoins du marché de l’emploi, en plus de la faiblesse de l’encadrement pédagogique, de la mauvaise planification et du manque de recyclage et de formation", a-t-il ajouté.

Le système éducatif en Mauritanie "a été incapable de répondre aux simples exigences de développement, mais aussi aux espoirs et aspirations de la nation", a expliqué Ould Mohamed Laghdaf.

La Mauritanie possède un potentiel de main d'oeuvre énorme, mais le pays ne pourra l'exploiter qu'en mettant en place des réformes du système de l'enseignement, a poursuivi le Premier ministre.

Il a noté que le Président Mohamed Ould Abdel Aziz avait donné pour instruction de nommer "une commission indépendante composée de spécialistes, chargée de superviser l’organisation d’états généraux de l’éducation et de la formation".

Le ministre de l'Education Ahmed Ould Bahiya s'est également exprimé lors de cette conférence, saluant le travail de réforme effectué par le chef de l'Etat.

Il a reconnu les efforts déployés par Mohamed Ould Abdel Aziz "pour hisser le niveau et l’apport qualitatif de l’enseignement afin de répondre aux exigences du développement, récompenser l’excellence à travers la création d’établissements spécifiques à cette catégorie, organiser des concours dans les différents domaines et améliorer les conditions matérielles et morales de la famille pédagogique".

Pour sa part, le président de la commission de la Conférence Education et Formation Hamoudi Ould Hamadi a souligné la nécessité de faire baisser le taux de l'abandon scolaire, rappelant que ceux qui quittent prématurément l'école "ne sont pas préparés de manière appropriée à entrer sur le marché de l'emploi, ce qui entraîne le chômage des jeunes".

Près d'un tiers des élèves mauritaniens abandonnent l'école avant de terminer le premier cycle, a noté Ould Hamadi.

Les participants ont émis des recommandations en clôture de la conférence.

Dans leur projet de rapport final, ils ont souligné "la nécessité de maîtriser la langue arabe en sa qualité de langue officielle pour acquérir les connaissances, pour la production culturelle et comme moyen de communication".

Il s'agit également "d’œuvrer à dynamiser l’action pédagogique à travers la qualité de l’enseignement, le relèvement de son niveau et le renforcement de la prise de conscience des générations montantes sur la nécessité de s’en tenir aux valeurs nationales et à leur culture originelle. "

Les participants ont également mis l'accent sur "l’intérêt de propager l’enseignement des autres langues nationales, de les développer et d’introduire deux langues étrangères au moins pour l’ouverture au monde extérieur, pour profiter de son expérience et connaître les techniques de l’information et de la communication".

Professeurs et élèves ont salué les conclusions de ces états généraux.

"L’application des résultats de ces assises va permettre de repartir sur de bonnes bases", a déclaré Mohamed Ould Cheikh, enseignant dans le secondaire.

"L’école mauritanienne est très malade et il était urgent d’entreprendre certaines réformes".

Même son de cloche chez Dia Oumar, élève au lycée.

"Je crois que la volonté de changer les choses est bonne. Aujourd’hui, il y a beaucoup de problèmes et l’enseignement n’a plus de valeur. Donc si on applique ce qui a été décidé, ce sera une bonne chose pour l’école mauritanienne", a-t-il expliqué.

Pour le Dr Ely Cheikh Ould Ahmed, membre d’une association de diplômés chômeurs, "il convient de tirer des leçons du passé. Beaucoup de réformes ont été adoptées, mais elles n’ont pas été appliquées ou du moins mal appliquées."

"Cette fois-ci, on espère que face à l’ampleur des dégâts du système éducatif, les autorités vont aller jusqu’au bout", ajoute-t-il.

PAr Bakari Gueye
Magharebia
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires