Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La Mauritanie a désormais sa journée de haine contre la France…


A.O.S.A
Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:20


Il paraît que rien ne va plus entre le régime Azizien et la France. Il paraît car c’est la presse qui le dit. Laquelle ? Celle d’opposition chez les francophones et les arabisants dont les arguments sont repris par d’autres de la région jusqu’en France dans certains canards qui se font l’écho de tout ce qui peut nuire à Aziz. 

 

Si cette presse fait son travail d’opposition faisant feu de tout bois, il faut noter cependant que le pouvoir Azizien ne fait rien pour prouver le contraire, au contraire justement… 

 

On l’a dit mille fois, quand l’ambassadeur des USA rencontre  avec plaisir des personnalités radicalement opposées au régime Azizien, ce dernier et tous ses satellites avalent les couleuvres avec le sourire car embrasser la main que tu ne peux pas couper est un proverbe national. De même quand le département d’état US émet chaque année des rapports confirmant les thèses de Birame jusqu’à classer géographiquement la Mauritanie non pas dans le Maghreb Arabe mais dans l’Afrique noire. De même quand l’ambassade US met en garde ses ressortissants contre le risque majeur d’attentat à Nouakchott.


 

Mais dès que RFI donne le micro à un opposant radical, fût-il ancien président ou prix ONU des droits de l’homme, dès qu’un journal indépendant français comme Le Monde laisse paraître un article qui n’est pas du goût du pouvoir Azizien, dès que l’ambassade met en garde ses citoyens face à un risque d’agression dans certains quartiers, tout le pouvoir Azizien se dresse, suivi de ses satellites, toute la presse arabisante s’y met pour désinformer les mauritaniens,  les monter contre la France, grossir des affaires le tout histoire de montrer un pouvoir fier et résistant face à l’ancien colon histoire, encore une fois, d’aller dans le sens d’Oumtounsi…

 

Le pouvoir mauritanien et les arabisants pensent peut-être que le pouvoir démocratique  français peut interdire au journal Le Monde de paraître juste car un article déplaît à Nouakchott. Le pouvoir Azizien pense peut-être que la France peut interdire à certaines plaintes d’être déposées.  C’est cette même logique de l’ignorance qui croit qu’un président américain peut faire ce qu’il veut du congrès comme un président français.

 

On peut noter une chose curieuse : alors que tous les violeurs dont les crimes ont défrayé la chronique ont été arrêtés au plus tard moins d’une semaine après l’agression, on a vu ça avec le violeur de la fille d’un avocat, on a vu ça à Atar, on l'a vu chaque fois qu’un crime secoue l’opinion publique  car nos services de sécurité sont efficaces, voilà qu’à ce jour les criminels qui ont sauvagement torturé une française semblent courir toujours…

 

Le porte-parole du gouvernement,  qui vaut pas qu’un jeune soit jeté en prison pour lui avoir jeté une chaussure, a des arguments odieux pour tout justifier sans avoir jamais une goutte de salive dans son sourire en coin pour avoir la moindre compassion.

 

Dans cette atmosphère de haine de la France comme argument de cohésion nationale (sic !), énième division des mauritaniens pour un bilan humain azizien catastrophique, voilà que le 28 novembre est devenu jour de la haine de la France par excellence. Tout ce que les français ont fait de bon pour créer la Mauritanie avec l’aide de marabouts visionnaires est sali, déconstruit au profit du culte d’une résistance anecdotique pour les intérêts d’une puissance étrangère du Nord farouchement opposée à la pérennité d’un état mauritanien ou juste pour des raisons d’intérêts personnels de tel ou tel chef de patelin qui voulait rester maître de son fief et de son système féodal.

 

On a ainsi pu voir pour fêter le 28 novembre des émissions sur la TV d’état pour fêter la haine de la France à cette époque. On a appelé des jeunes pour qu’ils récitent des vers soi-disant d’époque justifiant cela. C’était bien triste car cela sonnait creux.  D’ailleurs les textes en arabe sont encore disponibles pour rafraîchir la mémoire des artisans de la haine de la France pour argument politique histoire de souder les mauritaniens contre l’éternel ennemi étranger, celui qui veut déstabiliser la Mauritanie pendant que les régimes successifs sur place seraient des enfants de chœur désintéressés qui se battent pour une Mauritanie unie et prospère !

 

 

Tu parles ! Un clou chasse l’autre. Ils sont en train de tout vendre même notre tradition religieuse aux wahhabites et à vil prix !  Même le grand Maroc  à la manœuvre n’irait pas si loin dans la destruction de tout ce qui unit les mauritaniens : unité nationale dans sa diversité culturelle, symboles de l’état, toute architecture souvenir des premiers pas de la nation surtout de l’éducation ( et pour cause… ) et maintenant l'orientation religieuse.

 


Voici le dernier fer de lance de ce révisionnisme assumé comme un ver sort du fruit…

 

Hier je regardais la dernière sortie du fameux Daoud Ould Ahmed Aïcha désormais président du parti Nida comme Nido, des convictions en poudre pour usage populaire avec beaucoup de salive comme autant d’eau plate, du petit lait qui passe bien et le peuple en redemandera bientôt…

 

Personnage intelligent avec réponse à tout machallah comme un maître camelot. Il peut tout défendre, tout et son contraire avec un air sérieux à la mode du tiers-monde. Il ne dit pas que des bêtises au contraire, il dit beaucoup de choses intelligentes auxquelles on pourrait tous adhérer mais ce qui est gênant c’est cette ruse fumeuse qui suinte de partout derrière cet air sérieux de sournois professionnel qui sait balader son monde. Il est l’exacte incarnation de l’homme intelligent qui sait qu’il parle à des gens moins intelligents que lui pendant que ceux qui ont compris son jeu sont soit de son côté soit incapables de s’adresser à son auditoire à cause de la barrière de la langue.

 


Ce soir il était l’invité de notre ami Ahmed Elbou de Watania, candidat à la présidence  d'un regroupement de la presse dont j’ai oublié le nom, je lui donne ma voix virtuelle, face à lui monsieur Ahmed Aïcha et quelques journalistes arabisants.

 

 

On ne va pas reprendre ici toute l’émission où le monsieur s’est bien défendu sur mille sujets : comme nous, il se réclame d’aucun parti, assure dire la vérité sur chaque camp, soutenir le meilleur de chacun et combattre le pire chez tous ; comme nous il n’a rien de personnel ni de particulier contre Aziz sauf qu’on lui reproche un bilan humain inversement proportionnel à son élan constructif ; comme nous il estime que les maures ont aussi droit de faire entendre leur voix sur une scène médiatique où toutes les communautés se font entendre ( toutes plus ou moins car il s’agit surtout des hratines, des biranes et des peuls car les oualofs semblent ne pas exister de peur qu’on leur rappelle que leur fief est surtout au Sénégal quant aux soninkés ils préfèrent rester discrets pour ne pas déranger l’ordre établi dans leur fief côté mauritanien où l’esclavage et ses séquelles n’ont rien à envier au bilan chez les maures bien au contraire disent certains anthropologues ) ; comme nous il estime que les maures d’aujourd’hui ne sont pas comptables du passif de leurs ancêtres à ceci près qu’il ne dit pas que le pouvoir économique politique sociale militaire et religieux est aux mains de certains maures quasiment exclusivement, ce qui donne droit à quelques responsabilités à l’heure des comptes.

 

On peut comme ça énumérer mille postures du président Nido qui peuvent pousser la jeunesse maure à le rejoindre et Dieu sait que 70% de la population a moins de 30 ans. Ainsi celui qui arrivera à mobiliser la jeunesse balaiera les anciens et les moins anciens c’est-à-dire toute la classe politique actuelle.

 

Là où on ne peut le suivre, c’est dans son culte de l’arabe qu’il veut imposer à tout le monde avec des arguments foireux qui ne peuvent faire mouche que chez les innocents complexés par la propagande et assoiffés de se raccrocher à tout prix à une grande civilisation arabe pour ne pas avoir à assumer la misère culturelle qu’est devenue la Mauritanie décomposée.

 


Voyez le ridicule et l'hypocrisie collective : pendant toute l’émission il a parlé en hassania pour se faire entendre du plus grand nombre sauf deux mots pour répondre à des journalistes qui lui posaient les questions en arabe. Toute une émission où il parle en hassania, fait de l’humour en hassania, parle politique et même religion en hassania. Même notre ami Ahmed Elbou lui parlait en hassania mais pendant toute une partie de la soirée, il n’a été question que de l’arabe langue de la majorité or c’est manifestement faux !

 

C’est le hassania  la première langue nationale pas l’arabe que la majorité des maures ne comprend pas mais aucun de ces messieurs n’a fait la moindre remarque à ce sujet, c’est le complexe collectif jusqu’au ridicule. Pour monsieur Nido, c’est l’arabe la langue de l'union et il s’explique en hassania pour se faire comprendre du plus grand nombre même si lui parle arabe. Il ose même se demander ce qu’on fait avec une constitution où il y est écrit que l’arabe est la langue nationale si ce n’est pas le cas dans les faits, et il dit tout ça en hassania que la constitution ne reconnaît même pas comme langue nationale. Toute l’imposture est dans cette posture du personnage et tout le reste est la complicité consciente ou inconscience de la presse arabisante présente.

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires