Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'explosif est ailleurs : apparemment personne n'a lu en entier le long communiqué d'Alston...


A.O.S.A
Samedi 21 Mai 2016 - 19:56


L'explosif est ailleurs : apparemment personne n'a lu en entier le long communiqué d'Alston...

Tout le monde répète les mêmes extraits du communiqué de fin de mission du professeur Alston disponible dès le premier jour sur les sites les plus sérieux notamment le centre d’actualités de l’ONU.  C’est à croire que personne n’était à cette conférence car figurez-vous que le rapporteur s’exprimait en anglais avec une traduction simultanée en arabe, délivrée par on ne sait qui, et absolument rien en français. On ne s’étonne pas du reste…

 

De là, une redoutable intoxication par omission du contexte qu’on ne peut comprendre qu’en lisant tout le long communiqué que j’ai reçu des services compétents il y a quelques jours après avoir réclamé une traduction officielle publiée depuis ici et là.

 

 

Pour comprendre l’enjeu de l’intoxication comme feu de diversion qui fait qu’Alston apparaît l’homme à abattre même pour les experts de la Banque Mondiale tout aussi malmenés, il faut arriver à la partie la plus longue celle du projet Emel,  au chapitre dont pas un mot n’a été rapporté jusque-là or c’est bien explosif : «  le système de transfert de fonds et les boutiques Emel »

 

D’abord peut-être que le rapporteur a prononcé la phrase mais pour comprendre de quoi il parle, il faut lire tout le rapport. Figurez-vous qu’il n’y a pas une seule ligne dans le communiqué officiel qui parle de cette phrase rapportée partout « la Mauritanie risque l’instabilité si les richesses ne sont pas mieux réparties ».

 


Je mets au défi quiconque de lire entièrement le communiqué de fin de mission et nous sortir cette phrase pourtant tout ce qui a été rapporté lors de cette conférence par les média existe en toutes lettres dans le communiqué sauf cette phrase. Pourquoi alors sur le site du centre des actualités de l’Onu, on trouve ce titre qui a été repris partout, manipulé par les uns et les autres, les ONG, les partis politiques jusqu’à la sortie du pouvoir ? Les francophones présents à la conférence n’avaient pas le choix, le rapporteur s’exprimait en anglais et la seule traduction simultanée disponible était en arabe… Ils ont tous reçu en français et en arabe le résumé publié en ligne ! C'est de là que tout part... Qui a résumé et traduit le communiqué ? Le rapporteur n'a rien dit de tel en lisant son communiqué de fin de mission.

 

 

Eh !  bien c’est tout simple, il faut lire la partie la plus financière du communiqué, celle qui concerne Tadamoun et surtout la dernière partie celle qui concerne les 1000 boutiques Emel qui coûtent à l’état plus de 20 milliards en moyenne pour permettre au plus démunis d’avoir accès aux denrées de premières nécessités à un tarif subventionné.

 

C’est là la bombe dont personne ne parle. Une bombe derrière laquelle se cache l’origine de la formule à propos de la stabilité qui pourrait être compromise…

 

 

En fait le pouvoir explique à ses partenaires occidentaux qu’il compte en finir progressivement avec l’opération Emel qui coûte une fortune avec un impact mitigé. C’est là qu’Alston dit ceci :

 

« Dans un pays pauvre comme la Mauritanie, où environ 70% de la nourriture est importée, la fermeture d'un programme qui prend en charge une partie importante de la population dans leur accès à la nourriture doit être abordé avec précaution.

Il doit être pris en compte que plusieurs pays à travers le monde ont déjà connu des troubles sociaux avec l'abolition des subventions alimentaires dans un contexte de volatilité des prix alimentaires mondiaux. » 

 

 

 

Si le pouvoir veut en finir avec Emel c’est pour remplacer la chose par un projet fou impossible à contrôler au pays du tribalisme, du régionalisme, du clientélisme et de la corruption malgré les efforts d’Aziz  d’affronter en vain la culture nationale en la matière.

 

« Dans les documents de projet, l'idée est soulevée que le système de transfert d'argent pourrait permettre d'éliminer en grande partie le programme Emel, à la fois pour réaliser des économies globales que pour disposer de ressources suffisantes pour le programme de transferts monétaires du «cash plus». Bien qu'aucune décision n'ait encore été prise à cet effet, il est clair que l'option reste encore sur la table, et n'est pas celle qui est publiquement discutée. » 

 

 

 


Un projet délirant à 29 millions de dollars que critique Aslton de bout en bout…

 

« En avril 2015, le gouvernement et l'Association internationale de développement de la Banque mondiale ont convenu sur le projet d'introduire un programme de transfert de fonds, accompagné d'un «registre social» de tous les ménages pauvres.

Le financement de ce projet de 29 millions de dollars proviendra de la Banque mondiale (15 millions de dollars), du Fonds d'affectation spéciale multi-donateurs pour la protection sociale adaptative au Sahel (4 millions de dollars du Royaume-Uni) et du gouvernement mauritanien (10 millions de dollars) sur une période de 5 ans. « 

 

« » Alors que la Banque mondiale est convaincue de la possibilité de précision de«ciblage» des Mauritaniens les plus pauvres ; dans la pratique, il semble y avoir un fort risque que le programme sera loin d’être scientifique.


lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires