Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’étrange rhétorique de Bodiel à propos de la parole d’Aziz…


A.O.S.A
Jeudi 13 Octobre 2016 - 01:05


Bodiel vient paraît-il de rencontrer Aziz en plein dialogue pour avoir de sa part une garantie verbale dont Bodiel semble faire grand cas. Il est ressorti de là en ayant obtenu confirmation de ce qu’il avait déjà entendu de la part de l’homme à la parole d’or : ainsi Aziz lui aurait encore redit qu’il ne compte pas se présenter à un troisième mandat.

 

Bodiel qui est un homme intelligent devrait savoir que lorsque l’on pose une question à quelqu’un et qu’il n’y a que deux réponses possibles : oui ou non, il faut que la personne puisse répondre autre chose que non sinon la question n'a aucun sens. Ainsi, peut-on imaginer Aziz à 3 ans de la fin de son mandat, répondre à Bodiel « oui, je compte bien trahir mon serment fait au nom de Dieu au stade olympique et changer la constitution pour me présenter à un 3ème mandat » 

 

Croire qu’Aziz pourrait répondre cela même si l’idée lui trotte dans la tête est indigne d’un esprit perspicace comme Bodiel. D’ailleurs n’importe qui à la place Aziz ne répondrait jamais oui dans les mêmes conditions politiques et constitutionnelles qu'aujourd'hui.

 

Aussi c’est parfaitement absurde de poser la question à Aziz à 3 ans de la fin de son mandat.

 

Vu que Bodiel ne peut rien espérer de sa question et que personne ne peut reprocher à Aziz de répondre non, Bodiel devrait faire confiance à ses yeux et ses oreilles pour essayer de deviner ce qui se trame au cas où il se tramerait quelque chose...

 

Eh bien, Bodiel, qui a été ministre des finances, devrait faire la somme des manifestations des gens du pouvoir sachant ce que peut oser dire un ministre d’Aziz sur des sujets importants comme le parjure de son employeur.

 

1- Bodiel noterait que tout a commencé avec la sortie de deux ministres sur cette question et dont la plus engagée et la plus assumée fut celle du ministre de la justice, excusez du peu…

 

2- Ensuite le porte-parole du gouvernement a dit plus d’une fois au nom du gouvernement que tout peut être discuté même le verrouillage constitutionnel. Ce fut dit dernièrement en plein dialogue avec un petit sourire en coin.

 

 

Bodiel devrait s’étonner qu’aucun de ces ministres n’a été recadré ne serait-ce que par le premier ministre sans même parler du chef de l’état comme Bodiel devrait surligner que le porte-parole du gouvernement s’exprime librement sur le droit de tout discuter.

 


Là déjà, Bodiel aurait dû retourner voir Aziz et lui dire «  excellence, billahi je crois en votre parole comme en celle de l’imam Malick ou presque mais je crois aussi que les faits sont têtus et selon cette liste de paroles de vos ministres et face à l’absence d’un recadrage du premier ministre, je dois vous prévenir que tout est le signe manifeste que votre premier ministre soutient leurs propos et comme c’est votre premier ministre, excusez-moi de vous dire que l’article 29 nouveau de la constitution vous accuse de soutenir indirectement l’éventualité d'un parjure. 

 

Excellence même si vous me dites que vous ne soutenez pas indirectement leurs propos, comment vais-je expliquer dehors cette absence de réaction de votre part laissant le porte-parole de votre gouvernement prouver qu’il dit la pensée du gouvernement ?

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires