Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’esclavage n’a pas deux noms, il n’en a qu’un seul


Tribunes
Mardi 25 Août 2015 - 10:40

Je discutais hier, sur Internet, avec un militant pour l’abolition de l’esclavage en Mauritanie au sujet de la confirmation de la peine de prison contre l’emblématique figure de la lutte contre l’esclavage en Mauritanie, Biram Ould Dah Abeid.


Ledit militant m’expliquait, alors, que l’un des problèmes avec la réalité de l’esclavage en Mauritanie est qu’un grand nombre de Noirs, contre qui cette pratique est dirigée, n’y trouvent pas d’inconvénients (ou ne la dénoncent pas), car ils la croient légitime au nom des traditions et de la religion.
 
Les frappera-t-on d’anathème, ces Noirs-là qui, faute de connaissance, cautionnent, d’une manière ou d’une autre, une pratique les ayant maintenus dans les brimades et humiliations depuis des siècles ?
 
Sûrement non. Mais continuer de leur expliquer, continuer d’expliquer et de clamer qu’ils sont esclaves et doivent lutter pour leur liberté. L’esclavage n’a pas deux, trois… dix ou cent noms. Il n’en a qu’un : esclavage.
 
Et chaque fois qu’un groupe d’hommes se base sur sa force économique, militaire, culturelle, son pays d’origine, son continent d’origine, son ethnie, son histoire, sa religion, son ascendance… chaque fois qu’un groupe d’hommes se base sur quelque raison que ce soit pour assujettir d’autres hommes, les privant de droits, de libertés, de privilèges, ces derniers n’ayant, pour tout legs à leurs descendants, que corvées, restrictions, humiliations… il y a esclavage. Hideux.
 
Aucun autre nom ne peut désigner l’esclavage. Aucun adjectif, aucun artifice, aucune loi, aucune tradition, aucune religion, aucun dieu ne peut le rendre, l’esclavage, plus acceptable, plus supportable, plus légal.
 
L’esclavage est une horreur, un crime, quelque soit le nom qu’on lui donne, la forme qu’on lui fait prendre, le dieu par lequel on le justifie, les textes par lesquels on le légalise.
 
L’Occident a beau masquer ses forfaits vis-à-vis de l’Afrique sous de beaux noms comme « mission civilisatrice », « christianisation », « scolarisation »… les horreurs de son assujettissement de tout un continent, toute une civilisation, toute une histoire n’en sont pas moins masquées, les laideurs de ses actes n’en sont pas moins atténuées.
 
 Et c’est horrible qu’aujourd’hui, comme hier, nous autres, Africains, qui portons cette humiliation d’avoir été durant des siècles privés de droits, de libertés, d’honneurs, de souffle de vie souvent, nous, Africains, qui n’arrivons pas à oublier ces meurtrissures que nous ont causées les dominations des autres dans l’histoire, cette béante plaie historique qui nous préoccupe tellement des fois que nous préférons la pleurer au détriment de notre présent que nous n’arrivons pas à prendre en main, c’est horrible que dans cette Afrique, l’on puisse voir, entre Africains, des formes d’esclavage qu’on cherche, éhontés, à masquer avec des mots. « Caste » par exemple.
 
Non ! Il n’y a pas de castes ! Il n’y a pas de nobles, de forgerons, de griots, de chasseurs… Il n’y a que des hommes.
 
Et, disons-le, ce qui se passe aujourd’hui en Mauritanie, ce qui s’est toujours passé en Mauritanie, dans cette Mauritanie où on emprisonne un blogueur pour avoir remis en cause le système des castes, où on emprisonne un militant des droits de l’homme qui milite pour que ses frères jouissent de leurs droits, tous leurs droits, ce qui se passe dans cette Mauritanie-là c’est de l’esclavage. Il n’y a pas un autre mot pour le désigner. Pas même un seul !
 
David Yao KPELLY

Ce billet est rédigé pour un collectif de lutte contre l’esclavage en Mauritanie
icilome.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter