Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'édito du Calame: Stupéfiant


Tribunes
Mardi 28 Janvier 2014 - 17:09


Crédit: Noorinfo
Crédit: Noorinfo
L’opium du peuple, disait Marx, c’est la religion. En Mauritanie, ce sont plutôt les élections. A peine les lampions se sont-ils éteints sur celles que nous venons de vivre que les regards sont déjà braqués sur la présidentielle de juin ou juillet prochain.

L’opposition veut en faire un thème de colloque, congrès ou autre chose de ce genre qu’elle convoquera dans les jours à venir. L’occasion de faire le bilan de son boycott des législatives et municipales et de discuter du sort qu’elle réservera à la prochaine présidentielle. Maintenir son mot d’ordre ? Décider de participer et à quelles conditions ? Choisir un candidat en son sein ou miser sur un outsider ? Autrement dit, comment faire vaciller un pouvoir qu’elle n’a pu dégager par la rue et qui, fort de tous ses leviers, devient de plus en plus difficile à déboulonner ? Dans un pays comme le nôtre où la conscience politique, encore faible, se rencontre surtout dans les grandes villes et où les notabilités et les chefs de tribus, négociant leur soutien à tout détenteur de pouvoir, ont encore leurs mots à dire, dans le vote de leurs « sujets », il est pratiquement impossible d’envisager la défaite du chef.

Une occasion inespérée s’était présentée en 2007. Le chef de l’Etat de l’époque, Ely Ould Mohamed Vall, n’était pas candidat mais les divisions de l’opposition, mais surtout son opportunisme, l’ont empêchée de tourner définitivement la page des militaires. Et l’ont encore empêchée, en 2013, de négocier, avec le pouvoir, pour lui arracher les concessions nécessaires à des élections inclusives et transparentes. La présidentielle de 2014 ne dérogera pas à la règle.

Messaoud et ses amis sont, déjà, dans une logique de participation, quel qu’en soit le prix, comme ils l’ont fait lors des élections de novembre dernier où ils n’ont, pourtant, récolté que des miettes. Traitant la commission électorale de tous les noms, ils en ont, malgré tout, accepté l’arbitrage. Contre toute logique. Comme si leur objectif premier était de participer dans le but, inavoué, de diviser l’opposition et de crédibiliser un scrutin qui n’aurait jamais pu être organisé sans eux.

Dans le commerce de l’opium, la liste des trahisons et des coups bas est sans fin. Stupéfiant.

Ahmed Ould Cheikh
Pour le Calame
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter