Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'édito du Calame: Rassurés, les Mauritaniens ?


Tribunes
Mardi 6 Novembre 2012 - 11:37


L'édito du Calame: Rassurés, les Mauritaniens ?
Messaoud a parlé. Alors qu’on s’attendait à ce qu’il nous présente sa proposition pour une sortie de crise, devenue, depuis un certain samedi 13 octobre, plus que jamais d’actualité, le voilà convoquant la presse, pour lui dire… qu’il a parlé au téléphone avec Ould Abdel Aziz ! Lequel est, selon lui, certes affaibli mais en voie de guérison.

A vingt-quatre heures d’un meeting que l’opposition compte organiser pour réclamer la lumière sur les circonstances de la blessure présidentielle et la durée d’invalidité du président, on peut se poser des questions sur le timing de cette conférence de presse. Et sur le choix de Messaoud. N’est-il pas président de l’Assemblée nationale, donc d’un pouvoir législatif, censé être indépendant de l’exécutif ? Pourquoi s’est-il transformé en porte-voix de la majorité ? Ould Abdel Aziz n’a-t-il pas d’autres canaux pour faire savoir, à des Mauritaniens de plus en plus inquiets, qu’il est en voie de rétablissement ?

Certes le vieux leader est une personnalité respectable et sa voix porte encore mais, à trop flirter avec le pouvoir, il risque d’y laisser des plumes. D’ailleurs, il s’en est aisément rendu compte. Le peu d’empressement, manifesté par les journalistes et, au-delà, par l’opinion publique, à prendre, pour argent comptant, ses déclarations rassurantes sur l’état de santé d’Aziz, lui est monté rapidement à la tête. Il n’a pas hésité à s’en prendre, ouvertement et en termes pour le moins peu amènes, à un de nos confrères qui le titillait sur les circonstances et le timing de l’appel. Il n’en fallait pas plus pour que Messaoud sorte de ses gonds. Et déverse sa bile sur la presse en général. Même s’il s’est excusé quelques jours après, le mal était déjà fait. Quand l’argument de la force prend le pas sur la force de l’argument, le résultat n’est pas nécessairement ce à quoi on s’attendait.

Dans ce cas précis, l’intervention de Messaoud n’aura fait qu’ajouter à la confusion d’une situation déjà bien confuse. On ne sait toujours pas grand chose sur les circonstances dans lesquelles le président a reçu une balle «amie», ni combien de temps il restera en convalescence, ni qui préside, actuellement, à nos destinées, ni comment les choses vont évoluer, en l’absence prolongée d’un chef omnipotent et omniscient.

Les généraux en profiteront-ils pour se retourner contre celui qui les a faits rois ? Ou faut-il avoir peur de jeunes loups qui commencent à en avoir assez de l’hégémonie de leurs chefs ? Dans l’un et l’autre cas, ce serait une catastrophe et un retour en arrière assuré. Mais ce que nous vivons est tellement aberrant qu’aucune hypothèse ne peut être exclue. Si notre Constitution avait prévu tous les cas de figure, si notre président n’était pas un putschiste reconverti en démocrate très peu convaincu, si nos institutions n’étaient pas périmées, si les pouvoirs étaient réellement séparés ; bref, si nous vivions une démocratie normale ; non seulement Messaoud n’aurait pas parlé et l’on n’aurait, de surcroît, aucune crainte pour notre avenir.

L’inconvénient d’une présence, un peu trop marquée, de certains militaires, dans le jeu politique a l’énorme inconvénient d’aiguiser l’appétit d’autres collègues, privés de leur part de gâteau. Un cercle vicieux dont on ne sort pas facilement. Nous en vivons l’amère expérience depuis 1978. Pour combien de temps encore ? Quoiqu’il advienne, à quelque chose malheur est bon. La blessure d’Aziz nous aura, au moins, permis d’ouvrir les yeux sur l’absurdité de ce que nous vivons. Espérons qu’on en sortira sans trop de casse !

AOC
Source: Le Calame
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter