Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'édito de Biladi


Tribunes
Vendredi 2 Mars 2012 - 02:05

Ce qui n’était qu’une crainte semble bien se confirmer aujourd’hui : le président Aziz serait effectivement impliqué dans la guerre au nord du Mali, aux côtés des rebelles du MNLA.


L'édito de Biladi
Au cours d’un entretien avec Radio France International (RFI), le président malien, répondant à une question relative aux différents groupes touaregs revenus au Mali, avait dit – de manière presque furtive- que l’un de ces groupes, en l’occurrence celui qui mène la guerre contre Bamako, est ‘’géré’’ par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Une révélation grave qui, pourtant, n’a pas été trop commentée. Ni pendant l’entretien, ni après cela. Pourquoi a-t-elle donc passé inaperçue ? Et surtout pourquoi le journaliste de RFI n’a-t-il pas jugé utile de creuser cela ? Son interlocuteur lui a-t-il demandé de ne pas donner un écho à cette partie de sa déclaration ? Et s’il ne désirait pas dévoiler cette réalité, pourquoi l’a-t-il dite ? Pourquoi le gouvernement mauritanien n’a-t-il pas commenté les propos du président malien … ? 

Tout porte à croire que le président Aziz est bien impliqué dans le conflit au nord du Mali. Il aurait même reçu des dirigeants arabes maliens pour solliciter auprès d’eux le soutien à la rébellion touareg. Leurs réponses n’auraient pas été favorables aux thèses guerrières du président.

Mais au-delà de ce qui est devenu un secret de polichinelle, qu’est-ce gagne Aziz et derrière lui la Mauritanie d’un conflit armé aux frontières très poreuses avec le Mali ? Un pays proche de nous, où vit et travaille une bonne partie de nos citoyens et chez lequel transhument nos éleveurs ? 

Aucun élément logique ne pourrait expliquer l’attitude plus que suicidaire du président Aziz à l’égard du voisin malien. Surtout que le mouvement touareg armé est soutenu par AQMI, l’ennemi déclaré du président et de ses alliés occidentaux.
Certes, il est vrai que certains de nos partenaires au développement ne pas contents du comportement du Mali dans la lutte contre Aqmi et les trafiquants de drogue, mais cela ne doit en aucun cas influencer les rapports de notre pays avec Bamako. On s’était déjà lancé avec eux et de manière aveugle dans des expéditions militaires contre Aqmi. Difficile d’accepter aujourd’hui, pour les mêmes raisons, de soutenir et aider une rébellion chez le voisin. On y gagne rien et on risque d’y perdre tout.

Biladi


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter