Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'édito de Biladi n° 677


Actualité
Vendredi 12 Octobre 2012 - 10:23


Autres articles
L'édito de Biladi n° 677
Cela faisait un sacré bail que l’on attendait pareille occasion : des ministres des affaires économiques et du développement, de bords politiques différents, qui débattent, en direct, à la télévision nationale. Un outil, jusque-là, profondément façonné et ‘’fasciné’’ par la pensée unique et qui cherche, timidement, à se faire une autre image auprès de l’opinion nationale.

Dimanche soir, la chaine nationale avait donc passé, en direct, un face à face entre l’actuel ministre des affaires économiques et du développement qu’elle présentait, comme membre des instances dirigeantes du parti-Etat : l’UPR ; et l’ancien ministre du développement économique de la période de transition, 2005-2007, et qui, lui, milite au sein de l’opposition radicale au président Aziz. Certes, les échanges étaient courtois et civilisés, mais n’ont pas porté sur le sujet annoncé : l’économie. Le ministre UPR ne ratait pas d’occasion pour vanter les mérites de son champion, le président Aziz, qui, selon lui, a fait, en trois ans, ce qui n’a pas été fait en cinquante années d’indépendance en Mauritanie.

Une ‘’performance’’ chantée à tout vent par les soutiens du président. Mais il a reçu tout de même à noyer le débat dans la polémique politicienne et, surtout, à mettre souvent son vis-à-vis dans une position défensive ‘’personnelle’’.

Ce dernier, honnête, courtois, mais nerveux, a déployé beaucoup d’énergie pour s’autocontrôler et éviter le risque de s’énerver face aux affirmations parfois mensongère du ministre UPR. Mais il semblait aussi qu’il ne s’était pas beaucoup préparé à l’affrontement. Lorsqu’il a évoqué, par exemple, le problème de l’eau potable à Magta-Lahjar, le ministre a répondu, sans hésiter, que le problème était résolu et que les populations recevaient l’eau, depuis déjà quelque temps.

Pourtant, la réalité est tout autre : il n’y a pas encore d’eau à Magta Lahja, même si le projet semble avoir atteint sa phase finale. Mais le représentant de l’opposition, qui avait soulevé le problème, n’avait pas, apparemment, cette information pour l’opposer à son contradicteur...

En Mauritanie, on n’a malheureusement pris l’habitude de tout politiser et de noyer les problèmes dans la surenchère politicienne. Nos hommes politiques, toutes tendances confondues, ne s’embêtent pas trop à chercher des données fiables sur des sujets sur lesquels ils seraient appelés à intervenir. Ils masquent leur ignorance par un discours de dénonciation qui ne touche que les généralités, si on est de l’opposition. Ou un discours d’applaudissement du même type, si l’on est du côté du pouvoir. Le débat de dimanche soir n’a pas, hélas, échappé à cette règle.

Moussa Ould Hamed
Pour Biladi

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires