Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'édito de Biladi du 25 avril 2012


Tribunes
Samedi 28 Avril 2012 - 10:03


L'édito de Biladi du 25 avril 2012
Jusqu’ici présenté comme modèle de démocratie et de stabilité, le Mali vit depuis le putsch du mois dernier contre le président ATT un véritable désastre. Il n’y a presque plus de pouvoir central et la plus grande surface du pays est en rébellion contre le centre.  
Les militaires qui avaient provoqué cette situation ont officiellement renoncé au pouvoir, mais demeurent présents sur la scène, ne font qu’à leur tête, envoient qui ils veulent en prison et comptent rafler la majorité des sièges du prochain gouvernement. 

Au nord, on ne sait pas qui contrôle quoi. Même si le mouvement d’Ansar Dine du chef touareg Iyad Ag Ghali donne l’impression de maitriser la plus grande partie du territoire, on ne peut pas nier le poids des mouvements jihadistes qui pullulent dans la zone et qui semble avoir noué de solides alliances avec les populations. Il sera difficile, à l’avenir, de les déloger ou du moins de ramener cette zone dans le giron d’un quelconque Etat. Certains observateurs n’hésitent plus à évoquer la naissance au Sahel d’une nouvelle Somalie.

La Mauritanie, notre pays, se trouve à la frontière de ce chaos que nous avons, parait-il, contribué à créer. Avec nos amis ou mentors français, nous avons trop tiré sur le désormais ancien régime d’ATT et beaucoup cru au mouvement MNLA pour lutter contre le terrorisme. Ce calcul pernicieux s’est retourné contre nous dans la mesure où les groupes qu’on croyait combattre sont devenus plus puissants et contrôlent cette région où notre armée a pris l’habitude de s’y rendre ses deux dernières années pour lutter justement contre ces groupes salafistes. 

Aujourd’hui, cette opportunité n’est plus possible parce que ce sont nos ennemis qui maitrisent la situation, devenant plus aguerris, plus combattifs et mieux armés… Et il est difficile et coûteux de les chasser de ce terrain.
Sans vraiment revenir sur les tâtonnements de nos décideurs et loin de vouloir désigner un coupable, il est urgent de comprendre que notre pays est maintenant plus exposé que jamais au danger terroriste et à ses corolaires : l’instabilité et les trafics de tout genre. 
Le Pakistan, un Etat nucléaire qui rivalisait avec son voisin l’Inde, se voit actuellement obligé de consacrer toute son énergie et ses ressources à la guerre avec Al Qaida à cause principalement de sa ‘’mauvaise’’ position géographique : voisin de l’Afghanistan. 
Nous devons bien, pouvoir et opposition, méditer cet exemple et bien saisir la nouvelle donne dans cette région agitée du Sahel. Nous devons intégrer ce nouvel élément dans toutes nos analyses. Il sera peut être le facteur le plus déterminant dans notre avenir et celui de toute la région.

Moussa Ould Hamed
www.rmibiladi.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter