Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'édito de Biladi N°682


Tribunes
Samedi 17 Novembre 2012 - 13:00


Autres articles
L'édito de Biladi N°682
C’est grave. Trop grave même… L’information rapportée, mardi, par le site d’information en ligne Al Akhbar sonne comme une bombe dans un ciel national dominé jusqu’ici par les péripéties de la maladie du président de la République.
Al Akhbar affirme que le gouvernement mauritanien s’est plaint auprès d’un pays voisin de l’attitude peu amicale de l’autre voisin, le Maroc, qu’il accuserait d’être derrière la ‘’tentative d’assassinat’’ du président Aziz, le 13 octobre dernier.

Le démenti fait par un responsable du ministère mauritanien des Affaires étrangères, cité dans la même dépêche, constitue une preuve plus qu’un rejet officiel de cette gravissime information. Il aurait été, en effet, plus judicieux et plus crédible d’attendre la publication de la nouvelle pour réagir, afin d’éviter de donner l’impression que le démenti était mou. Il est devenu même un élément de la nouvelle…

Mais quoi qu’il en soit, cette information n’est pas passée inaperçue. Au contraire, elle a détrôné l’information phare des quatre dernières semaines, la blessure du chef de l’Etat, et plongé l’opinion dans un nouveau cycle de spéculation sur une affaire qui est loin d’avoir livré tous ses secrets.

L’affaire du président Aziz est donc placée dans une sphère nouvelle, cette fois-ci, internationale.
Il est vrai que ses rapports avec le Maroc ne sont pas au beau fixe. Mais de-là à se transformer en une véritable animosité avec des scénarios hollywoodiens de liquidation physique de l’homme… Difficile d’y croire.

Les temps ont vraiment évolué et les procédures également. Que gagnerait le Maroc du départ de Aziz? Très peu de choses, d’autant plus que la position de la Mauritanie dans le conflit du Sahara occidental, le plus important dossier pour le Maroc, est appelée à ne jamais changer.

Ce pays voisin et frère a beaucoup d’intérêts chez nous et ne souhaiterait certainement pas de nous déstabiliser pour la simple raison qui risque d’y perdre dans le change…

En un mot, évitons de diaboliser nos voisins et faisons tout pour conserver de bons rapports avec eux. Il y va de notre intérêt. Nous avons besoin d’amis. Et uniquement d’amis, pas d’ennemis.

Moussa Ould Hamed
Pour Biladi
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter