Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’autre 11 septembre


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 17 Septembre 2013 - 07:10

Avant d’être le «11 septembre 2001», le jour où l’Amérique a tremblé, il était le «11 septembre 1973», le jour où le Chili s’est effondré et avec lui l’espoir de milliers, de millions, de centaines de millions d’individus croyant à l’égalité dans les rapports citoyens, à la justice dans l’exercice de la vie de tous les jours, à l’équité dans la redistribution des biens communs…


L’autre 11 septembre
Autres articles
Dans le film «Il pleut sur Santiago» (Costa Gavras), on ne peut oublier ses appels venant de Valparaiso où une manœuvre navale américano-chilienne se déroulait depuis la veille. Plus tard on saura que l’appui logistique – peut-être en hommes et en renseignements – de la flotte américaine a été nécessaire aux unités rebelles qui ont pris d’assaut le palais de la Moneda, le palais présidentiel où Salvador Allende avait trouvé refuge et où il est mort les armes à la main.

On peut affirmer aujourd’hui que l’opération a été suivie en directe depuis le bureau de Henry Kissinger, le secrétaire d’Etat de l’époque du Président Richard Nixon.

Devant la déferlante des unités armées insoumises, ce sont d’abord le Président Allende et ses compagnons qui tiennent tête avant d’être rejoint par des milliers de jeunes volontaires. Il refuse l’offre d’exil ou d’être pris par ses ennemis. On a longtemps soutenu qu’il se serait suicidé après avoir compris qu’il n’y avait rien à tenter. Peut-être. Mais des témoignages de survivants confirment son assassinat par les agresseurs du Palais présidentiel. Son dernier message à la Nation est transmis par Radio Magallanes qui est la dernière à émettre.

«Ils vont sûrement faire taire Radio Magallanes et vous ne pourrez plus entendre le son de ma voix. Peu importe, vous continuerez à m’écouter, je serai toujours près de vous, vous aurez au moins le souvenir d’un homme digne qui fut loyal avec la patrie. Le peuple doit se défendre et non pas se sacrifier, il ne doit pas se laisser exterminer et humilier. Allez de l’avant, sachant que bientôt s’ouvriront de grandes avenues où passera l’homme libre pour construire une société meilleure. Vive le Chili ! Vive le peuple ! Vive les travailleurs ! Ce sont mes dernières paroles, j’ai la certitude que le sacrifice ne sera pas vain et qu’au moins ce sera une punition morale pour la lâcheté et la trahison.»

Des milliers de Chiliens meurent ce jour-là dans le stade de Santiago sous les balles d’une armada qui avait pour mission de faire taire à jamais les voix des révolutionnaires. Son épouse qui assista à son enterrement expéditif le lendemain de son assassinat, dira, en jetant des fleurs sur son cercueil : «Que l’on sache qu’ici repose le président constitutionnel du Chili.» La voix était assez forte, le geste assez courageux pour être à jamais retenus.

On saura plus tard que le renversement puis l’assassinat de Salvador Allende était le début d’un plan «Condor» (du nom de ce rapace des Andes) et dont le but était de renverser toutes les démocraties d’Amérique Latine. La CIA qui avait initié le plan mettait en œuvre la plus grande opération d’extermination des gauchistes de tous temps. La nuit s’installa pour longtemps. Guérillas, guerres civiles, assassinats politiques, génocides… Aujourd’hui encore, le Chili, l’Argentine, le Brésil, le Nicaragua, le Mexique, le Guatemala, le Pérou, le Venezuela… tous ces pays, tous ces peuples pansent encore les plaies béantes de l’époque.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter