Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’après-CHAN : Les locaux n’ont toujours pas trouvé preneur


Sport
Dimanche 2 Mars 2014 - 08:34

L’équipe nationale locale de Mauritanie n’a pas enregistré de résultats flamboyants au CHAN, avec trois défaites en autant de rencontres disputées. Sur le plan individuel, certains joueurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu, mais aucun d’entre eux n’a été transféré dans un championnat étranger. De quoi s’inquiéter ?


L’après-CHAN : Les locaux n’ont toujours pas trouvé preneur
L’aventure Mauritanienne n’a pas duré longtemps au CHAN 2014. Après leur belle qualification acquise devant leur public face au Sénégal, les Mourabitounes locaux ont failli en Afrique du Sud, éliminés dès le premier tour. Une élimination, due en grande partie à des erreurs tactiques flagrantes du sélectionneur national Patrice Neveu, et ses choix d’hommes très douteux. Toutefois, l’un des objectifs inavoués des joueurs Mauritaniens durant la compétition, était de saisir l’opportunité de pouvoir s’expatrier. L’envie d’être repéré et recruté par un grand club africain ou européen s’est traduit par le comportement individualiste de certains joueurs pendant les matchs.
 
Malgré tout, cinq Mourabitounes avaient réussi à taper dans l’œil de recruteurs. Il s’agit des sociétaires de l’ASAC Concorde, Baghayogho Moussa, Mamadou Niass, El Hacen El Id et du FC Nouadhibou, Taghyoullah Denne, Ahmed Djiby Samb. Lors du départ de l’équipe pour Nouakchott, le propriétaire du Jomo Cosmos (club sud-africain), Matsilela Ephraim Sono alias Jomo Sono, s’était personnellement rendu à l’aéroport de Johannesburg, afin de discuter avec les représentants des joueurs concernés. Un autre agent, un Camerounais du nom de Jean-Marc Eyango, était lui aussi présent dans le même but. Il semblerait que les deux hommes avaient au préalable échangé avec Patrice Neveu, qui faisait office d’intermédiaire.
 
Sono et Eyango souhaitaient que les joueurs restent en Afrique du Sud et signent des contrats d’exclusivité, ce qui leur donnait le droit exclusif de négocier puis les vendre. Ce que les représentants de l’ASAC Concorde présents en Afrique du Sud ont évidemment refusé, malgré l’insistance de Neveu, et le vœu des joueurs de rester. Les Concordiens ont pour leur part demandé à ce que les choses se fassent dans les règles.  Les intéressés devaient envoyer des invitations aux clubs des joueurs, pour que ces derniers puissent se rendre avec leurs représentants en Afrique du Sud et effectuer les tests en vue d’un éventuel recrutement, comme le désiraient les recruteurs. À ce jour, aucun joueur n’a finalement quitté le championnat Mauritanien.
 
C’est en quelques sortes un échec retentissant pour le football local. Bien que dans l’ensemble les Mourabitounes aient effectué de belles sorties, ils n’ont pas intégré des équipes de championnats étrangers. Pour le moment, seul El Mamy Traoré est en passe de rejoindre le Horoya AC de la Guinée. Et ce transfert, il le doit à sa prestation en Ligue des champions africaine uniquement. De son côté, Moulaye Ahmed dit Bessam est annoncé dans différents pays depuis la fin du CHAN, la Tunisie notamment, mais rien n’est encore acté. Alors, d’où vient le problème ? Manque de talent, ou de clairvoyance des dirigeants Mauritaniens ? Le mystère persiste.

Brahim Sow Deyna
Pour Maurifoot
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter