Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’affaire Meyloud : Un précédent dangereux


Actu Mauritanie
Samedi 31 Janvier 2015 - 17:38

Au moment où le gouvernement mauritanien annonçait en grandes pompes l’élargissement de l’initiative de transparence au secteur des pêches, éclate l’affaire Meyloud Ould Lekhal. Cet armateur qui a été dépossédé, en un clin d’œil, de toute la flotte de bateaux qu’il consigne depuis plus d’une décennie. Motif : un différend personnel avec le placide colonel à la retraite, Cheikh Ould Baya, qui continue de maintenir ce secteur sous sa botte.


Cheikh Ould Baya
Cheikh Ould Baya
Cette affaire a éclaté le 10 décembre 2014 lorsque la garde-côtes a dérouté trois navires vers le port de Nouadhibou. Deux de ces bateaux russes étaient consignés par la société mauritanienne d’armement pélagique (SMAP), appartenant à l’homme d’affaires Meyloud Ould Lekhal. Celui-là même qui venait d’échanger avec Ould Baya, à travers le net, des propos peu cordiaux. 

Au motif d’avoir ‘’manipulé leurs balises’’, les trois bateaux intéressaient fortement la surveillance maritime dont le principal boulot est bien sûr de réprimer les mauvais comportements en mer. C’est pourquoi ils ont été immobilisés au port de Nouadhibou. Jusqu’ici rien d’anormal, sauf que le troisième bateau, consigné par un autre armateur qui n’est pas Ould Lekhal, bénéficie d’un traitement de faveur. Il s’est arrangé à payer une amende de 50 millions d’ouguiya et a été autorisé à rentrer rapidement en mer.

Quant aux bateaux de la SMAP, ils seront traités de manière plus dure. Après deux semaines d’arrêt, on infligea à l’un d’eux une amende non négociable –ou du moins pour l’instant- de 360 millions ouguiyas. Le cas du second sera traité plus tard mais ne pourrait point s’attendre à un traitement plus clément. D’ailleurs, le couperet ne tardera pas de tomber : une proposition d’amende de même ordre. Ou presque…

Voyant que son consignateur n’arrivait pas à arranger les problèmes de ces bateaux qui continuent d’être immobilisés, l’armateur russe songe à déguerpir pour laisser ces eaux devenues  ‘’invivables’’ pour les étrangers qui ne traitent pas avec les ‘’bonnes adresses’’. Celles qu’apprécient le ‘’colonel de la pêche’’ Ould Baya. Pas ses ennemis qui ont eu la hardiesse de dénoncer sa main mise sur le secteur de la pêche. 

La suite des événements allaient bien illustrer cette donne. Quelqu’un avait vite contacté l’armateur russe pour lui expliquer que les fortes amendes qui sont infligées à ses bateaux rentrent dans une guerre sans merci menée par les décideurs du secteur contre son représentant : Meyloud. On lui signifia même que les amendes peuvent être modifiées s’il change de consignateur. 

Il finit par céder aux pressions et nomme un autre armateur, en odeur de sainteté auprès du prince de la pêche. Tout de suite, ses difficultés se décantent.

Les amendes qui étaient non négociables sont ramenées à des proportions raisonnables : Un peu plus de 100 millions pour l’un des bateaux et un peu plus de 150 millions pour l’autre. 

La SMAP, la société de Ould Lekhal, perd d’un coup la consignation de six bateaux en cette période de vache maigre pour les consignateurs mauritaniens fortement touchés par le départ des navires de l’UE après l’échec des négociations pour le renouvellement de l’accord de pêche. Unique raison : le différend de son propriétaire avec Cheikh Ould Baya. 

Mais au-delà des dégâts énormes provoqués pour l’entreprise SMAP, cette affaire comporte un autre aspect plus grave, celui de l’utilisation du pouvoir de l’Etat, non pas pour aider un citoyen, mais plutôt pour le tuer. Inacceptable dans la gestion des Etats…

Mohamed Mahmoud Ould Targui
Source: Rmibiladi

L’affaire Meyloud : Un précédent dangereux
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires