Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L'affaire Bouamatou: Les dits et non-dits


Actu Mauritanie
Samedi 11 Mai 2013 - 11:21

Tout au long des derniers mois, l'affaire Bouamatou, du nom du célèbre homme d'affaires mauritanien patron du groupe BSA, a occupé le devant de la scène étant le principal sujet de discussion de l'opinion publique nationale, tant populaire que politique.


L'affaire Bouamatou: Les dits et non-dits
 Parmi les conséquences de cette "crise", l'arrestation du principal collaborateur de Ould Bouamatou, Mohamed Ould Debagh, l'organisation de manifestations accusant le pouvoir du président Aziz "de régler ses comptes avec ses adversaires".

Certains sites sont même allés jusqu'à considérer que l'homme d'affaire, qui vit en exil volontaire depuis trois ans au Maroc, a quelque rapport avec l'incident de "Toueila" au cours duquel le président Aziz a été blessé par balle puis évacué en France.

Une affaire qui a failli même prendre une tournure internationale, avec la menace de l'avocat défendant Ould Debagh de porter son cas devant les juridictions internationales! Il a indiqué avoir demandé au ministre français des Affaires étrangères d'intercéder en faveur de son client auprès du président mauritanien pour sa libération. La presse a aussi évoqué une médiation de l'ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidjane Gadio.

Concernant l'implication dans la supposée tentative de meurtre, une question reste posée: au profit de qui? Celui qui suit l'affaire Bouamatou peut croire qu'il est devant un feuilleton mexicain. Avec toutes les péripéties nécessaires pour tenir les téléspectateurs en haleine. Jusqu'au moment où le dénouement arrive de manière inattendue.

L'affaire a commencé par des rumeurs sur un différend politique entre Aziz et Bouamatou, avant que ces rumeurs n'évoluent vers des actions concrètes de part et d'autres, avec l'arrestation du directeur des affaires d'Ould Bouamatou, provoquant des manifestations hostiles au pouvoir. Puis est survenu la fermeture de la banque GBM, suite à ce que le clan Bouaamtou a considéré comme des "ghacèlements": fisc, BCM, etc. Une affaire qui, après avoir atteint le summum en intensité a fini par se dénouer (ou est en voie de l'être) avec la libération, sous caution, d'Ould Debagh, la réouverture de la GBM et le payement des dettes dues par certaines entreprises publiques et parapubliques à cette banque.

Source:Elhourriya
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires