Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’Etat, c’est lui


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 25 Juin 2012 - 21:56


Autres articles
L’Etat, c’est lui
On m’a raconté qu’au lendemain du coup d’Etat de 1978, quand l’ancien Président feu Mokhtar Ould Daddah s’est retrouvé prisonnier dans le fort de Walata, une terrible sécheresse avait frappé cette année-là la région. Le pouvoir central étant «pris» par d’autres préoccupations, rien ne fut fait pour atténuer les souffrances des populations vivant pour l’essentiel de l’élevage. Alors une «sorba» de notables se dirigèrent vers le fort pour rencontrer le chef de la garnison qui avait en charge de surveiller les lieux. Il lui tinrent à peu près ce discours : «Nous sommes venus vous demander de dire à celui qui a décidé de mettre en prison cet homme et de l’envoyer chez nous, d’envoyer aussi ‘avec lui’ ce que lui nous envoyait quand il y avait des problèmes comme ceux que nous vivons. Dites-lui de nous envoyer du millet, du blé, du lait en poudre, des bidons d’huile, du beurre, de l’aliment de bétail, des médicaments… dites-lui de nous envoyer tout ce dont nous avons besoin ou ce dont nous pourrons avoir besoin…»
 
Quand on me racontait cette histoire , c’était pour me dire la perception que nous avons, sous nos latitudes, de la fonction de Président de la République. En fait, il est tout pour nous, il est l’Etat.
L’Etat qui doit subvenir à nos besoins, nous soigner, nous donner à manger, s’occuper de nous, bref nous prendre en charge pour tout ce qui peut nous servir. Cette conception-là est toujours d’actualité.
 
Chercher les origines de cette perception, c’est remonter à la structure de la famille où le père est le chef qui s’occupe de tout. Les spécialistes nous diront sans hésiter qu’il faut trouver là le fondement aussi de la «demande despotique» qui caractériserait nos sociétés. Cette fameuse théorie qui nous a fait croire que, dans nos sociétés, la demande despotique était plus forte que la demande démocratique. Théorie balayée par l’épreuve de la réalité.
 
On a vu en 2006 et 2007 s’organiser les premières élections régulières du pays. On a vu pour la première fois de notre Histoire, le taux de participation dépasser les 70%. Alors que par le passé, la machine de fraude PRDSienne (pour ne parler que du plus récent) n’avait pu réaliser ces scores-là malgré le bourrage des urnes, les fausses identités qui permettaient les votes multiples. Dans des conditions normales et parce que chacun sait que sa voix compte, les électeurs se sont dirigés vers les urnes. En masse. Prouvant ainsi qu’ils veulent participer et influer sur le cours du jeu politique.
 
C’est l’élite politique qui est restée à la traîne en refusant d’accompagner ce désir de participer à la gestion des affaires. En refusant de concevoir une nouvelle gouvernance pour le pays, une gouvernance qui tienne en compte l’aspiration des populations et les donnes nouvelles. Nos hommes politiques sont toujours dans cette perspective qui veut que les choses ne changent que par la tête. Du coup, la course est pour la présidence, rien de ce qui est en-dessous n’intéresse. Parce que dans la tête de chacun, le Président est tout.

Mohamed Fall Oumere
 
oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter