Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’Armée en fête


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 29 Novembre 2014 - 19:00

C’est par la loi 60/189 du 25 novembre 1960 que les forces armées nationales ont été créées. Si cet anniversaire avait été toujours fêté durant les premières années de l’indépendance, il a vite été éclipsé par le 10 juillet, date commémorant la prise de pouvoir en 1978 par cette armée.


Cérémonie de la fête des armées en 2011 à Nouakchott. Crédit: AMI/Abdeljelil Watt
Cérémonie de la fête des armées en 2011 à Nouakchott. Crédit: AMI/Abdeljelil Watt
 Jusqu’au changement du 3 août 2005, on oublia peu à peu la date fondatrice. On oublia même que l’Etat mauritanien, malgré ses vocations premières de terre de paix et de neutralité, avait contracté le virus de l’ambition guerrière avec la guerre au Sahara qui lui a finalement coûté très cher. Ne serait-ce que parce qu’elle fut la cause directe du coup d’Etat du 10 juillet 1978.
 
Mal préparée à mener campagne, l’Armée a été incapable de tenir devant les assauts continus et de plus en plus violents de l’ennemi qui bénéficiait d’un très fort soutien de l’Algérie qui entendait faire payer à la Mauritanie ce qu’elle considérait une volte-face en faveur du Maroc. 
 
Cette guerre a fait exploser les effectifs qui ont doublé, puis triplé rapidement. L’Armée nationale qui a eu son premier commandant en chef mauritanien seulement le 24 janvier 1964 (M’Barek Ould Bouna Mokhtar) refuse alors de continuer une guerre qui ne semblait mener nulle part. Le coup d’Etat de juillet 1978 est un acte de «rébellion» qui va projeter cette Armée dans l’espace politique. Elle n’en sortira plus…
 
D’abord à cause de son infiltration par les groupuscules politiques qui entendent l’utiliser pour conquérir et/ou conserver une portion du pouvoir, sinon tout le pouvoir. Ce pouvoir est alors un instrument utile quand il s’agit de neutraliser les adversaires, de provoquer les changements de gouvernement, de servir quelques desseins égoïstes… Cela prend les contours d’une guerre plus ou moins ouverte entre ceux qui servent les intérêts extérieurs (pro-algériens, pro-marocains, pro-polisario, pro-sénégalais, pro-libyens, pro-irakiens…). C’est bien ce clivage qui rythme la vie politique jusqu’en décembre 1984. 
 
Quand Moawiya Ould Taya arrive au pouvoir le 12 décembre 1984, il sait pertinemment que le seul pilier du pouvoir sur lequel il peut asseoir son pouvoir, c’est l’Armée. Une ou deux tentatives dont sont accusés les groupuscules nationalistes (négro-africains et arabes) suffiront pour le convaincre que le mieux pour lui serait de saper justement l’Armée pour détruire toute velléité de renversement du pouvoir.
 
La démocratisation de la vie politique en 1991-92 accélère le processus de déconfiture de l’institution. L’Armée est réduite à un système clientéliste et affairiste qui contribue à clochardiser ses éléments et surtout à diminuer ses capacités. Les bataillons dédiés à la sécurité du chef sont les seuls à être «normalement» pourvus en équipements (voitures, armes et munitions). Aux autres, il manque toujours quelque chose. Ce n’est pas par hasard si la première tentative «sérieuse» de renversement du pouvoir vient du Bataillon des Blindés (BB), force de frappe de la Sécurité présidentielle (8 juin 2003). Pas par hasard aussi si le coup d’Etat réussi du 3 août 2005 arrive directement du Bataillon de la sécurité présidentielle (BASEP). Mais c’est la déconfiture voulue de l’Armée qui sera à la source de cette prise de pouvoir. 
 
Quand le GSPC (groupe salafiste de prédication et de combat) attaque Lemghayti le 4 juin 2005, notre Armée nationale est incapable d’organiser la contre-offensive. Il lui faut le concours des hommes d’affaires qui fournissent logistique et équipements. L’expédition punitive envisagée sert à mettre à nu les défaillances en matière de sécurité, et à cristalliser toutes les rancœurs et les frustrations.
La transition (août 2005-avril 2007) puis le régime civil (avril 2007-août 2008) n’inscriront pas la réorganisation des forces armées dans leurs calendriers. Il faudra attendre le coup d’Etat du 6 août 2008 et l’arrivée au pouvoir de Ould Abdel Aziz, devenu général depuis quelques mois, pour voir les pouvoirs publics s’intéresser à nouveau à l’institution. C’est l’attaque de Tourine (septembre 2008) qui les oblige à faire vite et à taper fort.
 
Le général Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ould Cheikh Al Ghazwani, nommé chef d’Etat Major par Sidi Ould Cheikh Abdallahi, peut entreprendre la réforme des forces armées. Ayant fait un passage marqué à la direction générale de la sûreté, passage qui a été l’époque du démantèlement des cellules (dormantes et éveillées) de AQMI en Mauritanie, le général Ould Cheikh Al Ghazwani fait naturellement de la lutte contre le terrorisme l’objectif autour duquel la réorganisation et la réforme des forces armées doit se faire.
Formation des hommes et mise en confiance, équipements ultramodernes, déploiement de moyens financiers, mise en place d’unités dédiées entièrement à la lutte contre le terrorisme et les trafics… tout y est pour permettre à l’Armée nationale de reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire national, d’installer des points de passage obligatoire et de créer des zones militaires exclusives.
 
Le 12 juillet 2010, l’Armée mauritanienne décime une unité AQMI qui marchait sur la Mauritanie. S’en suivirent les épisodes de Wagadu, les attaques repoussées à Bassiknou, à Nouakchott et ailleurs. Mais surtout les coups portés à AQMI dans ses fiefs du Nord malien. Ce regain d’activité et de combativité permettait dans un premier temps de faire changer la peur de camp : désormais, ce sont ces groupes qui craignent l’Armée mauritanienne et non le contraire. Cela permettait aussi de sécuriser le pays.
Si bien que quand arrive la crise malienne, la Mauritanie est tranquille parce qu’elle peut assurer le respect de ses frontières et la sécurité de ses citoyens. AQMI évitant de donner le prétexte à l’Armée mauritanienne d’intervenir dans une guerre, certes déterminante pour la région, mais sans menace directe pour la stabilité du pays tant que les limites qu’elle a fixées à l’ennemi sont respectées.
Après cette refondation, la réforme a abouti à la création d’un Etat Major national des Armées et de trois Etats Majors annexes : Armée de terre, de l’air et Marine.
 
Aujourd’hui, nous sommes heureusement loin du temps où le concours des privés était sollicité pour mobiliser les hommes, du temps où le territoire national était un point de passage pour le crime organisé, où la Mauritanie était sous-estimée en tant que pays souverain, loin du temps où les promotions au sein de l’Armée se faisaient suivant les accointances, du temps où le contrôle des consciences était de rigueur (les résultats des bureaux de l’Armée indiquent une totale liberté de choix), loin du temps où l’on croisait des officiers démunis, mal dans leurs tenues, réservés de peur de subir l’arbitraire qui pouvait s’abattre à n’importe quel moment et pour n’importe quoi…
 
A 54 ans, c’est une Armée majeure qui «a d’autre chose à faire» (dixit le Président de la République dans l’une de ses interviews sur la question) que la politique. Notamment sa mission qui est celle de défendre le pays, de préserver son intégrité et son unité.

Mohamed Fall Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter