Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Kinross-Tasiast entre décret tieb-tieb et mensonge officiel à propos de l’usage du cyanure…


A.O.S.A
Mercredi 22 Juin 2016 - 03:44


Kinross-Tasiast entre décret tieb-tieb et mensonge officiel à propos de l’usage du cyanure…

Quand on lit le décret 2009-224 de l’ex-PM Laghdaf, on est surpris d’autre chose : figurez-vous que lorsqu’une entreprise demande un permis de travail pour un étranger, le chef du service de l’emploi mène alors l’enquête pour savoir s’il n’y a pas de mauritaniens qualifiés qui pourraient jouir du plan de mauritanisation aussi imprécis que totalitaire. Comment mener l’enquête au pays du tribalisme, du régionalisme et du trafic d’influence ? Le décret n’en dit rien pourtant une ligne pour exiger un appel public à candidature n’eût été pas de trop ou n’importe quoi pour éviter que ces postes, souvent juteux quand on s’approche du sommet de la pyramide, ne restent dans certaines mains…

 


Le résultat de l’enquête est transmis au directeur de l’emploi qui a déjà reçu directement de l’employeur une copie de sa demande… Le décret prévoit ainsi que le chef de service ne puisse pas berner son supérieur sans le mettre au parfum à propos d’un poste à gazrer

 

Ensuite lorsqu’une demande de permis de travail pour un étranger est refusée par le directeur de l’emploi, nommément cité par le méticuleux décret, car un mauritanien pourrait remplir les qualifications, eh ! bien, c’est toujours le département  qui a refusé le permis qui propose les mauritaniens de son choix… Cette fois le décret pointilleux ne parle plus de directeur de l’emploi ni même de chef de service de l’emploi mais de «  bureau de l’emploi ». Un brouillard administratif bien de chez nous où les vides juridiques permettent par exemple aux autorités compétentes d’exiger tout et n’importe quoi en matière de mauritanisation sans limite aucune.

 

D’ailleurs le patron de la mine a été le premier suspendu par les autorités dans cette affaire, c’est dire le bon esprit qui règne entre le pouvoir et l’entreprise qui a pourtant lâché 500 milliards de lest en contrats locaux et accepté, paraît-il, plusieurs légumes mauritaniens car «cela vient d’en haut...» même si en Haut n'y est peut-être pour rien.

 

Ainsi ceux qui refusent une autorisation sont les mêmes qui proposent les candidats à la mauritanisation… Incroyable mais vrai au pays du tribalisme, du régionalisme et du trafic d’influence mais pour faire avaler la pilule à l’entreprise, le décret Laghdaf prévoit que si le mauritanien pistonné par la mauritanisation ne fait pas l’affaire, l’entreprise peut refaire une demande selon le même processus ! C’est-à-dire avoir affaire aux mêmes 3 "personnages" qui font la pluie et le beau temps en matière d’emploi tels que les nomme le décret à savoir le directeur de l’emploi, le chef du service de l’emploi et le vague bureau de l’emploi pour le dernier mot à propos des pistonnés, un peu comme si en justice les mêmes juges siégeaient au tribunal de première instance et à la cour d’appel…

 

Bravo !

 


Mais vous n’avez pas tout vu… 

 


Au rayon micmac, si le demandeur ne reçoit du directeur de l’emploi aucune réponse ni positive ni négative pendant 40 jours, eh ! bien le fameux chef de service de l’emploi est tenu sous dix jours, selon le décret, soit de sortir au demandeur le refus signé par son compère le directeur de l’emploi soit le chef de service doit délivrer automatiquement le permis...

 

On ne s’étonne plus qu’avec des dispositions pareilles, une entreprise étrangère puisse avoir des permis par défaut délivrés par le bon vouloir du chef de service de l’emploi et son compère le directeur de l’emploi surtout s'il veut bien refuser de se mouiller par un oui ou un non… C’est la place à une formidable tyrannie du service de l’emploi si ce n’est l’espace d’une corruption  indétectable car la singulière dynamique de délivrance est juridiquement défendable…

 

Qui a ficelé ce décret ?

 


Le décret pointilleux prévoit toutefois un autre recours au chapitre des recours avec à la clé pour le demandeur la possibilité de se plaindre auprès du ministre de l’emploi mais il ne peut pas, sous peine d’irrecevabilité, comme le souligne le décret pointilleux,  lui écrire sans passer par le fameux directeur de l’emploi maître du premier recours… la boucle est encore bouclée.

 

Moralité, le ministre peut ne jamais entendre parler de ce recours souhaité par le demandeur s’il est étouffé par mille chantages car l’entreprise étrangère est livrée pieds et mains liés au directeur de l’emploi, au chef de service de l’emploi et le brumeux bureau de l’emploi. Bien des seconds couteaux pour une affaire si importante quand il s’agit d’une telle mine d’or…

 

En vérité si le décret laisse tant de champ aux seconds couteaux c’est que la mauritanisation à la base ne ciblait pas les étrangers occidentaux mais visait à réguler le marché du travail mauritanien face à l’afflux de la main-d’œuvre de la sous-région…. De là le calvaire de certains africains pour trouver un permis de travail. Aucun haut fonctionnaire ne voulait se taper cette galère à filtrer les autorisations.

 

 


Quant aux occidentaux lambdas qui souffrent aussi à propos des permis, c'est à mettre sur le compte de l’équation sécuritaire du pouvoir mauritanien : moins il y aura d’occidentaux en Mauritanie moins la Mauritanie risque de défrayer la chronique avec une attaque terroriste les visant. C'est radical mais efficace comme 1/3 du territoire mauritanien a été sacrifié sans état d'âme à la zone militaire pour les mêmes raisons.

 

Ainsi au lieu de faire comme le Maroc qui peut dire qu’il maîtrise la sécurité avec des occidentaux en masse tranquilles partout et auquel les touristes pardonnent un attentat comme c’est déjà arrivé, le pouvoir mauritanien semble vouloir vider le pays de ses occidentaux.  Un remède de charcutier qui préfère perdre un membre plutôt que de passer des nuits blanches à tout surveiller. Au prix de cette sécurité radicale, nous finirons comme des indiens dans une réserve de mauritaniens enfermés dans une caserne parfaitement sous contrôle.

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires