Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Kaédi : L’UFP à l’écoute


Actu Mauritanie
Mercredi 24 Juillet 2013 - 18:00

Kaédi, la ville rebelle, serait-on tenté de qualifier cette cité cosmopolite qui reflète, à elle seule, la diversité du pays, dans toute sa mosaïque ethnico-communautaire. Avec les événements du 7 juillet, se pose encore une fois, avec autant d’acuité que de subtilité, les questions récurrentes que tous les pouvoirs tentent de cacher, sous le seul sceau de la morale religieuse, tout en feignant d’en ignorer les causes, pourtant manifestes via les tenants du pouvoir local et régional.


Autres articles
Kaédi : L’UFP à l’écoute
Certes, Il est heureux que toutes les volontés se déterminent, quand, quelque part, une aile du territoire national se déplume et que les fondamentaux de l’unité nationale s’écroulent, subitement, au point d’embraser les esprits et les cœurs. Une situation inconfortable qui exige mobilisation nationale, mise en branle de la fibre patriotique – si elle existe, encore – pour montrer qu’épargnée de la déliquescence de l’Etat, la société civile, elle au moins, joue pleinement son rôle de contre-pouvoir. Ainsi que les partis politiques, même s’ils se contentent, le plus souvent, de déclaration de principe ou se figent dans une position unilatérale, plus l’expression d’un état d’âme, d’une fixation partisane, que d’une véritable conviction, comme soumis à une espèce de redevabilité morale à se prononcer malencontreusement, sans jamais prendre le temps de peser et de jauger les vrais termes des conflits.

Entrée en scène et Acte 1

L’initiative de l’UFP est d’autant plus remarquable. Après la conférence de presse de ce parti à Nouakchott, celui-ci a, en effet, envoyé une forte délégation à Kaédi, conduite par son premier vice-président, le professeur Gam Gourmo Lô, et comprenant les honorables députés Kadiata Malick Diallo et Moustapha Ould Bedredine. Dès son arrivée dans la capitale du Gorgol, la mission a pris contact avec toutes les parties prenantes, directes ou indirectes, pour écouter et se faire une idée des causes profondes de l’explosion.

La rencontre, avec la commission mise sur pied à l’hôtel de ville de Kaédi, a permis, à la délégation, de mieux comprendre le rôle essentiel qu’a joué cette structure improvisée, dans l’apaisement des esprits et le retour au calme. Apres avoir reçu, par la voix de son président, Sow Oumar Abdoul Sow, un compte-rendu détaillé du travail abattu, les émissaires progressistes ont salué l’esprit d’initiative de ses membres et leur volonté de se muer en structure régulatrice pérenne, pour la prévention des conflits. De son côté, la commission s’est félicitée du comportement des progressistes qui ont eu le souci de partager, avec eux, ces moments douloureux et chercher, ensemble, des pistes de sortie de crise, au-delà de l’appartenance politique ou de tout autre considération politicienne.

Acte 2 et 3

Dans leur volonté de réunir, de manière objective, tous les paramètres de ce précédent, Gourmo Lô et ses compagnons se sont rendus chez le hakem et le wali qui les ont entretenus de toutes les étapes de l’incident. Les deux responsables ont donné un descriptif détaillé des motifs des événements, avant d’écouter les avis de la délégation concernant leur gestion trop froide de la crise. Les deux rencontres se sont déroulées dans une atmosphère de franchise et de dialogue direct que les progressistes ont bien noté, avant de se féliciter de l’accueil dont ils ont fait l’objet.

Puis il s’agissait de rencontrer les commerçants, premières victimes de ces événements. Ils ont été reçus par la délégation de l’UFP qui a, d’abord, souhaité prompt rétablissement aux blessés, avant de les inviter tous, au cours d’une discussion à bâtons rompus, à s’inspirer des principes démocratiques pour arriver à une meilleure intégration et favoriser la consolidation de l’unité nationale. Conduite par son président Moustapha Ould El Haj Sidi, la délégation des commerçants a beaucoup échangé sur la cohésion sociale, insistant sur les efforts d’interaction qui doivent dépasser la routine commerciale pour susciter un espace où les professionnels échangent de bonnes pratiques citoyennes. Appréciant le souci de l’UFP de préserver l’unité nationale, avec un langage franc, sans couleur ni ethnie, les commerçants, fortement encouragés par les progressistes, se sont dits déterminés à bien jouer leur partition, pour la stabilité et la paix.

ACTE 4 et Final

L’organisation de la conférence sur les problèmes de Kaédi et l’unité nationale fut un excellent prétexte de rencontre avec les jeunes de tous les bords, en cette nuit du 16 au 17 juillet, à la place mythique du « Dinguiral Mama N’Diaye ». Le professeur Lô et ses compagnons ont écouté tous les intervenants qui ont tous mis en avant, au-delà des injustices qu’ils subissent et qu’ils n’ont pas manqué d’énumérer, la sacralité d’une unité nationale qui ne peut cependant pas se réaliser, ont-ils rappelé, avec une administration « partisane, peu soucieuse de l’intérêt des administrés ».

Cette rencontre fut un exutoire, une tribune en plein air qui a donné, aux jeunes, la seule et unique occasion de parler, depuis les événements, et de s’adresser à tous ceux qui, à tort ou raison, les qualifie de désœuvrés. Ce soir-là et sous le sceau de l’engagement, un vocable cessé de revenir, comme un leitmotiv : la justice ; dans tous ses états et par tous exigée. Aujourd’hui porteurs de revendications légitimes qui ne peuvent plus attendre, les jeunes jugent les politiques régionales bien plus réoccupées de distractions que de développement harmonieux. Et, à nouveau, la justice, un discours constant, froid et, en même temps, direct et tranchant, comme quoi les termes du vocabulaire, comme ceux de l’échange, ont évolué. Apres avoir écouté tous les points de vue, la délégation de l’UFP a exhorté les jeunes à connaître et leurs droits et leurs devoirs et, surtout, à ne pas se tromper de cible. Kadiata et compagnie les ont mis en garde contre tout agissement en porte- à-faux avec les lois en vigueur, avant de marteler : « si la liberté s’arrache, l’exercice de la démocratie suppose conviction et tolérance ».

Dans cette perspective, les progressistes ont suggéré, aux jeunes, la fondation d’un large front régional regroupant tous les jeunes de toutes les communautés, dans un élan patriotique leur permettant de poser les problèmes spécifiques de la ville. Toutes les parties prenantes ont salué le rôle et l’efficacité de la délégation de l’UFP, en lieu et place des députés, sénateurs et cadres de l’UPR ressortissants de Kaédi qui ont, en cette affaire, observé, dans leur ensemble, une attitude d’indifférence, voire de lâcheté indescriptible, à l’image de l’amour hypocrite qu’ils portent sur cette ville qu’ils refusent pourtant d’épouser. Les Kaédiens résidents s’indignent de leurs frères qui mettent en jeu, via le Net et les réseaux sociaux, leur racisme primaire, au nom, prétendent-ils, de leur communauté, et attisent la haine, au nom d’une solidarité naïve et mal famée qui ne fait plus recette.


Source:LECALAME
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires