Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Journée mondiale contre la peine de mort : La Mauritanie dans le giron des progrès africains ?


Société
Mercredi 10 Octobre 2012 - 11:55

L'application de la peine de mort recule dans le monde, et en Afrique en particulier, malgré la folie gambienne d'il y a un mois. La délégation de l'union européenne en Mauritanie a profité de la célébration de la journée mondiale contre la peine de mort pour organiser une conférence de presse, avec la société civile, sur le sujet.


Journée mondiale contre la peine de mort : La Mauritanie dans le giron des progrès africains ?
Ces dix dernières années, des progrès ont été accomplis en vue d’abolir la peine de mort dans le monde. Des obstacles de taille demeurent avant qu’elle ne soit reléguée aux oubliettes de l’histoire.

Grâce notamment à la campagne menée par une coalition mondiale, 17 nouveaux États ont décidé d’abolir la peine de mort pour tous les crimes depuis la 1ère Journée mondiale contre la peine de mort, en 2003, ce qui porte à 140 le nombre total d’États l’ayant abolie en droit ou en pratique – plus de 70 % des pays du globe. Toutefois, de grandes puissances comme les États-Unis et la Chine continuent de procéder à des exécutions avec une régularité consternante. En 2011, 2148 personnes ont été exécutées, dans 22 pays. 94% de ces exécutions ont eu lieu dans seulement quatre pays : La Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite et les USA.

En Mauritanie, l'union européenne qui organisait une conférence de presse par rapport à cette journée mondiale, évoque la société mauritanienne caractérisée par "le respect de la vie humaine, des valeurs de tolérance et d'ouverture", pour expliquer l'abolition de fait de la peine de mort, depuis 25 ans. «Concernant la Mauritanie, la dernière exécution a eu lieu en 1987. Comme dans beaucoup de pays musulmans, il y a une abrogation de fait de la peine capitale. Bien qu’elle soit prévue par les textes de lois, voire qu’elle soit parfois requise par les juges, l’UE apprécie qu’elle n’ait pas été appliquée depuis un quart de siècle» souligne Hans-Georg Gerstenlauer, chef de la délégation de l’UE en Mauritanie.

La société civile aux avant-postes

Si effectivement, aucune peine de mort n'a été appliquée en Mauritanie depuis 25 ans, elle demeure dans la législation mauritanienne. «La Charia ne doit pas être un obstacle à l’abolition de la peine de mort en Mauritanie. Au niveau de la société civile, nous essayons de convaincre les pouvoirs publics que celle-ci n’a jamais rien réglé, et que rien ne peut la justifier» estime de son côté Mamadou Sarr, secrétaire général du forum national des droits humains (FONADH).

Elle demeure dans la législation, mais également sous une forme moins juridiquement perceptible, dans une débauche de tortures et d'exécutions sommaires, notamment dans les prisons mauritaniennes, où celles-ci serait érigées en normes, selon le sous-lieutenant Daha Ould Hadhrami en service à la prison de Dar Naim, soupçonné d’être derrière la mort du détenu Hacen Ould Hadih, décédé des suites de tortures.

"Ceci est un autre débat, qui doit être mené, mais qui ne concerne pas le volet des textes législatifs en vigueur en Mauritanie" tempère Hans-Georg Gerstenlauer.

La peine de mort en Afrique (Condamnations et exécutions en 2011 - Situation des pays en 2012)  Source : JA
La peine de mort en Afrique (Condamnations et exécutions en 2011 - Situation des pays en 2012) Source : JA
L'application de la peine de mort baisse en Afrique, de l'ouest en particulier, et au Maghreb. "Hormis la Gambie, aucun pays d'Afrique de l'Ouest n'a procédé à des exécutions récemment" informe Amnesty international sur leur site. Le 23 août, huit hommes et une femme ont été abattus par un peloton d’exécution, suite aux propos du président gambien qui indiquaient, les 19 et 20 août, que son pays exécuterait tous ses condamnés à mort avant la mi-septembre. Pourtant, la Gambie faisait encore récemment partie des abolitionnistes en pratique, la précédente exécution datant de 1985. Devant le tollé suscité au sein de la communauté internationale, Jammeh a néanmoins annoncé, le 14 septembre, un moratoire sur les exécutions. Mais cette décision incertaine laisse toujours au moins 38 condamnés à mort fortement menacés d'exécution, selon Amnesty International.

En 2011, « seulement » 23 personnes avaient été exécutées en Afrique. Dix en Somalie, cinq au Soudan du Sud, sept au Soudan ainsi qu’une en Égypte. Dans chacun de ces pays, la peine capitale est toujours en vigueur en 2012, bien que peu appliquée, notamment par les autorités du Caire : sur 123 condamnations en 2011, une seule avait été suivie d’exécution.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter