Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Isabel Fiadeiro, artiste peintre : "Il y a une vérité qui peut émerger des peintures"


Culture
Vendredi 27 Juillet 2012 - 21:54

Depuis huit ans qu’elle dessine les endroits, les gens, et des scènes de la Mauritanie, au gré de ses voyages et des moments dont elle est témoin, la peintre dessinatrice portugaise, «amoureuse de la Mauritanie», rêve d’un art pictural mauritanien qui continuerait sur une voie de la modernisation, où certains artistes du pays l’ont engagé.


Isabel Fiadeiro, artiste peintre : "Il y a une vérité qui peut émerger des peintures"
«C’est une femme au sourire perpétuellement fiché sur les lèvres, que vous verrez, souvent avec ses manuscrits étouffés de dessins, sous les bras» la décrit affectueusement Béchir Malum, artiste peintre mauritanien.

Isabel Fiadeiro est ainsi : Une « femme de cœur » comme la présente le peintre Oumar Ball, qui « aime les gens et les lieux qu’elle peint ».

Cette portugaise née en 1963, en visite en Mauritanie il y a huit ans, y a élu domicile après avoir repris le dessin de façon régulière. « J’ai commencé véritablement à dessiner régulièrement en arrivant en Mauritanie en 2004 » opine-t-elle. «Il y a tant de couleurs, tant de vie, que je regarde plusieurs tableaux potentiels à la fois quand je me promène simplement » s’enthousiasme Isabel Fiadeiro. Elle a vu ce renouveau de son inspiration comme un signe pour reprendre une forme de quête artistique.

« Tout artiste, que ce soit littéraire, musical, ou pictural, cherche à révéler une vérité, qu’il ressent de façon diffuse lui-même, mais qu’il veut toucher. Et c’est cela le sens de toute quête artistique. Et la Mauritanie a réveillé cela en moi» continue l’artiste qui évoque aussi sa mémoire « visuelle », qui facilite son travail de dessinatrice.

Une quête qu’à ses yeux, trop d’artistes ont mis de côté, se bornant à devenir des « dessinateurs commerciaux ». Du coup, l’aspect mercantile qui a pris le dessus dans le monde de l’art aujourd’hui est remplacé chez Isabel par une quête absolue de soi, à travers son art, à travers une quête formelle, qui lui permettrait de décliner « une certaine vérité », « quelque chose de relatif mais vrai ». «Je veux juste laisser une trace de mon passage » marmonne-t-elle.

«L’art mauritanien a commencé, et doit continuer sur cette voie de la modernisation, que certains de ses artistes ont emprunté, dont Oumar Ball et Bechir Malum »

Ce qui ferait d’ailleurs la spécificité de ces deux artistes à ses yeux, tient au fait qu’ils acceptent la critique constructive, «contrairement à beaucoup de peintres mauritaniens qui estiment déjà leur quête artistique achevée ».

Une quête qu'elle continue aujourd'hui dans cette nouvelle étape de sa vie d'artiste, à travers la création d'une galerie à Nouakchott, Zeinart à l'ilôt C.

Des dessins témoins de l’histoire

Abdarrahmane Sissakho et Sophie Caratini
Abdarrahmane Sissakho et Sophie Caratini
Ayant commencé tardivement les beaux-arts à Londres, Isabel termine son cursus en 2000. Entre 2000 et 2004, elle ne dessine pratiquement pas. L’inspiration rejallit lors de ce séjour mauritanien, qui rallume une « braise » en elle.

Après huit ans de présence en Mauritanie, des dizaines de villages visités et dessinés, plusieurs camps sahraouis croqués, Isabel marque ses peintures de l’empreinte des êtres rencontrés et des scènes dont elle a été témoin.

«Les mauritaniennes et les sahraouies par exemple, ont le même fond culturel, les mêmes contes, les mêmes chants, la même langue. Pourtant à Tindouf, où j’ai passé du temps, dans chaque camp de réfugiés, les femmes portent un sombre poids sur leur vie. Comme par empathie, ça me minait aussi. Elles ont quitté leur pays dans d’horribles conditions, et les nouvelles générations sont toujours dans une situation d’attente. En Mauritanie, mes pérégrinations dans les villages intérieurs me donnaient par contre une énergie positive.» raconte-t-elle, émue.

Un fort moment aussi dont elle se souvient, c’est l’exposition à Barcelone, «à un niveau international que tout artiste recherche», des femmes de la coopérative féminine de Djajibiné Gandega, présidente de ce regroupement de peintres de fresques murales soninkés. “Pourtant elles ne sont pas valorises dans leur propre pays” regrette Isabel.

Une passion pour ces moments de vie, qu'elle fait et fait partager sur son blog "sketching in Mauritania".

Internet comme vecteur de diffusion d’art

Scènes du marché des pêcheurs à Nouakchott
Scènes du marché des pêcheurs à Nouakchott
Convaincue qu’internet est un vecteur inédit de propagation culturelle, elle l’utilise sans relâche pour montrer ses peintures, à travers son blog d’abord, mais aussi à travers un collectif mondial d’artistes, «urban sketchers».urbansketchers.org, qui regroupe un peu plus de cent artistes dans plus de trente pays.

«We show the world, one drawing at a time” (Nous montrons le monde, un dessin à la fois), est l’un des points de la charte du collectif. Qu’Isabel a fait sien.

«Il n’y a pas que des dessinateurs : il y a des architectes, des web designers, des peintres, des éducateurs etc. L’essentiel étant de rendre compte des endroits que l’on visite et où on vit» explique la portugaise.

Mais Isabel déplore le fait qu’il n’y ait seulement que trois dessinateurs africains dans le collectif mondial «urban sketchers », dont deux mauritaniens : elle et Oumar Ball.

«Ce n’est pas que l’Afrique manque de dessinateurs de talent, mais simplement l’écrasante majorité d’entre eux, contrairement aux photographes par exemple, n’ont pas encore saisi internet pour en faire un outil de propagation de leurs travaux » précise-t-elle.

Mamoudou Lamine Kane

* Isabel Fiadeiro expose ses peintures à partir du 18 septembre à l'institut français de Mauritanie

Dada, préparant un méchoui.
Dada, préparant un méchoui.
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires