Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Interview avec Ahmed BAYA, fondateur et président de Startup Mauritania (SUM) :


Economie
Mercredi 26 Août 2015 - 14:20

« Ce changement arrivera, avec ou sans les investisseurs nationaux, donc il serait mieux d’y participer avant de le subir ! »


A 28 ans, Ahmed BAYA est à la fois enseignant-chercheur, entrepreneur et père de famille. Il est le fondateur du premier et plus grand accélérateur des startups (jeunes pousses) en Mauritanie. Ce projet doit permettre l’organisation de plusieurs programmes et événements importants d’envergure internationale en Mauritanie, liés à plusieurs domaines économiques.

Mais l’ambition du jeune entrepreneur semble ne pas avoir de limites ! Il travaille depuis quelques mois, avecun groupe de jeunes « dynamiques et compétents », pour lancer un premier incubateur de ce genre en Mauritanie, doté d’un « co-workingspace ». Une façon de garantir la durabilitéde cette expérience prometteuse en matière de la création de petites et moyennesentreprises à fort potentiel de croissance.

Doctorant en Finance (Université de Londres) et titulaire de deux masters, ce jeune investisseur déteste profondément la politique politicienne ! Par contre, il est convaincu que « l’essor de la Mauritanie dépendra de l'entreprenariat de sa jeunesse. Dans cette interview, le « cosmopolite » Ahmed nouslivre sa vision du développement en Mauritanie.

Une vision axée sur le triangle, Jeunesse, Entreprenariat et Investissement, qui s'inspire de ses nombreux voyages et séjours à l’étranger où il a pu représenter régulièrement le pays dans des forums sur l’entreprenariat. Le dernier était le Global EntrepreneurshipSummit (GES: 25-26 juillet 2015) organisé au Kenya à l’initiative et avec la participation du Président Barack Obama

ENTRETIEN :
Q : Pouvez-vous nous parler au début de votre participation au sommet du Kenya sur l’entreprenariat ?
R :
J’ai été invité par le Département d’Etat Américain pour prendre part à cette rencontre mondiale, initiée depuis 2010 par le président Obama, en vue de promouvoir l’entreprenariat en Afrique et dans le monde.
 
En tant que jeune entrepreneur, j’en ai profité pour faire connaitre aux investisseurs invités à cet évènement planétaire les opportunités d’investissement qu’offre la Mauritanie, mais aussi de rencontrer les jeunes entrepreneurs, entreprises, organismes internationaux venant des quatre coins du monde. Ce genre de forums permet également de rencontrer des partenaires potentiels qui pourraient soutenir nos projets d’accélérateur et d’incubateur de startups en Mauritanie.
 
Cependant, j’ai quelques excellentes nouvelles à vous annoncer. A la fin du Global EntrepreneurshipSummit, j’ai réussi à avoir des accords de la part de quelques partenaires et institutions :
 
-          Startup Mauritania représente désormais le Global EntrepreneurshipWeek et fait aussi partie du très prestigieux Startup Entrepreneurship Network (www.gew.co). Nous sommes invités à assister au prochain Global EntrepreneurshipCongress en Colombie en Mars 2016 qui est un sommet où sont invités toutes les organisations qui représentent le GEN dans leurs pays respectifs. Ils feront une annonce très bientôt concernant cette excellente nouvelle sur leur site web et nous y reviendrons en détails sur notre site web et comptes sur les réseaux sociaux.

-          Nous faisons partie aussi désormais du réseau « Startup Nations » (www.startupnations.org) qui regroupe les pays les plus actifs dans le domaine de l’entreprenariat.
-          Nous sommes en discussion avec la Fondation Tony Elumelu pour arriver à un accord de partenariat, afin de considérer nos startups au sein de leur programme « 10.000 Entrepreneurs ». J’ai eu cet accord de principe après avoir rencontré Mr Tony Elumelu durant le sommet de Nairobi.
-          Nous allons bientôt signer un accord avec le Business Angel Network, qui est un réseau mondial « d’Angel investors » via leur président que j’ai rencontré lui aussi durant le sommet.

-          En discussion avec plusieurs autres institutions, compagnies et investisseurs rencontrés au cours du sommet, pour faire profiter nos jeunes entrepreneurs de leur aide et expertise. Nous y reviendrons sur notre site web (www.startupmauritania.com) et nos comptes sur les réseaux sociaux très bientôt (Twitter : @StartupRIM  ; Facebook : Startup Mauritania).
 
 
Q : Justement, comment avez-vous eu l’idée de créer ce projet de Startup Mauritania et en quoi consiste-t-il vraiment ?
 R :
En fait, j’ai pensé à ce projet il y a deux ans environ mais je n’ai jamais pu le concrétiser par manque de temps. Cependant j’ai vu des scènes inoubliables au cours du dernier Startup Weekend à Nouakchott, qui était, à ma connaissance, le premier évènement à caractère compétitif lié aux Startups et à l’Entreprenariat en Mauritanie.

Des jeunes de toutes les communautés, de toutes les sensibilités politiques et de différents parcours scolaires et professionnels, se sont réunis pendant trois jours pour élaborer, dans une symbiose totale, des projets d’entreprises rentables, convaincants et faisables.

Les bons résultats de cette première édition m’ont beaucoup encouragé pour continuer le travail avec mon équipe afin de lancer cet accélérateur des startups qui va stimuler les jeunes diplômés du supérieur en les motivant à   prendre de l'initiative. Les jeunes doivent être dans l’action pour devenir indépendants et contribuer au développement de leur pays.
 
Nous sommes fiers d’avoir amorcé une étape dans l'encouragement de l'entreprenariat après cet évènement. A titre d’exemple, des jeunes candidats, qui étaient présents au cours de cette première édition du Startup Weekend, ont lancé ensuite un autre évènement dans le domaine des applications mobiles. On considère cela aussi comme l’une des réussites de notre premier événement organisé en août 2014. On encourage tous les jeunes à agir de la même façon pour pouvoir faire avancer les choses ensemble !

Pour revenir à l’autre partie de votre question, Startup Mauritania (SUM) est le premier accélérateur de startups, mais aussi tout simplement la première organisation dans le domaine des « startups » et l’entreprenariat dans le pays. Elle aspire à devenir une plateforme utile pour tous les jeunes, potentiellement ou réellement, entrepreneurs.

Dirigé par une équipe dynamique, ambitieuse et compétente, ce projet a déjà gagné la confiance de plusieurs partenaires nationaux et internationaux ; ce qui nous a donnél'exclusivité d'organiser les plus grands programmes et événements internationaux, mais aussi de représenter en Mauritanie des organisations pionnières dans le domaine entrepreneurial en général.
 
Q : Après la réussite de la première édition du startup weekend, vous êtes en train de préparer la deuxième, mais avec d’autres événements et programmes en parallèle ?
R :
Oui cette année, nous allons organiser, d’ici deux mois à peu près, la deuxième édition du startup weekend grâce à notre partenariat avec Techstars qui est l’un des plus grands accélérateurs de Startups au monde (www.techstars.com). Cette fois-ci, ce sera complètement différent, car les jeunes lauréats vont bénéficier de grandes opportunités, telle que la participation à l’incubateur qui va lui aussi être lancé l’année prochaine ainsi qu’aux autres évènements compétitifs.

Là, je peux citer les événements « Future Agro Challenge », « Get in the Ring », « Startup Open », « Creative Business Cup » et plusieurs autres évènements et programmes qui sont sous la houlette de la prestigieuse organisation:Global Entrepreneurship Week /Network (www.gew.co ) qu’on représente désormais en Mauritanie.

Ces jeunes entrepreneurs auront aussi la chance d’être « encadrés » par une pléiade de mentors nationaux. Nous allons veiller à l’accompagnement et au suivi en leur offrant un environnement adéquat et idéal pour qu’ils puissent travailler, se concentrer et réaliser les objectifs de leurs startups convenablement.

Q : Mais, concrètement, quelle est l’importance de ce genre d’actions événementielles ?
R :
Ces événements encouragent et aident les jeunes potentiellement entrepreneurs à lancer leurs startups le plus efficacement possible. Grâce à nos coachs et mentors, ces jeunes trouveront un meilleur accompagnement, mais aussi des possibilités de financement auprès de nos partenaires.

Startup Weekend Global Entrepreneurship Week , Future Agro Challenge Get in the Ring etc… Tous ces événements offrent aux jeunes entrepreneurs la possibilité de voyager à l’étranger, de se confronter à d’autres environnements totalement différent du nôtre, de bénéficier de l’expérience et du savoir-faire des autres pays.

Nous comptons également organiser des évènements dédiés à certaines franges de la population relativement marginalisées surtout dans le milieu entrepreneurial national. Là, je peux citer les femmes, les handicapés, sans oublier les enfants aussi !

Progressivement, cette dynamique va aboutir à l’émergence d’une certaine communauté de jeunes entrepreneurs mauritaniens.
 
Q : Mais apparemment vous êtes en réflexion pour dépasser ce stade « événementiel » en vue d’asseoir quelque chose de durable ?
R :
Absolument ! En parallèle avec notre travail sur l’accélérateur, nous préparons également le lancement du premier incubateur d’entreprises en Mauritanie (déjà créé administrativement il y a une année et nommé ISM = Incubateur de Startups en Mauritanie) qui sera doté d’un réel co-workingspace. Il doit normalement voir le jour au cours de l’année 2016.

Entre parenthèses, Il est très important de faire la différence entre un accélérateur et un incubateur de startups. Malheureusement beaucoup de gens en Mauritanie les confondent et même parfois pensent qu’ils sont synonymes alors qu’ils sont complètement différents (Une petite recherche sur google fera l’affaire).

Revenant à votre question, le « co-workingspace » abritera des bureaux, des salles de réunion, une cuisine, un lounge, une salle de jeu, des toilettes, ordinateurs, imprimantes, une connexion internet haut débit, etc… Bref un environnement idéal pour réussir ! Nous ferons en sorte que les jeunes entrepreneurs admis au sein de l’incubateur soient dans les meilleures conditions possibles pour bosser efficacement. Ils seront éventuellement (mais pas obligatoirement) issus des évènements et programmes de l’accélérateur « Startup Mauritania ».
 
Par ailleurs, les jeunes entrepreneurs auront accès à des sessions de coaching/mentoring assurées par nos valeureux mentors et coaches, des formations continues, des suivis/réunions de façon régulière et ils auront aussi éventuellement accès à des financements via nos partenaires.

Aujourd’hui les jeunes en Mauritanie ont d’excellentes idées, le savoir qu’il faut pour se lancer et la motivation, mais manquent de financements. Obtenir un prêt auprès d’une banque est une mission quasi impossible car elle exige des garanties que ces jeunes-là ne peuvent évidemment pas fournir.


Q : Avez-vous un mot à adresser aux investisseurs nationaux, aux jeunes entrepreneurs et aux responsables publics ?
 
R : Je ne suis pas ici pour donner des leçons et je ne pense pas que je suis le mieux placé pour le faire. Mais j’aimerais bien partager avec eux certaines idées et suggestions…
Aux investisseurs nationaux, je dirais qu’il va falloir arrêter d’investir comme s’ils étaient encore dans les années 1990. Il va falloir penser à diversifier et surtout investir à long terme.

Qu’ils aient le courage et le patriotisme d’investir dans des projets sans rendement immédiat. Je trouve dommage qu’en 2015 nous ne produisons toujours rien ou presque. Je pense qu’il est primordial aujourd’hui d’investir dans les projets industriels, dans les startups et les idées novatrices qui vont révolutionner le marché mauritanien de façon globale et irréversible. Ce changement arrivera, avec ou sans les investisseurs nationaux, donc il serait mieux d’y participer avant de le subir !

Donc je lance un cri de cœur à tous les hommes d’affaires, acteurs économiques, opérateurs financiers, etc. pour nous rejoindre afin de ressusciter l’esprit d’initiative afin d'avancer les choses en Mauritanie. Je peux leur promettre un retour sur investissement qui sera satisfaisant mais ils auront aussi contribué au développement de leur pays.
Aux jeunes entrepreneurs, je dirais juste qu’il va falloir persévérer et s’ente-aider pour arriver à destination. Le chemin sera long et pénible mais il vaudra le coup d’être parcouru jusqu’au bout. Il nous faut juste la vision et la solidarité pour créer une communauté d’entrepreneurs qui sera notre communauté de destin où nous partagerons un ensemble de valeurs entrepreneuriales, à savoir : l’innovation, l’audace et l’efficacité.

Aussi verrez-vous que les choses avanceront très rapidement. Startup Mauritania est là et sera toujours là pour faciliter la réalisation de ces nobles objectifs.

Aux responsables publics, ils devraient s’impliquer de façon plus forte et concrète, tout en essayant de convaincre et d’attirer leurs partenaires afin que ces derniers acceptent eux aussi d’investir dans les startups pour les jeunes entrepreneurs à monter leurs propres projets et créer ainsi de la valeur ajoutée.
 
 
Q : Avez-vous un dernier mot, un appel ou une remarque ?
Oui, malgré le fait que nous avons déjà des partenaires et mentors engagés avec nous sur nos projets, nous sommes toujours ouverts à toute proposition.

Par exemple :
1- Un partenaire (du secteur public ou privé) qui souhaiterait travailler avec nous de façon durable et sérieuse pour relancer l’écosystème entrepreneurial.
2- Un mentor (chef d’entreprise ou haut cadre) qui souhaiterait  nous aider au sein de l’organisation, au niveau des jury, talks, panels de discussion, débats, etc. qui seront organisés au cours de nos programmes, évènements et activités.
Juste pour information, nous comptons actuellement parmi nos honorables mentors (par ordre alphabétique):
- Abdel Aziz Dahi: Gouverneur de la Banque Centrale Mauritanienne.
- Ahmed Hamadi: Manager de la mine Tasiast/Kinross Gold Corporation
- Mohamed AbdallahiLouly: Directeur GTI
- Mohamed Daf: Président de l’Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou
- Mohamed Limam: Vice-président & « Country Manager » de KosmosEnergy
- Moulay Abbas: PDG de la BMCI
- Nancy Abdeirahmane: Directrice Impact Funding (et fondatrice de Tiviski)
- Samba Thiam : Représentant du FMI-Somalie et résident au Kenya.
Nous sommes aussi en discussion avec quelques potentiels mentors qui, on l’espère, nous rejoindrons très bientôt …
 
3-Un coach (dans l’un des domaines suivants: IT - Business & Finance - Marketing - Web & Design),
4- Un jeune bénévole qui souhaiterait nous aider dans l’organisation des événements etc.
Donc les gens issus de ces catégories sont tous les bienvenus. Notre adresse mail est : hello@startupmauritania.com .

Pour finir, je tiens à remercier infiniment nos partenaires, mentors, personnalités honorifiques et bien entendu les membres de l’équipe Startup Mauritania sans lesquels ce projet n’aurait jamais pu voir le jour !
 
Propos recueillis par Mohamed Abdellahi ABBE
Journaliste à la TVM
Ben.mohameden@gmail.com
 
 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires