Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Interview Demba Ramata N’Diaye : « La Mauritanie sera un os très long à avaler »


Sport
Dimanche 21 Avril 2013 - 12:10

Le 22 juin prochain, le Sénégal et la Mauritanie croiseront le fer à Dakar, pour le premier des deux matches qui les opposeront dans le cadre du dernier tour des éliminatoires du CHAN. Les Sénégalais partent logiquement favoris pour ce bouillant derby de l’Afrique de l’Ouest face aux Mourabitounes. Mais selon le sélectionneur des Lions locaux, Demba Ramata N’Diaye, la mission pourrait s’avérer plus corsée. Entretien exclusif avec Maurifoot…


Interview Demba Ramata N’Diaye : « La Mauritanie sera un os très long à avaler »
Bonjour Coach. Comment voyez-vous votre futur adversaire en éliminatoires du CHAN, qui n’est autre que la Mauritanie ?

Demba Ramata N’Diaye : On respecte notre adversaire. On sait aussi qu’il sera un os très long à avaler, parce qu’on a pu voir le match contre le Liberia, tant à Monrovia qu’à Nouakchott, et on a constaté que c’est une belle équipe qui a le même style de jeu que nous. Je pense que ça va être un match extrêmement important qui se gagnera que sur des détails. On a été très content de voir la Mauritanie sortir le Liberia et se qualifier pour le dernier tour du CHAN. C’est une fierté pour nous parce qu’en Afrique, il faut qu’il y ait un nivellement de valeur. Car s’il y a nivellement de valeur, c’est le football de notre sous-région qui se développe et c’est l’Afrique de l’Ouest qui en sort ragaillardi.


 Comment préparez-vous le match contre la Mauritanie ?

D. R. N : Tranquillement. Chaque mois on a un camp d’entrainement suivi d’un match international amical. On était parti au Chili puis au Maroc. Ce mois ci on attend un adversaire, et le mois prochain aussi on aura un autre adversaire. Avant le match contre la Mauritanie, il nous faudra encore une bagatelle de cinq à six quatre-vingt-dix minutes avant d’être prêt. On y travaille. On sélectionne des gosses, on en lâche d’autres et presque chaque match a un groupe différent. C’est un cocktail de footballeurs qu’on est entrain de confectionner. Et à partir du mois de mai, on aura notre groupe définitif. Tous les matches amicaux que les joueurs vont jouer au mois de mai, seront avec l’équipe probable.

 Malgré votre programme assez chargé, vous continuez quand même à garder un œil sur l’équipe Mauritanienne ?

D. R. N : Oui, on garde un œil sur la Mauritanie que l’on respecte beaucoup. On était déjà allé voir l’équipe en Gambie lors de ses deux matches amicaux, et avant cela on l’a vu contre le Liberia à l’aller et au retour. C’est une bonne équipe que nous n’allons pas sous-estimer.

 Le Sénégal a perdu lors de ses deux derniers matches amicaux. Cela a-t-il entamé votre confiance ?


D. R. N : Comme je le dis toujours, pour apprendre à quelqu’un à nager, il faut le jeter dans une eau profonde. On se doit d’affronter des équipes plus fortes en match amical d’abord et c’est à partir de ce moment seulement qu’on pourra se rectifier. Si tu vas jouer contre des équipes faibles et que tu marques quatre buts, quand tu rencontreras un adversaire de taille tu ne pourras pas connaitre tes erreurs. Et mieux vaut perdre tous ces matches amicaux et se rectifier pour être parfait le jour j.


 Pensez-vous être fin prêt au mois de juin ?


D. R. N : Tout à fait. On pense être prêt parce que le match contre la Mauritanie va coïncider avec la fin de notre championnat et à ce moment les joueurs auront beaucoup de matches dans les jambes. La deuxième partie de notre championnat sera proche de son terme et ça va nous faire du bien.

 Pour conclure, que pensez-vous du sélectionneur de la Mauritanie, Patrice Neveu ?


D. R. N : Il a emmené sa touche personnelle et une nette amélioration. J’ai vu l’équipe de la Mauritanie avant lui et maintenant qu’il est là, j’ai pu me rendre compte du changement et vraiment c’est super. Vous savez, en toute chose que ce soit en football, ou en sport en général, il faut un cocktail, un échange de culture. Regardez les grandes équipes en Angleterre par exemple, il y’a différentes nationalités. Donc si un entraîneur étranger vient avec sa touche en plus de la touche mauritanienne, ça fait un mélange et c’est très bien pour le pays. Il faut un brassage à tous les niveaux.


Propos recueillis par Brahim Sow Deïna

Source: MAURIFOOT
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire