Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Internet : Quand Facebook se lance en politique


Lu sur le web
Samedi 30 Mars 2013 - 18:00

Après avoir créé l’un des plus importants et influents réseaux du Net, Mark Zuckerberg s’apprêterait à investir le terrain politique. En effet, le créateur de Facebook serait sur le point de lancer un groupe de pression aux Etats-Unis. Un lobbying pour agir dans les domaines de l’éducation, de la recherche scientifique mais surtout sur la politique d’immigration américaine.


Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook. REUTERS
Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook. REUTERS
Quand Facebook se lance en politique
Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook.



L’information, jusqu’ici confidentielle, a fuité dans la presse depuis quelques jours : Mark Zuckerberg serait sur le point de lancer un groupe de pression politique. Le San Francisco Chronicle, Politico et le Wall Street Journal, qui ont annoncé la nouvelle, semblent particulièrement bien informés et si rien n’a encore été confirmé par Facebook, cela devrait être le cas d’ici un mois.

Le millionnaire serait donc sur le point de se lancer officiellement dans du lobbying politique. Avec l’un de ses anciens camarades de l’université d’Havard, Joe Green, ils en seraient actuellement à lever des fonds pour mettre en place leur projet estimé à 50 millions de dollars (environ 40 millions d’euros). Et l’affaire avance bien, puisque le Wall Street Journal explique que le duo a déjà réuni une partie du financement grâce aux contributions d’une dizaine de dirigeants du secteur des nouvelles technologies parmi lesquels figure notamment Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn.

Un club de milliardaires

Economiquement, les leaders des nouvelles technologies aux Etats-Unis ont de la réserve. Les milliardaires du high-tech américain sont présents en nombre parmi les hommes les plus riches du monde. Selon la liste publiée en début de mois par le magazine Forbes, les dix géants de l’internet aux Etats-Unis pèseraient près de 240 milliards de dollars. De quoi jouer sur les orientations politiques d’un pays.

D’ailleurs, ce n’est pas la première incursion dans ce domaine de Mark Zuckerberg. En février dernier, le millionnaire du web avait organisé dans sa maison de Palo Alto (Californie) une levée de fonds en faveur de la réélection du gouverneur républicain du New Jersey, Chris Christie. Natif de cette région de la côte-est des Etats-Unis, le créateur de Facebook a lancé aussi un programme de soutien du système scolaire pour lequel il s’apprête à léguer près de 100 millions de dollars.

Objectif : influencer la politique d’immigration

La nouvelle organisation, dont le nom est pour l’instant gardé secret, est déjà en plein recrutement. Selon le San Francisco Chronicle, elle serait animée par Jon Lerner et Rob Jesmer, deux consultants du Parti républicain. Mais le Parti démocrate ne serait pas oublié puisque le nom de l’ancien homme fort de la communication de l’ex-président Bill Clinton, Joe Lockhart, circule lui aussi dans les médias.

Ce nouveau lobbying compte agir dans les domaines de l’éducation et de la recherche scientifique. Mais son vrai cheval de bataille, même s’il n’est pas encore présenté comme tel, sera la politique d’immigration américaine. Depuis plusieurs années, les leaders de la Silicon Valley font pression sur les autorités pour pouvoir recruter des talents des hautes technologies venus du monde entier mais ils se heurtent à une politique d’immigration de plus en plus ferme. Avec la crise économique, le Congrès avait réduit le nombre de visas accordés aux travailleurs étrangers.

Plus tôt au mois de mars, Mark Zuckerberg et 99 autres patrons d’entreprises des nouvelles technologies ont même écrit une lettre au président Barack Obama pour évoquer leurs difficultés et demander plus de souplesse. « Beaucoup d’immigrants hautement qualifiés veulent rester aux Etats-Unis mais sont forcés de partir, n’ayant pu obtenir de visa permanent », écrivaient-ils. Les génies du high-tech choisissent alors d’autres destinations plus accueillantes.

Pas question donc pour les poids lourds américains du secteur de se laisser prendre de vitesse par la concurrence étrangère. Jusqu’ici, le web était assez peu représenté dans les groupes de pression mais avec l’arrivée du petit nouveau, il y a fort à parier que les politiques devront compter avec les géants du Net.

Paulina Zidi
Lu sur rfi
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires