Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Interdiction des sacs plastiques : J+3 ou la charrue avant les boeufs, des autorités mauritaniennes


Société
Jeudi 3 Janvier 2013 - 19:45

Le gouvernement a interdit les sacs plastiques pour préserver l’environnement. Cette mesure est rentrée en vigueur le 1er janvier 2013. Tous ceux qui iront à l’encontre de cette interdiction seront exposés à de très lourdes sanctions pouvant aller jusqu’à un an de prison ferme. Dans la pratique, depuis deux jours, c'est la débandade dans les épiceries, marchés et supermarchés : rien n'a été prévu pour le moment pour pallier cette disparition.


Vendeur de fruits et légumes. Tableau d'Isabel Fiadeiro
Vendeur de fruits et légumes. Tableau d'Isabel Fiadeiro
Ce jeudi 3 janvier après-midi, en faisant ses courses au marché Socim des fruits et légumes, Ami est loin de se douter de la multiplication des scènes cocasses qui allaient se dérouler sous ses yeux, et auxquelles elle-même participerait : comme chaque mois, elle vaque aux courses de la maison. Dans la boutique d'Ahmed elle commande ses conserves, ses kilos de lait en poudre, ses pots de tomates, qu'elle passera récupérer plus tard. En commandant des légumes, Mansour lui demande où elle comptait mettre ses légumes. "Mets les dans des sachets bien sûr! Idiot! Quelle question". "Désolé Ami, mais on n'a plus le droits d'en vendre, ou d'en fournir" rétorque le jeune vendeur. Surprise de la femme. Et ils sont des centaines depuis deux jours sur les marchés et dans les boutiques où on voit des clients rentrer chez eux, les bras surchargés de bouteilles et autres bricoles épicières.

Un constat donc : Si nul n'est sensé ignorer la loi, encore faut-il que sensibilisation il y ait eu. On ne décrète pas la fin d'une pratique brusquement sans palliatif, sans changement progressif, et ne littéralement rien proposer à côté. L'écrasante majorité des mauritaniens avaient entendu parler d'une "rumeur" concernant une loi débile de ce type, pourtant bonne dans l'absolu, mais comme le souligne un citoyen lambda, sa mise en pratique est incohérente et résume bien le manque de perspective des autorités du pays.

Si vous contrevenez à cette interdiction, les autorités ont prévu pour vous des peines de prison fermes pouvant aller jusqu’à un an et une amende d’un million d’ouguiyas pour tous ceux qui ne respecteraient pas l’interdiction. L’objectif est de réduire la pollution engendrée par les sacs plastiques, selon le ministre de l’environnement mauritanien, Amedi Camara. Selon lui, « la majorité des déchets d’emballages plastiques ne sont pas collectés et se retrouvent dans le milieu naturel, terrestre et marin, où ils sont parfois ingérés par quelques espèces marines et le bétail, entraînant leur mort ». Il a également souligné que 80% des bovins tués aux abattoirs de Nouakchott, la capitale mauritanienne, « sont porteurs de sacs plastiques dans leur panse », rapporte l’agence de presse officielle mauritanienne

Selon les statistiques officielles, la matière plastique représente 25% des 56.000 tonnes de déchets produits annuellement par la ville de Nouakchott. Le gouvernement qui travaille sur la question avec le programme des Nations Unies pour le développement et des ONG locales font depuis jeudi la promotion de sacs solubles dans la nature en papier pour remplacer le plastique.

Des sacs hors de prix pour un pays où la moitié de la population touche moins d'un euro par jour.

Noorinfo avec afrik.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter