Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Institutions/Mauritanie : Comment Aziz pourrait économiser comme Macky près de 8 milliards UM


Actualité
Dimanche 2 Septembre 2012 - 14:32

En supprimant le Sénat, la vice-présidence, pour pallier l’urgence liée aux inondations et à la détresse de la population à Dakar, le président sénégalais a certainement fait preuve d’un courage politique. Un acte dont pourrait s’inspirer le président des pauvres, Mohamed Ould Abdel Aziz, de ce côté du Fleuve et débloquer près de 8 milliards d'ouguiyas pour des populations durement touchées par la crise alimentaire.


Mohamed Ould Abdel Aziz (g) et Macky Sall
Mohamed Ould Abdel Aziz (g) et Macky Sall
La Mauritanie fait face cette année, à une crise alimentaire sans précédent, et à une détérioration des conditions de vie des mauritaniens, tandis que des centaines de fonctionnaires, répartis dans des institutions inutiles, entre un Sénat-garage, et des commissions fantômes, brassent des centaines de millions d’ouguiyas.

Dans la première situation d’urgence à laquelle le président sénégalais Macky Sall fait face, à travers les inondations qui ont durement et mortellement touchées le Sénégal la semaine passé, celui-ci a pris une mesure-choc, mais pas choquante : la suppression pure et simple du Sénat et de la vice-présidence pour un gain de près de 12 milliards de FCFA. La présidence a justifié cette mesure par l’inutilité de ces fonctions dans le paysage démocratique sénégalais.

«Cette suppression annoncée du sénat au Sénégal, loin s’en faut, ne va compromettre en rien la marche de la démocratie sénégalaise, laquelle est bien mature. Bien au contraire, on fera des économies». L’Afrique doit donc tirer leçon de cette autre expérience et même s’en inspirer. En effet, les arguments de la suppression du sénat au Sénégal sont valables partout sur ce continent qui se caractérise par un gaspillage et/ou une mauvaise allocation des ressources» précise un journaliste du Soleil, quotidien dakarois.

Cette justification serait encore plus vraie en Mauritanie où le Sénat, et d’autres institutions connaissent une véritable inflation, d’autant qu’elles brillent par leur oisiveté autant que par leur dysfonctionnement.

Le comble, c’est que nombre des institutions servent plutôt d’abris pour individus à récompenser et dont on ne sait quoi faire. Dans le contexte actuel du continent, dans lequel est engluée la Mauritanie d’Aziz, les institutions, quelles qu’elles soient, sont le plus souvent bâties à l’image même des acteurs politiques.

8 milliards d’ouguiyas à économiser

Le Sénat et son président Bâ M'Baré (c) pourrait dans l'absolu subir le sort de son homologue sénégalais sans préjudice pour l'élan démocratique mauritanien
Le Sénat et son président Bâ M'Baré (c) pourrait dans l'absolu subir le sort de son homologue sénégalais sans préjudice pour l'élan démocratique mauritanien
Mais en Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz pourrait aller au-delà d’une ou deux institutions à supprimer. Le pays fourmille de budgets injustifiés récompensant des services rendus. Quelques dizaines de personnes s’agrippent à des sommes colossales qui feraient plus qu’aider une relative majorité de la population en souffrance.

Le Sénat des «vieux sages mauritaniens» baillant aux corneilles et organisant à peine des sessions rapporteraient 870 millions d’ouguiyas. 96 députés aujourd’hui qui coutent presque 1.9 milliard UM. Suite au dialogue national avec une partie de l’opposition, ceux-ci seront 115 après les prochaines élections législatives… Pour un pays d’à peine 3 millions d’habitants. Le nombre de députés à terme pourrait être ramené à des proportions allant de pair avec le nombre d’habitants du pays. Là c’est clairement des moyens de paiements à grande échelle, et de récompenses, que le dialogue national a mis en place. «Une assemblée nationale de 75 députés est très crédible et pourra travailler» estime un éditorialiste de la place. Ils couteraient 1,7 milliard d’ouguiyas, soit une large économie de 200 millions UM.

Le ministère de la communication et des relations avec le parlement, dont le pays peut largement se passer, pour les services qu’il rend… peut permettre à l’état d’économiser les 3 milliards que la loi de finances 2012 lui octroie.

Un conseil du prix Chinguitty attribué annuellement et qui se goinfre avec 67,5 millions UM permettrait d’alléger les peines de centaines de mauritaniens à l’intérieur, durement touché par la crise alimentaire.

Le ministère de la culture, de la jeunesse et des sports absorbe 2 milliards d’ouguiyas, et n’a jamais justifié, en tout cas encore plus durant ces dernières années, le rôle qui est sensé lui être dévolu : accompagner l’éclosion de talents artistiques ou sportifs mauritaniens. C’est devenu un refuge dans un bâtiment fermé, opaque, pour affairistes et magouilleurs de toutes sortes. La zapper de l’organigramme public ne fera pas ciller le pays. Le temps de la transformer et mettre à sa tête les gens de culture et de sport, en phase avec la jeunesse mauritanienne.

Un tigre ne criant pas sa «tigritude», le ministère des affaires islamiques (lesquelles je vous demande bien) n’a pas lieu d’exister surtout pour ce que ces autorités font de leurs prérogatives : magouilles et assujettissement à l’exécutif. Voilà 3,5 milliards d’UM distribués gracieusement à des «oulémas» pour services publics non encore visibles. Son doublon criard, le haut conseil islamique draine de son côté 67 millions d’ouguiyas gracieusement offerts à quelques personnes, qui ne seront pas de trop pour certaines régions où les inondations menacent.

Le conseil économique et social dont la mission est relativement floue, et les activités inexistantes, peut être occulté pour récupérer les 141 millions d’ouguiyas qui lui reviennent.

Au total, voilà près de 8 milliards d’ouguiyas, très exactement 7,825 milliards, que l’état mauritanien pourrait facilement économiser pour subvenir aux besoins de l’écrasante majorité de ce pays qui crève de faim pour que quelques dizaines puissent habiter à Tevragh Zeina, et rouler en Prado.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires