Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Initiative Messaoud : Un pavé dans la mare


Actu Mauritanie
Vendredi 15 Juin 2012 - 23:06


Initiative Messaoud : Un pavé dans la mare
Le président de l’Assemblée nationale et président de l’APP, Messaoud Ould Boulkheïr, était allé lundi rencontrer le président du RFD et président de l’institution de l’opposition démocratique, Ahmed Ould Daddah, au siège de son parti. Objectif : lancer la fameuse initiative du leader haratine pour la réconciliation nationale. Il ira rencontrer, ces jours-ci, les autres dirigeants des partis de la COD, l’un après l’autre.  En quoi consiste cette initiative ? A-t-elle une chance de réussir ? Que pense Aziz de cette démarche ? A-t-il chargé le président de l’assemblée de renouer le contact avec les partis de la COD qui exigent son départ du pouvoir ?
Beaucoup de questions, très peu de réponses et, surtout, peu d’illusions…

Il y a presque un an que Messaoud et Ould Daddah ne s’étaient pas parlés, encore moins se rencontrer. Les deux frères ennemis de l’opposition, qui se détestent cordialement, arrivent toujours à se retrouver, à se parler et même à évoquer les sujets qui gênent. Derrière l’animosité historique entre les deux hommes, il y a le respect réciproque, chacun est convaincu que l’autre a une certaine réussite dans l’opinion et quelques valeurs humaines qui les rapprochent. Ce lien paradoxal leur permet de garder, même virtuellement, le contact pour pouvoir se rencontrer à tout moment, débattre de tous les sujets, se comprendre (pas très souvent) ou de se chamailler (plus fréquemment). 

C’est dire donc la facilité pour Messaoud de renouer le contact avec Ould Daddah et tous ses anciens amis de l’opposition. Il a appelé au téléphone le président de l’UFP, Mohamed Ould Mouloud, qui se trouve en France pour des raisons de santé depuis presque une année et que Messaoud n’a jamais appelé depuis leur divorce politique. Mais comme on dit, il n’y a pas de sentiments en politique (même si le leader haratine laisse les larmes facilement couler dans les moments d’émotion) et Messaoud a une proposition qu’il veut faire à tout le monde, particulièrement les partis de la COD qu’il compte désormais rencontrer un à un.

Dans ce cadre, il a commencé par Ahmed Ould Daddah qu’il a rencontré, en tête à tête, lundi, en début d’après midi, au siège de son parti. On ne sait exactement pas ce qu’ils s’étaient dit. A sa sortie de l’audience, Messaoud a été très avare en déclarations et s’est contenté de dire à nos confrères de Saharamedia : ‘’j’étais venu présenter mes excuses après mes dernières déclarations à la télévision qui ont été mal comprises’’ avant d’ajouter ‘’j’ai œuvré pendant la rencontre à coordonner les efforts des différents courants de l’opposition en vue de servir le pays’’.

Ni lui, ni Ould Daddah n’ont indiqué officiellement l’objet de leur rencontre ni les détails de l’initiative de Messaoud et la réponse qu’aurait faite le leader de l’institution de l’opposition démocratique. 

Gouvernement national 

C’est quoi l’initiative de Messaoud et qu’est-ce qu’elle propose ?
Il semble que Messaoud propose la formation d’un gouvernement national, composé de ministres de la majorité, de l’opposition avec ses deux tendances et de la société civile. Ce gouvernement aura la tâche de gérer le pays jusqu’à la tenue des élections législatives. Mais on ne parle pas des prérogatives du dit gouvernement ni de ses rapports avec le président. Un point important dans la mesure où l’opposition radicale peut comprendre cette démarche comme un aveu de l’échec de Ould Abdel Aziz dans la gestion du pays et, par conséquent, sa disponibilité à déguerpir, ou au moins à s’effacer en cédant ses fonctions constitutionnelles au fameux gouvernement d’union nationale. 

Cette interprétation ou conception de l’initiative n’est certainement pas partagée par le président Aziz qui, selon des sources dignes de foi, n’est pas convaincue de l’opportunité de la démarche de Messaoud qu’il a tout simplement apprise directement de la bouche de son auteur, sans s’y opposer, mais sans non plus lui donner son aval. 
Avant-hier lundi, au moment où Messaoud débattait son initiative avec Ahmed Ould Daddah, le président Aziz recevait Boidjel Ould Homeïd, un autre chantre du dialogue avec Aziz mais qui est opposé à l’initiative de Messaoud. Le président du parti Al Wiam ne veut pas entendre l’évocation d’un nouveau dialogue ni de gouvernement d’union nationale qu’entre la majorité et l’opposition dialoguiste. C’est ce qu’il a exprimé au président de la République qui, selon des sources concordantes, lui avait répondu que Messaoud est ‘’un fou’’ et qu’il faut le laisser mener ses contacts sans leur donner une grande importance. 

C‘est-à-dire que le président, contrairement à ce que pensent certains, est loin d’adhérer à la proposition de Messaoud et le laisse entreprendre ses contacts pour ne pas le fâcher à ce moment où il est son partenaire irremplaçable dans l’opération du dialogue. Une position d’autant plus logique que Aziz, très calculateur, attend jusqu’à la dernière minute pour dévoiler sa position, en étant convaincu que la COD allait rejeter l’initiative de Mesaoud. Ce qui lui permettrait de ne pas froisser un allié comme Messaoud encore très utile.

Cette analyse est plus ou moins bien fondée. Les partis de la COD sont unanimes sur une seule chose : ‘’Aziz n’est pas un partenaire fiable… et il doit tout simplement dégager’’. C’est pourquoi et même avant qu’ils ne se réunissent pour débattre la proposition du président de l’Assemblée national, il semble presque sûr qu’ils vont la rejeter. Ce qui pourrait être mal vue dans l’opinion nationale et, surtout, chez les partenaires au développement qui s’accrochent à Aziz et critiquent la revendication principale de l’opposition, le départ du président. Mais tout cela prendra certainement beaucoup de temps pour apparaitre dans sa forme définitive.
Mais quelque soit le résultat, on peut bien s’attendre à une nouvelle recomposition du paysage politique qui pourrait se concrétiser par l’apparition de nouvelles alliances qui bouleverseraient la physionomie actuelle du paysage politique. 

Mohamed Mahmoud Ould Targui
www.rmibiladi.com


Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires