Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Informer sans promouvoir


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 19 Janvier 2013 - 20:00


Informer sans promouvoir
La journaliste d’Al Jazeera annonce un contact avec Abul Baraa qui serait le chef du commando qui a investi le site gazier de In Amenas. Elle lui donne le temps d’exposer ses motifs et sa méthode d’action, donc sa version des évènements. Bien sûr, il se présente comme le héros qui tente de défendre les intérêts du peuple musulman. Les questions qu’elle lui pose sont d’abord un acquiescement à ce qu’il dit… puis elle lui demande s’il peut lui passer l’un des otages pour parler… ce qu’il accepte immédiatement.

Trois otages seront ainsi «entendus». Ce n’était pas des interviews mais des révélations de victimes visiblement obligées de dire ce qu’ils ont dit. La journaliste ne met pas en garde qu’il pourrait s’agir d’interview sous la contrainte. Elle ne témoigne aucune émotion, aucun sentiment vis-à-vis de pauvres civils menacés de mort… on en sort avec la nette impression que les humains, nos semblables, ceux qui subissent l’arbitraire sont ceux qui tiennent les armes. Les héros du jour sont ceux-là. Ce sont ceux-là qui méritent la sympathie.

L’Algérie ne pouvait pas continuer à souffrir cette situation. Les assaillants pouvaient désormais communiquer avec l’extérieur et donner un aspect acceptable à leur action criminelle. De leur côté, les ravisseurs, conscients des atouts qu’ils ont et assurés de donner les explications qu’ils voulaient, décident d’exfiltrer les otages qui se trouvaient dans la partie habitation du site. Il n’est pas question de les laisser partir avec leurs otages. La décision de détruire tous les véhicules qui essayent de quitter les lieux est prise. Les assaillants s’empressent d’expliquer qu’ils avaient juste l’intention de rassembler leurs otages sur les lieux de l’usine où se trouve déjà le véritable chef du commando, Abderrahmane Ennigeyri (le nigérien). Ils tentent ainsi d’incriminer l’Armée algérienne et de lui faire porter la responsabilité de la mort de tout ce monde.

La couverture quelque peu tendancieuse que cette chaine fait des évènements impliquant les Islamistes – toutes tendances confondues – est beaucoup plus évidente à nos yeux aujourd’hui. Peut-être parce qu’il s’agit de parler d’une zone que nous connaissons mieux… peut-être que la chaine en fait trop. Ou les deux.

Toujours est-il qu’Al Jazeera qui avait eu les premières images de l’occupation du Nord malien par les groupes armés, puis de la destruction du patrimoine culturel et humain de la région, cette chaine couvre les évènements d’aujourd’hui, et pour l’essentiel, par l’angle de l’exode des réfugiés oubliant que 90% de ces réfugiés dont la misère est décrite avec force détails sont là depuis mars 2012. Et quand les journalistes parlent de Konna ou de Djabali, ils n’hésitent pas à insister sur l’hostilité des populations vis-à-vis des «forces d’occupation».

Si Al Jazeera exprime un peu le jeu trouble de «son» pays d’origine, le Qatar, qu’en est-il de nos médias à nous ? ceux-là doivent s'interdire de verser dans la publicité pour des groupes déjà coupables vis-à-vis de notre pays. Au moins!

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter