Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Incident à la banque Société Générale Nouakchott : le rayon monétique dépassé…


A.O.S.A
Mercredi 6 Janvier 2016 - 19:50


Incident à la banque Société Générale Nouakchott : le rayon monétique dépassé…
Monsieur le directeur général
 

 
Vous ne me direz jamais assez merci de vous apprendre ce qui se passe dans l’un de vos services le plus sensible  à savoir celui dit de la monétique. Etant journaliste pas encore pershmerga pour avoir vos coordonnées, je n’ai donc que cette voie démocratique pour m’adresser à vous.

 
Tout d’abord je tiens à féliciter la Société Générale pour la qualité du service et la proximité des agences qui poussent un peu partout comme celles de la Wafa à telle enseigne qu’on croirait que les mauritaniens sont en train de faire fortune alors que de partout on ne signale que le manque de liquidités et la crise généralisée.

 
J’ai testé votre carte Visa et j’avoue qu’elle est d’un grand secours quand on voyage et marche parfaitement même si elle reste un peu chère quand on ne s’en sert pas souvent. Le personnel chez vous est correct et même sympathique. On trouve le sourire assez facilement si on n’est pas soi-même de mine particulièrement antipathique.  A cela s’ajoute que vos billets n’ont rien à voir avec ceux de la BMCI particulièrement sales, en mauvais état souvent répugnants pour les sommes sérieuses où l’état scandaleux est caché par les élastiques qui en retiennent les affreux morceaux. La BMCI devrait vider ses coffres de ces papiers misérables et les passer à la machine à laver de la BCM qui les mettra à brûler en échange d’autres plus dignes de son jeune P.D.G, sportif de haut niveau qui parcourt le monde pour représenter la Mauritanie sur les plus  hauts sommets de la terre. Bravo !  Cela dit, il faudrait penser à redescendre de temps en temps passer le balai entre deux aventures entre ciel et terre surtout que la BMCI est efficace en terme d’agence, on en trouve partout contrairement à la BNM bien avare en la matière ce qui en dit long sur la source de ses revenus.

 
Quant à ce qui nous occupe :  après avoir fait la navette pendant dix jours entre l’agence de la route de Nouadhibou et l’agence centrale, je n’ai plus qu’à écrire pour boucler cette gymnastique à propos d’un sujet qui met à jour une faiblesse majeure de votre système bancaire à savoir le suivi des transactions malheureuses au guichet automatique surtout à propos de situation exceptionnelle.

 
Il faut croire que mon aventure est la seule dans l’histoire de votre banque en Mauritanie et je finis par croire que votre personnel n’est pas formé pour ce genre de situation. A-t-on déjà vu un mauritanien venu retirer de l’argent être occupé par autre chose au moment où la machine lui délivre la somme ?

 
Voilà l’histoire : le 25 décembre, jour de Moloud pour les uns et Noel pour les autres, le guichet automatique de l’agence sur la route de Nouadhibou a exaucé mes prières en me délivrant 70.000 ouguiyas entre O9H40 et O9H55 mais au moment où les billets sont sortis j’étais occupé des deux mains à tenir une discussion de la plus haute importance pour un poète au point de remettre à plus tard les questions d’argent.

 
Soudain, il m’a bien fallu rompre cette discussion poétique sur whatsapp en entendant la machine faire un bruit spectaculaire qui me fit tendre l’œil comme on tend l’oreille. C’est là que j’ai vu les 70.000 retourner à la source sans crier gare ! La poésie s’est arrêtée là car que faire un vendredi férié jour de fête ? Le plus simple eût été de retirer une autre fois 70.000 en attendant de régulariser la situation. Il se trouve que comme bien des mauritaniens je n’avais pas à l’époque deux fois cette somme-là surtout en fin d’année !

 
Croyant que la Société Générale était digne de mes attentes, ne dit-on pas que pour l’ignorant tout est possible, je pensais qu’ayant ravalé mes billets, le système aurait sur-le-champ crédité mon compte de la somme ravalée. Eh ! bien non ! Le système informatique est de ce côté un peu rustre. Ainsi, je me suis retrouvé un vendredi de Moloud doublé de Noel suivi d’un samedi et d’un authentique dimanche avec l’impossibilité de mettre de sitôt la main sur ma fortune.

 
Heureusement, pour la forme, l’agence de la route de Nouadhibou est ouverte le samedi, ce qui est bon à savoir. Là-bas, j’ai rempli le formulaire de réclamation et au plus niveau,  ou presque, on m’a expliqué, sans dire inch’allah, qu’en une semaine ce serait réglé. Une semaine plus tard sans inch’allah, j’y suis retourné et toujours rien. On m’a expliqué à un plus bas niveau que le formulaire a été envoyé au service monétique de la centrale et que je n’ai qu’à attendre, ça ne saurait tarder. Toujours sans inchallah.

 
Dix jours plus tard sans inchallah je suis allé à l’agence centrale faire un dépôt histoire de commencer l’année avec  une sorte de petit élan machallah. Là j’ai remarqué que les 70.000 dont la machine m’avait dépouillé sont toujours en circulation partout sauf sur mon compte.  Ne voyant pas ma conseillère attitrée que je ne vois pas souvent car Dieu merci je ne suis pas endetté, et voyant la queue  colossale devant son bureau occupé par quelqu’un d’autre, j’ai poussé une porte d’un conseiller désoeuvré pris au hasard.  Il m’a répondu  l’air grave que d’habitude une affaire pareille se règle en 3 jours à condition qu’il y ait un suivi. Aussi m’a-t-il invité à retourner à l’agence de la route de Nouadhibou avec cette information en main sachant que j’allais les titiller un peu.
 
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires